PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

USA: en prison pour une fellation

USA: en prison pour une fellation

Les mœurs des citoyens américains restent passées au crible d'un ordre moral d'une sévérité toute puritaine. Wendy Whitaker, une citoyenne américaine poursuivie et condamnée pour une fellation en a fait les frais, raconte le site du magazine «The Economist».

La cour suprême des États-Unis n'a définitivement renoncé à la pénalisation de la sodomie qu'en 2003. La loi entend par sodomie, toute pratique sexuelle non reproductive, y compris au sein du couple hétérosexuel. La fellation relève donc du délit de sodomie, mais la justice a évolué depuis 1998 afin de la rendre possible sans poursuites. Mais la loi n'étant pas rétroactive, Wendy reste fichée.

A bientôt 30 ans, elle porte encore le stigmate de délinquante sexuelle pour avoir été surprise, à l'âge de 17 ans, en train de faire une fellation. Son partenaire devait fêter ses 16 ans trois semaines plus tard et était considéré sexuellement comme mineur. Ce détail a fait de la lycéenne une délinquante condamnée à 5 ans de prison avec sursis et mise à l'épreuve. Elle restera fichée à vie sur le registre des délinquants sexuels de l'État de Géorgie. Ce fichier est accessible sur le net et chaque citoyen peut localiser les personnes condamnées habitant dans son voisinage.

Les «délinquants sexuels» sont obligés de pointer tous les ans auprès des autorités, et n'ont pas le droit de vivre ou de travailler à moins de 300 mètres d'un lieu public fréquenté par des enfants. Wendy a été par exemple contrainte de quitter sa paroisse, son mari a perdu son emploi. Cette situation invivable a conduit la jeune femme à déménager quelque temps chez sa mère cet été, en oubliant d'en informer les forces de l'ordre.

La police a alors lancé un mandat d'arrêt à son encontre, et l'a interpellée le 24 août, rapporte le site «Bug Brother». La femme n'a pas été prudente: elle avait déjà fait plus d'une année de prison en 2006 pour avoir oublié de pointer. Faute de pouvoir s'acquitter de 10 000 dollars de caution qu'elle ne peut pas payer, elle reste en cellule et risque entre 10 et 30 ans de prison.

Des parents pédopornographes

A en croire la dureté du dispositif de répression et de surveillance de la délinquance sexuelle mis en place, les États Unis sont un véritable repère de pervers, relève «BugBrotgher».

Habitants de l'Arizona, les époux Demaree ont perdu temporairement la garde de leurs trois enfants, leurs emplois et ont dépensé 75 000 euros de frais de justice pour clamer leur innocence. Leur délit? Avoir fait développer dans un supermarché Wallmart des photos de vacances sur lesquelles leurs fillettes, âgées de 2, 4 et 5 ans, jouaient nues. L'employé zélé de la boutique alerte la police, persuadé de faire face à un réseau. Celle-ci confirme et estime que les clichés relèvent de «l'érotisme pédophile».

Chez cette famille, 20 autres photographies sont saisies. Le couple est dès lors pris sous le feu de la suspicion pendant près d'un mois, avant que la justice abandonne les poursuites. Il ne leur reste maintenant qu'à démentir auprès des amis, de la famille, des voisins, ces accusations qui les accablent. Au moins, il ne seront pas fichés.

[Lire l'article complet sur The Economist et sur Bug Brother]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr



26/09/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres