PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Un Américain sur cinq victime de troubles mentaux : les conséquences d'un système écrasant

Un Américain sur cinq victime de troubles mentaux : les conséquences d'un système écrasant

 

 

Voici une nouvelle qui va faire l’effet d’une gifle à un rêve américain devenu mirage. Selon une étude – pour une fois intéressante - menée par le gouvernement des Etats-Unis, près d’un Américain adulte sur cinq a souffert d’un trouble mental en 2009.

Des chiffres bouleversants

Un chiffre considérable qui représente pas moins de 45 millions de personnes (20%). Les troubles en question peuvent être de type boulimie, ou encore l’anorexie, la dépression mais aussi l’insomnie, les troubles obsessionnels compulsifs, la cleptomanie, l’addiction au jeu et le voyeurisme. Près de 4,8% des Américains ont été confrontés à des troubles mentaux "graves ", c’est-à-dire de nature à "considérablement gêner ou limiter la réalisation d’une ou de plusieurs tâches de la vie courante". "Et dans bien des cas (plus de 6 fois sur 10), ces personnes ne bénéficient pas d’une aide suffisante" vient rajouter le Dr Delany, médecin spécialiste des troubles du comportement.

L’étude publiée vendredi ne s’arrête pas là. Les jeunes de 18 à 25 ans (30%) et les femmes (23,8%), s’avèrent les plus touchés par ces troubles alarmants. Plus grave, une autre étude concernant les adolescents américains, réalisée le mois dernier, démontre que la moitié de ces teenagers "répond aux critères d’un trouble mental" qui peut se caractériser par des crises d’angoisse, d’anxiété, d’asthme, une phobie sociale et aussi, dans le pire des cas, à des tendances suicidaires. A ce propos, la liste s’alourdie : pour cette même année 2009, plus de huit millions de personnes adultes aux Etats-Unis ont sérieusement pensé au suicide, un million est passé à l’acte !

Cette enquête n’est pas anodine. Elle a été menée auprès de 68.000 personnes âgées de 12 ans ou plus, jouissant de leur liberté de mouvements, n’appartenant pas à l’armée et ne vivant pas dans la rue. Cette étude annuelle est la plus importante jamais menée dans ce domaine par le gouvernement américain.

La population subit les conséquences d’un système écrasant

Doit-on s’étonner de ces résultats alarmants ? Ils ne sont rien d’autre que les conséquences d’un système mondial qui s’enfonce de jour en jour. Un système à la fois incarné, dominé, et désormais subit par l’Amérique, ou plutôt, nuance, par sa population. Cette dernière ne fait que porter le poids du nouvel ordre mondial imposé et mis en place par Washington.

Dans une société d’ultra-communication, de consommation dégénérée ; dans un climat de tensions constantes, de menace terroriste omniprésente, de guerre (Irak et Afghanistan), d’insécurité, de chômage ; dans un quotidien gouverné par la malbouffe, l’alcool, la drogue, la télévision abrutissante ; dans une situation post crise économique – elle-même provoquée par le pays en question -, comment ne pas comprendre un tel drame subit par une population prise en otage de ce système en déclin.

La folie n’a pas de frontières. Nos pays occidentaux ne sont-ils pas calqués sur le vilain modèle américain depuis la chute du bloc communiste ? Je ne serrai pas plus étonné de constater une catastrophe semblable chez les peuples européens parmi lesquels on trouve une France leader mondiale de la consommation d’antidépresseurs. Ainsi Céline aura vu juste : quoi qu’il arrive, c’est toujours les petits qui en chient, écrasés par un système qu’ils contribuent à faire vivre. Rêve américain vous dites ? 

 

Chris Lefebvre



24/11/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres