PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

.WikiLeaks Colateral murder video "S'il nous arrive quoi que ce soit, vous savez pourquoi : c'est le film du 5 avril. Et vous connaissez les responsables."


Collateral Murder

WikiLeaks has released a classified US military video depicting the indiscriminate slaying of over a dozen people in the Iraqi suburb of New Baghdad -- including two Reuters news staff. Reuters has been trying to obtain the video through the Freedom of Information Act, without success since the time of the attack. The video, shot from an Apache helicopter gun-site, clearly shows the unprovoked slaying of a wounded Reuters employee and his rescuers. Two young children involved in the rescue were also seriously wounded. For further information please visit the special project website www.collateralmurder.com

//wikileaks.org/

Deux hélicoptères Apache de l'armée américaine survolent Bagdad. Un groupe d'hommes marche dans une rue déserte. Deux d'entre eux sont visiblement armés. Depuis l'un des hélicoptères, un soldat demande l'autorisation de tirer. Permission accordée. En moins de cinq minutes, plusieurs salves balaient la rue. Deux enfants sont blessés et une dizaine de personnes tuées. Parmi elles, deux employés de l'agence de presse Reuters : Saeed Chmagh, chauffeur de 40 ans, et Namir Noor-Eldeen, photographe de 22 ans.

La scène a été entièrement filmée de l'un des hélicoptères. A l'époque, un porte-parole de l'armée américaine déclare que les victimes ont été tuées dans un combat opposant l'armée américaine et des "insurgés". La vidéo classifiée que s'est procurée le site WikiLeaks, spécialisé dans la publication anonyme de documents confidentiels, prouve qu'il n'en était rien. Il s'agit bel et bien d'une bavure. Et l'armée américaine a tout fait pour la garder secrète.

Le 16 juillet 2007, Reuters a réclamé l'ouverture d'une enquête sur la mort de ses deux employés. Les autorités militaires avaient refusé, estimant que les soldats engagés en Irak avait respecté les lois de la guerre et leurs règles d'engagement. Au nom du Freedom of Information Act, loi qui autorise les citoyens à consulter tout document édité par l'Etat, l'agence de presse a essayé, en août 2007, de se procurer une copie de la vidéo. Une fois encore, l'armée s'y est opposée.

"CES IMAGES N'ONT JAMAIS ÉTÉ DIFFUSÉES..."

"Ces images n'ont jamais été diffusées... jusqu'à aujourd'hui", note WikiLeaks. Le site avait annoncé via Twitter, le 20 février, qu'il avait "finalement réussi à décrypter le fichier vidéo de l'armée, dans lequel des journalistes, parmi d'autres, se font tuer". Les documents ont été transmis par des informateurs (whistleblowers, littéralement "lanceurs d'alertes") au sein de l'armée. WikiLeaks précise qu'ils ont été analysés et recoupés avec les récits de témoins et de journalistes directement impliqués dans l'incident.

Le site n'en est pas à son premier fait d'armes. Depuis sa création, en 2006, il affiche un impressionnant palmarès. Rapports gouvernementaux, projets de loi, comptes divers... Si une grande partie du million de documents rendus publics n'ont pas fait la "une" de la presse, WikiLeaks a été à l'origine de nombreux scandales politiques et financiers. Il a notamment publié une liste des adhérents du BNP, le parti d'extrême droite anglais, des documents de travail sur les négociations secrètes autour de l'accord commercial anticontrefaçon (Anti-Counterfeiting Trade Agreement, ACTA), de nombreuses informations concernant le krach bancaire islandais de 2008 ou encore plus de 500 000 messages texte échangés le 11 septembre 2001.

Victime de sa popularité, le site a fait l'objet d'une centaine de procès et attiré l'attention de plusieurs agences de renseignements. En mars, il a diffusé une note du service de contre-espionnage de l'armée américaine étudiant le fonctionnement du site et concluant que WikiLeaks représente "une menace potentielle". Depuis l'annonce de la diffusion de la vidéo de la fusillade, le site a fait l'objet d'une surveillance accrue. Une pression, qu'il s'est empressé de relayer sur Twitter : "S'il nous arrive quoi que ce soit, vous savez pourquoi : c'est le film du 5 avril. Et vous connaissez les responsables."

Elise Barthet
 

Deux ex-soldats de l’unité responsable de la tuerie visible dans la vidéo mise en ligne par Wikileaks il y a quelques semaines et qui a fait plusieurs fois le tour du monde, viennent d’écrire une lettre ouverte aux victimes de l’attaque au cours de laquelle, en Irak en juillet 2007, deux enfants ont été gravement blessés et douze personnes tuées dont le père des enfants et deux journalistes de l’agence Reuters.


Pour peu que la bafouille soit reproduite par Wikileaks, elle pourrait bien créer un véritable vent de panique au ministère US de la Défense. C’est le moral des troupes et l’attitude du peuple américain envers l’engagement en Irak qui est en jeu.


Ethan McCord et Josh Stieber étaient en effet membres de la compagnie Bravo 2-16 déployée à Bagdad en 2007. Ethan se trouvait au sol sur le lieu du drame. On le voit dans la vidéo transporter l’un des enfants blessés vers un véhicule de l’armée US : « quand j’ai vu ces gamins, ma première pensée est allée vers mes propres gosses au pays » a-t-il déclaré peu de temps après la séance de ball-trap improvisée à partir d’un hélicoptère Apache. Il a demandé à bénéficier d’une assistance psychologique qui lui a été refusée par son commandement. L’état major ne va sûrement pas se priver dans les jours qui viennent de mettre en doute les facultés mentales des deux anciens combattants (« veterans » en américain) pour expliquer leur tirade.


Josh Stieber, qui est retourné dans sa famille à Laytonsville dans le Maryland, n’était pas présent ce jour là mais il a indiqué avoir été témoin des mêmes scènes au cours des 14 mois qu’il a passé à Bagdad : « les actes dépeints sur la vidéo surviennent tous les jours dans cette guerre là  » a-t-il ajouté en insistant sur l’effet désastreux qu’ils produisent tant sur les civils que sur les militaires engagés.


Missive


Bien qu’ils affirment que l’unité s’est conformée aux règles habituelles dans un cas de ce genre, ils admettent leur responsabilité dans l’incident et souhaitent engager le dialogue afin d’éviter que des faits similaires ne se reproduisent dans l’indifférence générale ; en 1914, les mecs auraient sans doute été fusillés pour trahison en tenant des propos pareils ; qu’on en juge :


«  A tous ceux qui ont été blessés ou ont perdu des êtres chers pendant les tirs effectués en juillet 2007 à Bagdad et qui sont dépeints sur la vidéo titrée ‘meurtres collatéraux’ mise en ligne par Wikileaks, nous adressons cette lettre. A vous, à vos familles et à votre communauté, en étant parfaitement conscients qu’elle ne peut réparer les pertes que vous avez subies.


Nous sommes deux soldats qui avons passé 14 mois dans votre voisinage. Ethan McCord a extrait vos enfants de la camionnette avec, à l’esprit, le visage de ses propres enfants. Josh Stieber était membre de la même compagnie. Bien qu’absent ce jour là, il estime avoir contribué à plusieurs occasions à votre peine et à celle de votre communauté. Il n’y a aucun moyen de ramener ce qui a été perdu.


Ce que nous voulons c’est apprendre de nos erreurs et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour témoigner de nos expériences et dire à quel point il est urgent que le peuple américain comprenne ce que nous vous faisons subir. Nous vous demandons humblement ce que nous pouvons entreprendre pour commencer à réparer les dommages que nous avons causés. Nous nous adressons à tous ceux qui voudront nous écouter et leur disons que ce qu’ils peuvent voir sur la vidéo peut leur permettre de commencer à comprendre la souffrance que nous avons infligée.


Notre expérience personnelle et celle d’autres vétérans avec lesquels nous nous sommes entretenus de cette affaire, nous permettent d’affirmer que ce que l’on voit dans la vidéo survient quotidiennement au cours de cette guerre et témoigne de la manière dont l’Amérique conduit cette guerre dans la région. Nous reconnaissons notre responsabilité dans les morts et les blessures de ceux que vous aimez que nous avons causées au nom de Dieu et de la patrie. On entend sur la bande son de la vidéo un soldat déclarer que votre mari n’aurait pas du emmener vos enfants au combat. Nous admettons pourtant vous avoir amené cette guerre et vous avons fait subir ce que nous ne voudrions pas qu’on nous fasse subir.


Il y a de plus en plus d’Américains qui reconnaissent leur responsabilité dans ce qui est soit disant fait en votre nom. Bien que nous ayons fait trop souvent preuve d’indifférence, nous n’oublierons pas ce que nous vous avons fait subir et souhaitons de tout cœur témoigner dans notre propre pays des sentiments d’humanité qui vous animent et que l’on nous a appris à nier. Notre gouvernement, préoccupé de l’image qu’il donne, vous ignore. Tout comme il ignore de nombreux vétérans revenus blessés et mentalement troublés par ce qu’ils ont vu et ce qu’ils ont fait dans votre pays. Mais depuis longtemps, nos dirigeants nationaux ne nous représentent plus. Notre ministre de la Défense peut bien affirmer que l’Amérique ne verra pas sa réputation ternie par cette affaire ; nous affirmons que notre réputation n’est rien à côté de nos valeurs humaines communes. Nous avons demandé à nos collègues vétérans, aux soldats d’active et aux civils en Amérique et à l’étranger de soutenir cette lettre et de se faire connaître au nom de nos valeurs humaines communes, en prenant leurs distances avec la politique destructrice menée par nos dirigeants et en vous tendant la main.


L’amitié ne peut bien sûr pas naître de temps de douleur. Veuillez simplement accepter nos excuses, nos regrets, notre sympathie et l’assurance de notre détermination à provoquer un changement radical. Nous faisons ce qui est en notre pouvoir pour nous élever contre la guerre et la politique responsables de ce qui vous est arrivé, à vous et à ceux qui vous sont chers. Sachez que nous ouvrons nos cœurs et sommes à l’écoute de tout ce qui pourrait contribuer à vous soutenir dans la douleur que nous vous avons causée.
Solennellement et sincèrement


Josh Stieber, ex-spécialiste de l’US army
Ethan McCord, ex-spécialiste de l’US army"



05/04/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres