PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

La gouvernance non démocratique et illégale

Mondialisation.ca  Le 10 mai 2009 La gouvernance non démocratique et illégale, en France, en Afrique et dans le Monde, par Thierry Brugvin

 

Depuis plus de vingt ans, la mondialisation éloigne les citoyens des lieux de décisions. Les citoyens français l'observent avec l'Union Européenne tandis qu'au plan international, le G8  impose son modèle politique dans le monde, au travers le FMI, la Banque Mondiale et l'OMC en particulier. Au sein de ces différentes organisations, sous couvert d'un discours sur la « bonne gouvernance », les dirigeants libéraux privatisent les instances démocratiques en privilégiant le dialogue avec les entreprises au détriment des peuples, de leurs représentants, des ONG et en jouant la "société civile" contre les Etats.

 

Ces différents mécanismes relèvent généralement de la gouvernance inégale et non démocratique, mais restent pour une large part légaux. Cependant, il y a un autre champ qui lui est encore moins analysé, il s'agit de la dimension illégale de la gouvernance publique. Ce sont donc les différentes formes de la gouvernance politique et économique non démocratique, inégale et aussi illégale que nous allons analyser ici.

 

Comment les forces économiques influent-t-elles sur les décisions des pouvoirs publics, via les mécanismes de la gouvernance globale illégale, inégale et non démocratique?  Notre hypothèse est la suivante: il existe une influence, une relation dialectique, entre la force des idées (idées, acteurs et institutions), les pouvoirs publics et les forces économiques (institutions, acteurs capitalistes, capital financier, forces productives (moyens de production, techniques, connaissances, forces de travail). Cependant les forces économiques exercent une influence dominante sur les pouvoirs publics et la force des idées, par le biais de la gouvernance globale. Or, une part non négligeable de cette gouvernance nationale et globale est exercée de manière illégale, et non démocratique, même s'il ne s'agit pas d'affirmer que toutes les pratiques relevant de la gouvernance s'avèrent illégales. Il s'agit donc ici d'une typologie et non d'une description exhaustive de la gouvernance globale.

 

Ainsi, nous présenterons les 7 pouvoirs, ou les 7 formes de gouvernance non démocratique ou illégale qui sont des obstacles fondamentaux à la démocratisation de la société. Il s'agit du pouvoir économique (productif, commercial, financier (banques, dette, paradis fiscaux)- Le pouvoir répressif et militaire- Les pouvoirs publics nationaux et internationaux non démocratique et leurs pratiques impérialistes- Le pouvoir relationnel (réseaux, lobbies…) - Le pouvoir idéologique- Le pouvoir communicationnel-Le besoin psychosociologique de pouvoir.

 

 

LA GOUVERNANCE NON DEMOCRATIQUE PAR LE POUVOIR FINANCIER: BANQUES, DETTE ET PARADIS FISCAUX   

 

La dette: instrument de domination des pays riches

 

Contrairement à ce que l'opinion publique pense généralement, les flux financiers les plus importants vont donc du Sud vers le Nord. C'est finalement les plus pauvres qui aident les plus riches. En 2003, l'APD l'élevait à 54 Mds $ et le remboursement à 436 Mds, soit 8 fois plus (Ziegler, 2005).

 

"Au moment de l'indépendance du Gabon en 1960, la Banque Mondiale a transféré à ce pays les dettes précédemment contractées par la France pour la colonisation du Gabon, ce qui est en violation complète des règles du droit international. Depuis, la mainmise des dirigeants français sur l'économie gabonaise ne s'est jamais démentie : Omar Bongo en est avant tout le garant. Une dette constituée dans ces conditions est illégitime et n'a pas à être remboursée" (Toussaint, 2006).

 

Concernant la Bolivie par exemple, selon Patrick PIRO «aucun économiste n'est dupe de ce miracle, c'est bien grâce à la coca et à la cocaïne que le pays n'a pas volé en éclat. Le trafic de la drogue a donné au pays des devises nécessaires au paiement de la dette » (Piro, 1994 : 8)

 

Boisgallais évalue, entre  1 à 5%,  l'aide publique bilatérale qui parvient réellement à la population, le reste partant en direction de construction d'infrastructure destinée à servir nos intérêts. Moins de 1% de l'APD bilatérale est consacrée aux ONG (Boisgallais, 1994). Selon Politis, le reste de l'aide bilatérale française se répartit globalement ainsi: 30 à 40% environ, pour les opérations de rééchelonnement de la dette ou révision des taux d'intérêts et parfois annulation partielle de dette - 20 à 25 % pour le salaire des coopérants pour des projets techniques, scientifiques, ou culturels, avec un salaire moyen de 4500 à 23 000 euros par mois. On comptait 3250 coopérants en 2001 - 15 à 25 % pour la promotion de la francophonie - 5 à 10 % pour l'aide financière aux projets pour l'étude et la réalisation d'équipements, d'infrastructure des transnationales françaises - 5 % destinés à l'armée, l'aide budgétaire, et le soutien aux plans d'ajustement structurels (Politis, 1998).

 

L'été 1994, Lissouba, le président du Congo-B confie à Elf la responsabilité de gérer la dette pétrolière du pays. On observe une totale manque d'indépendance de l'Etat. En effet, Elf devient ainsi à la fois client de l'Etat et gestionnaire de son budget. (Verschave, 2001 : 44). Une entreprise capitaliste privée a ainsi eu la main mise sur un Etat.

 

 

Les paradis fiscaux l'accélérateur de la gouvernance libérale et des délits politico-financiers

 

Les paradis fiscaux et les chambres de compensation (Clearstream) sont un instrument majeur de la corruption politique et de la spoliation économique des citoyens. Selon l'office des Nations Unies pour le contrôle des drogues et la prévention du crime, en 1999; 50% des 4800 Mds de francs annuels dégagés par l'ensemble des activités criminelles du monde (trafics de drogue, prostitution, fausse monnaie...) seraient blanchis dans les paradis fiscaux. (ODCCP, 2000).La fraude et l'évasion fiscale représentaient, en 2003,  environ 50 milliards d'euros pour la France, c'est à dire 17% du budget de l'Etat soit l'équivalent du déficit budgétaire (Attac, 2004). Pour les PED, l'évasion fiscale conduit à un manque à gagner dans les recettes fiscales de 50 milliards de dollars. L'équivalent de l'APD annuelle de l'ensemble des pays de l'OCDE (Foutoyet 2005).

 

La quasi totalité des grandes banques et entreprises européennes ou américaines a ouvert des succursales dans des paradis fiscaux. C'est par exemple le cas de la BNP Pari­bas, présente aux Bahamas et aux îles Caïman,  idem pour le Crédit Agricole,la CIC, le Crédit Lyonnais, Natexis Ban­ques Populaires, la Société Générale, etc. Total réalise la plus grande partie de ses bénéfices dans des filiales enregistrées aux îles Bermudes et autres terri­toires off shore, etc. (Foutoyet, 2005).

 

Contrairement aux idées reçues, les paradis fiscaux ne sont donc pas un « sous­ système» à la marge de la machine économique : ils en sont l'un des roua­ges. En effet, on estime que plus de la moitié des transactions financières internationales transitent par les para­dis fiscaux.

 

En 1991, le scandale international de la BCCI (Bank of Crédit and Commerce International), enregistrée au Luxembourg, a conduit à sa fermeture par la justice, a montré la liaison pouvant exister entre le trafic de drogue, le terrorisme, la haute finance et les services spéciaux (Verschave, 2003).

 

 

Le pouvoir des banques dans la gouvernance économique et politique

 

La politique monétaire permet de jouer sur les importations et exportations. C'est un outil fondamental de la souveraineté, comme l'est l'indépendance militaire par exemple. Or, les Etats africains n'ont pas cette liberté d'action et donc cette indépendance économique et politique. La Banque de France et maintenant la Banque centrale européenne avec l'euro ont décidé des dévaluations et du moment où elles ont eu lieu.

 

Les banques et les propriétaires des grandes banques (Rockefeller, Rothschild, Morgan...) représentent un des pivots du pouvoir mondial. D'une part parce que ces propriétaires disposent de sommes énormes : Le magazine Forbes décomptait 1125 milliardaires en 2008. (Kroll, 2008). Ceci leur permet d'acheter potentiellement absolument, tout ce qui peut servir leur objectif de puissance: entreprises, médias, biens divers. Mais de plus, ils ont la capacité de corrompre les dirigeants politiques, qui sont susceptibles de se laissent soudoyer.

 

D'autre part parce que les banques sont les lieux de dépôt de l'argent, et le lieu de transit des flux financiers qui sont l'énergie, le sang du système. Le blanchiment d'argent sale passait autrefois, par les banques des pays développés notamment, à présent cet argent transite plutôt préalablement par les banques des paradis fiscaux (Andorre, Caïmans, Luxembourg, Jersey...) ou encore au sein de Clearstream (la banque des banques) comme le soutien Denis Robert (2001). Ce dernier a mis à jour une des techniques de blanchiment, dans son ouvrage « Révélation », en analysant le fonctionnement des banques Clearstream et Euroclear. Ces dernières, grâce à un  « mécanisme de compensation », font ainsi disparaître certaines transactions douteuses. Concernant, la BGPI, filiale du Crédit agricole Indosuez, il affirme, qu'elle possède elle aussi un compte S0418, chez Clearstream (Robert, 2007).

 

De plus, quasiment toutes les grandes banques disposent de comptes dans les paradis fiscaux (Foutoyet, 2005). Ainsi, certaines, telle la FIBA d'Elf ont blanchi de l'argent, ou participé à l'évasion fiscale (Verschave, 2001 : 73).

 

Les banques suisses, luxembourgeoises, notamment, avec les paradis fiscaux, renforcent les dérives du capitalisme illégal et la corruption, en blanchissant de l'argent sale, notamment grâce à la culture du secret, au refus de faire la transparence sur l'ensemble des comptes présents et des virements qui s'y déroulent. C'est un accélérateur de la criminalité grâce au blanchiment de l'argent lié au trafic de drogue, à la prostitution, à la fabrication de fausse monnaie, au racket...).

 

 

La Gouvernance non démocratique par les idees (Ideologie)

 

La "bonne" gouvernance : la théorie hégémonique de la Banque Mondiale

 

A la Banque Mondiale, l'idéologie néo-libérale est hégémonique, c'est donc dans le cadre de cette politique qu'elle entend exercer ce qu'elle nomme une "bonne gouvernance". La "bonne gouvernance", pour la Banque mondiale est aussi synonyme de bonne gestion du développement" (World Bank, 1992). Marie Claude Smouts la qualifie "d'outil idéologique pour une politique de l'Etat minimum" (1998). Cependant, si cette politique se limite aux fonctions régaliennes, cela ne signifie pas un État faible. Il s'agit en réalité d'un "État gendarme" visant théoriquement à faire respecter les règles d'un marché concurrentiel et les libertés individuelles. Derrière la politique de "bonne gouvernance", la Banque Mondiale cherche aussi à contraindre les pays à bas salaires à mener une bonne gestion, c'est-à-dire à appliquer les plans d'ajustements structurels (privatisations, restrictions des budgets sociaux...), basés sur une politique économique néo-libérale. Ainsi, du fait du principe de conditionnalité auquel sont soumis les États pour recevoir des prêts de la Banque Mondiale, ceux-ci perdent la souveraineté sur leur politique nationale (George, 1994 : 184). Cette entorse à la souveraineté du peuple est "camouflée par les qualificatifs "d'empowerement" (la participation) et de "consensus" avec la société civile (Hidouci, 2003 : 6). On observe en effet une lutte idéologique, autour du concept de société civile, visant notamment à gagner "la bataille" pour une nouvelle forme de direction politique démocratique mondiale. Tandis que pour le grand public, la société civile signifie généralement les ONG, pour les organisations internationales telle l'OMC, il s'agit aussi des représentants des entreprises tel le MEDEF ou l'UNICE.

 

La corruption limite la démocratisation des États. Pourtant, les institutions financières internationales (IFI) agissent peu contre la corruption des dirigeants (lorsque les prêts qu'elles octroient sont détournés) (Gueye 2003 : 38).   

 

La libéralisation et la privatisation de la régulation internationale  

 

Au cours du Forum Mondial de l'Economie de Davos, le 31 Janvier 1999, Kofi Annan, le Secrétaire Général des Nations Unies, a proposé au monde des affaires, de mettre en oeuvre le Global Compact (le pacte global). Plus de 3 700 entreprises venant de 120 pays différents, adhéraient en 2007 au Global Compact. Parmi les dix principes du Global Compact, deux  concernent les droits de l'homme, quatre sont destinés aux droits des travailleurs, trois concernent l'environnement et le dixième porte sur la lutte contre la corruption. Le Global Compact étant une forme de  code de conduite élaboré par les pouvoirs publics internationaux. Les transnationales, telle Nike, Nestlé, ou Total qui l'ont adopté s'engage volontairement à le respecter, mais il n'est prévu de dispositif de vérification, ni de sanction. Les Nations Unies ont autorisé les ETN Nike et Shell notamment, à adhérer au Global Compact, alors qu'elles enfreignent régulièrement leurs propres codes de conduite et les normes sociales et environnementales. Le choix consiste à déléguer, aux acteurs économiques privés, certaines des fonctions traditionnellement dévolues au service public (service des eaux, retraitement des déchets, production énergétique..). D'une part, cela représente une orientation de politique économique très spécifique. Mais d'autre part, cela transforme la nature même des organisations internationales publiques qui deviennent des partenaires des entreprises privées, plutôt que des autorités de régulation au service du peuple et de l'intérêt général (Brugvin, 2007).

 

La gouvernance globale s'est développée à partir de la gouvernance d'entreprise (Leach, Percy-Smith, 2001). Dans la gouvernance on observe "une normalisation technique envahissante" (Hidouci, 2003 : 7) qui tente d'évacuer la dimension politique sous le discours de la neutralité, en se cachant dernière le langage de la gouvernance des entreprises. La gouvernance conduit à substituer les normes juridiques (décidées par les pouvoirs publics représentant le peuple) par des normes techniques (crées par des intérêts privés) : codes de conduite, labels, normes comptables privées, normes ISO...). Tandis qu'une partie du code du travail est en partie votée par ce dernier, les codes de conduite liées aux conditions de travail ou les normes ISO sont souvent créées par des entreprises privés.

 

Par ailleurs, L'OMC est le fer de lance du  libéralisme économique, qui sont  l'idéologie et le pouvoir politique hégémonique au plan mondial. Le mandat de l'OMC est la suppression des obstacles au commerce. Comme pour la Banque mondiale et le FMI, cela  conduit à une privatisation de la société qui engendre une à une inégalité sociale, économique et politique  nuisible à la démocratie. Par exemple, l'OMC a pour mandat la libéralisation des échanges commerciaux, ce qui a pour conséquence qu'elle impose les intérêts économiques des transnationales sur les droits sociaux des travailleurs et la souveraineté politique des Etats.

 

Les pouvoirs publics tiennent leur légitimité de l'élection par le suffrage populaire et doivent donc être présents, pour garantir, théoriquement, les intérêts du peuple dans les décisions qui concernent celui-ci. Les pouvoirs publics disposent de la plus forte légitimité pour décider des règles, normes et lois, à portée générale, qui relèvent du droit positif. Les entreprises privées ne disposent pas de cette légitimité élective, ni de l'indépendance économique. Par conséquent, elles ne disposent pas de la légitimité à décider des orientations générales de la société, à légiférer.

 

 

LA GOUVERNANCE GLOBALE NON DEMOCRATIQUE PAR LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES PUBLIQUES (BM, FMI, ONU, OMC...)  

 

La dépendance financière des agences de l'ONU  vis à vis des entreprises privées

 

En comparaison de l'étendue de la tâche qu'on lui attribue, ses ressources sont largement insuffisantes. En 1993, le total des ressources de l'ONU s'élève donc à environ 7,3 milliards de dollars. Les grandes déclarations proclamées à l'ONU, telle "la santé pour tous en l'an 2000," ne sont pas toujours associées de mesures suffisamment précises et de moyens conséquents. Ce verbalisme n'a alors pour but que de donner bonne conscience aux administrateurs représentants les différents pays membres et de satisfaire les attentes de l'opinion publique. De telles déclarations, lorsqu'elles sont irréalistes, aboutissent à jeter la confusion et à masquer l'impact réel des programmes mis en œuvre. Depuis la création de l'ONU, en 1945, les grandes promesses se succèdent, telle que la « santé pour tous en l'an 2000 », mais elles ne sont quasiment jamais réalisées. L'opinion est satisfaite par les promesses faites, à chaque sommet international, mais comme elle a peu de mémoire (les journalistes non plus), elle oublie les précédentes. C'est un cercle sans fin de manipulation de l'opinion publique, dans la mesure où ses dirigeants savent très bien qu'ils ne pourront atteindre les objectifs affichés.

 

Nous allons voir que l'ONU et l'OMS subissent parfois de graves dérives. Or,  l'Etat français dispose d'une part non négligeable de responsabilité dans la mesure où il est représenté au sein du conseil d'administration de l'OMS et qu'il dispose du droit de veto au conseil de sécurité de l'ONU. Ce dernier s'avère l'organe le plus puissant de l'ONU, mais aussi le moins démocratique.

 

Malgré ses faiblesses, l'ONU est parvenue à de grandes réussites au service des plus pauvres. Pourtant, l'ONU, du fait de son influence, est l'objet de tentative de contrôle de la part des Etats dominants et de leurs transnationales, au sein du conseil de sécurité et de chacune de ses agences. Christian Joly rappelle les positions des organisations de solidarité internationale vis-à-vis de l'OMS : celles ci "continuent à voir la main des multinationales dans divers programmes de l'organisation. La collaboration de l'OMS, avec les firmes multinationales, est considérée comme une soumission aux lois du marché, au détriment de la satisfaction des besoins des populations" (Joly, 1987 :244-245)

 

L'influence des lobbies industriels à l'ONU

 

L'influence des lobbies industriels, à l'ONU, ne se limite pas à l'OMS ou au FNUAP. L'affaire «du programme pétrole contre nourriture » de l'ONU a éclaté, en janvier 2004. Dans son dernier rapport, le 7 septembre, la Commission d'enquête indépendante mise en place, en avril 2004, par Kofi Annan, a dénoncé une conduite «illicite, non éthique et corrompue» au sein de l'ONU et blâmé le secrétaire général Kofi Annan, lui-même, pour ses négligences et ses erreurs. «Notre mission était de chercher des fautes de gestion, dans le programme «pétrole contre nourriture» et des preuves de corruption au sein de l'ONU et par des entreprises sous contrat. «Malheureusement, nous avons trouvé les deux», a déploré son président, Paul Volcker (Rosett, 2005). « Dans un précédent rapport, en août, la Commission avait établi que le Chypriote Benon Sevan, lorsqu'il était responsable du programme «pétrole contre nourriture», avait empoché près de 150 000 dollars en pots-de-vin » (Mauriac, 2005).

 

Les directeurs de la Banque Mondiale ont quant à eux aussi interrompus les prêts à différents pays, lorsqu'ils se heurtaient aux intérêts des Etats-Unis (même si officiellement il s'agissait d'autres motifs) précise Eric Toussaint. Dans le même ordre d'idée, la Banque Mondiale a systématiquement tenté de mettre en échec les régimes considérés comme des menaces pour les intérêts américains Parmi certains exemples les plus connus en Afrique, citons la dictature de Mobutu au Zaire, celle de Idi Amin Dada en Ouganda, d'Habyarimana au Rwanda à partir de 1973, d'Idris Déby au Tchad (Toussaint, 2006).  

 

 

LA GOUVERNANCE NON DEMOCRATIQUE  DE LA PRODUCTION ET DU COMMERCE PAR LES ENTREPRISES:

 

Exploitation, commerce illégal et violation des droits

 

L'exploitation légale par le capitalisme: premier facteur antidémocratique

 

Marx explique que la pauvreté, l'exploitation des travailleurs permet leur domination et leur aliénation, qui  limitent leur capacité à se former et donc leur capacité à tenir leur rôle de citoyen, c'est à dire à défendre la démocratie. Avant, de trouver d'éventuelles causes, relevant de l'illégalité, il faut en effet, chercher les causes de la pauvreté des pays en développement dans l'analyse marxiste notamment. Cette dernière explique les inégalités principalement par le rôle des infrastructures économiques, des rapports sociaux de production, les inégalités des termes de l'échange, la division internationale du travail entre le centre et la périphérie (Emmanuel, 1969)[1]. Cependant Gramsci, montre qu'il y a une interaction entre les infrastructures et les superstructures au sein "du bloc historique" et non un simple déterminisme des premières sur les secondes (Gramsci, 1975). Mais, en plus de l'exploitation inégale, il existe une exploitation illégale, que nous allons examiner.

Sous payer les matières premières d'un pays

 

 

La production du pétrole en Afrique, par les entreprises transnationales du pétrole permet d'engranger d'énormes profits, souvent au détriment du pays et surtout de la population. A ce sujet l'exemple d'Elf Total, une autre entreprise du pétrole, au Congo est fort instructif. Le président Lissouba a bradé à Elf, les parts que l'Etat du Congo-Brazzaville détenait dans Elf Congo. Le prix officiel de la vente était de 270 millions de francs, mais les estimations de la valeur réelle de ces parts sont de 4 à 16 fois supérieures! (LDC, 1997, 1998). Sous-évaluer la qualité du pétrole représente un autre technique, pour arriver à la même fin.

 

Les « cargaisons fantômes » : la non déclaration de la production

 

Le Floch Prigent, ainsi qu'un ancien Ministre de l'Economie du pays ont reconnu que le CONGO aurait bénéficié d'au moins deux « cargaisons fantômes ». Dans les faits, un tanker vient chercher du pétrole ; il repart chargé mais cette cargaison, qui échappe à toute comptabilisation, s'évanouit dans la nature au profit des compagnies pétrolières et des élites dirigeantes du pays. Il n'est pas rare que la cargaison change plusieurs fois de propriétaire pour échapper à toute traçabilité (Harel, 2006).

 

S'allier les services d'un élu grâce  aux commissions et rétro-commissions  

 

Loik Le Floch Prigent, affirme lui-même dans un livre intitulé "Affaires Elf, affaires d'Etat" (2001), faisant le bilan de son procès, que "l'activité industrielle classique s'accompagne nécessairement de mécanismes qui permettent le financement d'opérations opaques (...). Au sein du groupe (Elf) qui fait deux cents milliards de francs de chiffre d'affaires par an, le volume de ces opérations (occultes) varie de trois cents à huit cents millions de francs). (...) Elf dépensait notamment ces fonds pour obtenir "des permis de forage" dans les pays ou la société n'était pas encore implantée.

 

L'ensemble de ces commissions versées aux officiels du pays, via des intermédiaires, était d'un certaine façon le prolongement de la politique étrangère de la France, notamment dans les pays africains et c'est la raison pour laquelle le président d'Elf en informait la présidence de la république (française), ainsi que les ministres des Finances et du Budget" (Prigent,  55-56). "Disons que le président d'Elf est à la fois le président d'une société pétrolière et ministre bis de la Coopération. Et c'est justement parce ce que cette société avait un objet politique et diplomatique en Afrique qu'elle a de tout temps financé les services secrets (...). Elf a servi au financement du parti gaulliste, et a même été créé pour ça..." (...). Puis ce fut le tour du parti socialiste. Certaines de ces affaires ont défrayé la chronique judiciaire (affaire Dumas, Deviers Joncourt, Sirven, Elf Thomson, avions renifleurs, affaires des frégates, etc.). (Prigent, 2001 : 54-55 et 63-64). "L'ensemble de la classe politique savait qu'Elf faisait du financement politique". Les rétro-commissions servaient "à mettre sous influence celui qui les percevait. Au cas où... Au cas une affaire comme l'affaire Elf leur péterait à la figure. Si tout le monde se sert du gâteau, plus personne ne plus rien dire." (Prigent, 2001, 66-67).

 


LA CONCURRENCE DES GOUVERNANCES NATIONALISTES (IMPERIALISME) ET LA GOUVERNANCE NON DEMOCRATIQUE DE L'ETAT

 

Les intérêts des entreprises cachés derrière les guerres locales et nationales

 

Parallèlement à la lutte entre transnationales, se déroule une lutte entre Etats. Il s'agit de conflits déclarés (guerre) ou secrets (tels la guerre froide). Ce qui est en jeu, c'est le nationalisme, c'est à dire la volonté de puissance (Nietzsche, 1976), psychologique, politique ou économique, des dirigeants politiques, économiques et parfois même des peuples. Par leurs actions diplomatiques, militaires, politiques, les élus politiques viennent appuyer le développement des entreprises capitalistes nationales (l'impérialisme).

 

Derrière les conflits internes à une nation ou entre nations, il est rare qu'il n'y ait pas une quelconque influence d'un ou de plusieurs grandes puissances. En particulier, lorsqu'il s'agit des PED. Ne pas prendre en compte cette clé d'analyse, limite considérablement la compréhension du conflit en présence. Par exemple, le soutien de la France aux Hutus dans leur action de génocide envers les Tutsi (Coret, 2005) se comprend mieux lorsque l'on sait que les Tutsi étaient soutenus par les Etats-Unis notamment.

 

De 1945 jusqu'en 1989 (la chute du mur de Berlin) la guerre froide a été un des causes importantes des conflits. Une majorité des conflits nationaux (Burkina Faso, Angola, Chili, Bolivie...)  étaient renforcés, attisés ou créés par la lutte entre le camp occidental, contre le camp soviétique. Malgré le discours d'indépendance de la France envers les Etats-Unis, notre pays a soutenu régulièrement ce dernier, notamment en favorisant la diffusion de l'arme atomique au camp occidental (Israël, Afrique du Sud durant l'apartheid...) (Lorentz, 2001).

 

Le Partage amiable des zones d'influence fait aussi parti des instruments de contrôle. Durant, la guerre froide, un accord tacite entre les Etats-Unis et la France a permis à cette dernière d'exploiter et de contrôler l'Afrique francophone, tandis que les Etats Unis s'octroyaient l'Afrique anglophone et l'Amérique du Sud (Verschave, 2003). 
 

 

Le soutien des Etats aux intérêts des grands propriétaires capitalistes

 

L'Etat sert les intérêts des ETN, notamment pour des raisons d'indépendance énergétique nationale. M. Dominique Perreau, directeur des affaires économiques et financières au ministère des Affaires étrangères a déclaré que généralement "le ministre des Affaires étrangères use de son influence pour défendre les projets des compagnies françaises car l'Etat doit veiller à la sécurité des approvisionnements en pétrole et gaz naturel" (Aubert, 1999). Les présidents de la république jouent aussi le rôle de VIP pour les grandes transnationales de leur pays. Chirac était accompagné de plusieurs PDG, lors de son voyage en Chine, en octobre 2006. Nicolas Sarkozy fit de même et a ramené pour  20 milliards d'euros de contrats pour  les entreprises françaises, lors de son voyage en Chine en 2007(Les Echos, 26:/11/2007). Une large partie du soutien de la cellule africaine de l'Elysée, vis à vis des dictateurs, des guerres, des déploiements de l'armée française, etc. vise à protéger les intérêts des entreprises françaises.

 

Les gouvernements et les ministères sont parfois doublés par des officines parallèles. C'est le cas du réseau Foccart, travaillant pour Elf, qui dirigeait en sous main tout la politique africaine de la France. Le soutien de l'Etat aux transnationales renforce leur capacité d'exploitation légale et illégale. La cellule africaine de l'Elysée, le Ministère des Affaires Etrangères, de l'identité nationale et de la coopération... qui devraient normalement fonctionner dans la légalité ne respectent pas toujours l'Etat de droit. Par exemple, les observateurs du ministère de la coopération qui ont cautionné les élections truquées au Tchad en mai 2006 (Survie, 2005).

 

 

LA GOUVERNANCE NON DEMOCRATIQUE PAR LA CONTROLE ET LA VIOLENCE

 

//

11/05/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres