PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Une enquête de l’ONU pour Gaza

Une enquête de l'ONU pour Gaza

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2009/04/04/une-enquete-de-l-onu-pour-gaza.html



Martin Ihoeghian, Président du Conseil des droits de l'homme des
Nations Unies, a annoncé vendredi l'organisation d'une mission
d'information indépendante chargée d'enquêter sur les violations des
droits de l'homme et du droit humanitaire suite à l'opération « Plomb
durci » conduite par Israël.

La mission est dirigée par Richard Goldstone, ancien procureur en chef
des Tribunaux pénaux internationaux pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda.
Elle comprend également Christine Chinkin, professeur en droit
international à la London School of Economics and Political Science,
Hina Jilani, avocate à la Cour suprême du Pakistan et ancienne
représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU sur les défenseurs des droits de l'homme, et Desmond Travers, colonel à la retraite de l'armée irlandaise, membre du conseil des directeurs de l'Institut pour les enquêtes criminelles internationales (IICI). L'équipe bénéficiera du soutien des employés du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme. La nécessité de cette enquête avait été reconnue par le Conseil dès le 12 janvier, et un récent rapport présenté au Conseil par Richard Falk avait confirmé le besoin d'investigations, vu la gravité des faits.


« L'ambition du Conseil des droits de l'homme est de disposer d'un
rapport qui reflète fidèlement les évènements, et cela nécessite de
prendre en compte toutes les violations », a déclaré Martin Ihoeghian
Uhomoibhi lors d'un point de presse. « Je suis persuadé que la mission
sera en position d'évaluer de manière indépendante et impartiale toutes
les violations des droits de l'homme et du droit humanitaire commises
dans le contexte du conflit qui a eu lieu du 27 décembre 2008 au 18
janvier 2009 et de fournir une clarification plus que nécessaire sur la
légalité des milliers de morts et de blessés et des destructions »,
a-t-il ajouté.

M. Goldstone a estimé qu'il était « dans l'intérêt des Palestiniens et
des Israéliens que les allégations de crimes de guerre et de graves
violations des droits de l'homme commises de tous les côtés fassent
l'objet d'une enquête ». M. Goldstone a admis qu' « en tant que Juif »,
cela avait été un « choc » de recevoir l'invitation à diriger cette
mission : « Cela étant dit, je pense être capable de m'acquitter de ma
tâche imposante d'une manière équilibrée et impartiale ».

L'ambassadeur de Palestine auprès de l'ONU à Genève Ibrahim Khraishi a « accueilli favorablement » cette désignation, considérée comme « un pas important » pour la mise en oeuvre de la résolution du 12 janvier.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Yigal Palmor a
déclaré a l'AFP : « Ceci n'est pas une tentative de connaître la vérité
mais de nuire à la réputation d'Israël et de se joindre aux efforts
déployés par certains pays pour diaboliser Israël »

Je rappelle que le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait
demndé qu'il soit enquêté sur les attaques contre des installations de
l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de
Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) à Gaza, en particulier des
écoles, qui ont causé des dizaines de morts chez les civils palestiniens,
dont des femmes et des enfants.

M. Goldstone a prévenu que les résultats de sa mission pourraient être
utilisés dans le cadre d'enquêtes criminelles sur un plan national ou de
juridictions internationales.

Le 8 mars dernier, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI),
l'Argentin Luis Moreno Ocampo, avait déclaré au journal dominical Perfil, à Buenos Aires qu'il envisageait d'enquêter sur Israël pour crimes de guerre après son intervention militaire qui a fait 1.300 morts à Gaza :
« Nous évaluons le sujet, nous sommes dans une phase d'analyse. Je n'ai pas encore décidé si nous lancerons des investigations, mais il y a une possibilité que cela arrive ». Le 22 janvier, l'Autorité Nationale Palestinienne avait donné compétence à la Cour, et ce depuis 2002, comme le permet le statut, pour qu'une enquête soit ouverte. Dans le même temps, 450 ONG se sont regroupées pour dénoncer auprès du procureur près la CPI des violations du droit international humanitaire, constituant des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.



11:40 Publié dans Droit international



05/04/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres