PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Turquie : meurtres homophobes et transphobes à répétition

Turquie : meurtres homophobes et transphobes à répétition

Par Fabrice Ribert lundi 06 avril 2009, à 09h57 | 316 vues

Plus de: Turquie, homophobie, transphobie

Les associations LGBT turques s'alarment devant cette vague de violence, et dénoncent l'indulgence des tribunaux qui jugent les «crimes d'honneur».

 

Trois meurtres et au moins une agression sur des victimes transsexuelles ou homosexuelles ont eu lieu dans différentes villes du pays pour le seul mois de mars 2009: à Istanbul, le corps de la transsexuelle Ebru Soykan a été retrouvé poignardé, un homme a été tué à Edirne par un garçon de son entourage au prétexte qu'il lui aurait fait des avances sexuelles, à Bursa c'est une autre victime transsexuelle qui a été sauvagement égorgée.

Cette terrible vague de crimes endeuille à nouveau la société turque alors que des dossiers judiciaires concernant le «crime d'honneur» homo d'Ahmet Yildiz ou encore le meurte de Dilek Ince, tous deux survenus en 2008, n'ont toujours pas avancé du côté de la justice turque.

«Crimes de haine»

Après la douleur et l'indignation, ce sont désormais les inquiétudes qui pèsent sur les acteurs LGBT du pays. Ces tragiques agressions sur des personnes transsexuelles sont souvent liées à des affaires de prostitution. Cependant les transsexuelles ont peu de chances de carrière professionnelle stable vu que les entreprises aussi bien publiques que privées sont réticentes à leur embauche. La prostitution étant légalisée en Turquie, les récents règlements de compte dont les trans sont victimes s'inscrivent dans un contexte de «crimes de haine» uniquement.

En outre, les tribunaux turcs accordent fréquemment des réductions de peine aux meurtriers qui plaident coupables en précisant que leur victime a porté atteinte à leur honneur par des avances sexuelles.

Les multiples associations LGBT du pays s'insurgent contre ces aggressions et ces violations des droits humains à l'égard des personnes LGBT ; ces mêmes associations rappellent au gouvernement actuel qui travaille sur l'aménagement des garanties sociales en vue de l'adhésion du pays à l'UE, que la question des minorités sexuelles est absente de tous les débats et que l'incohérence comme la lenteur de la justice dans les affaires liées à l'homophobie ou à la transphobie ne peuvent qu'encourager d'autres tragiques récidives.

 



06/04/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres