PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Trop cool...Jubilation : comment l’Iran a piraté le drone ultra-secret de la CIA

Jubilation : comment l’Iran a piraté le drone ultra-secret de la CIA

samedi 21 janvier 2012 - 07h:06

Russia Today

 

 


Des rapports de presse indiquent que les États-Unis pourraient récupérer leur drone top-secret qui servait à espionner l’Iran. Le hic, c’est qu’ils le récupéreraient sous la forme d’un jouet disponible dans les magasins, puisque le dispositif intercepté en décembre à été reproduit à 1/80e de sa taille originale et est à présent commercialisé.

 

(JPG)
Image de la télévision iranienne - Coup dur pour les Etats-Unis ! La guerre cybernétique ne tourne pas forcément à leur avantage et les Iraniens ont démontré là un redoutable et tout à fait remarquable savoir-faire. On ne peut que féliciter leurs ingénieurs et on appréciera particulièrement les têtes de mort qui ont pris la place des étoiles du drapeau américain...

La radio d’Etat iranienne citée par l’Associated Press a déclaré mardi que le drone soi-disant furtif RQ-170 Sentinel des Etats-Unis serait bientôt en vente dans Téhéran, mais sous forme de jouet.

 

Ce jouet devrait être vendu à 70 000 rials pièce, soit près de 4 dollars US.

Un des modèles devrait être expédié à la Maison Blanche en réponse à une demande officielle de Washington le mois dernier demandant à l’Iran de retourner l’appareil soi-disant top secret.

 

Les reportages à la radio d’Etat disent que le modèle sera celui de l’avion original, mais à 1/80e de sa taille réelle.

Le drone américain a été intercepté au-dessus de la ville iranienne de Kashmar, à quelque 225 kilomètres de la frontière de l’Iran avec l’Afghanistan, au début du mois de décembre.

Les ingénieurs et les militaires iraniens ont confirmé qu’ils avaient réussi à pirater le système interne de l’engin avec facilité, et qu’ils ont pu le forcer à un atterrissage en toute sécurité et sans incident.

 

Depuis lors, l’administration Obama a demandé à l’Iran de retourner le drone, mais Téhéran a refusé, affirmant que son incursion dans l’espace aérien iranien en faisait la propriété de l’Iran.

Selon certains rapports, le trophée pourrait être présenté au grand public, mais après qu’il ait subi un examen approfondi, puis dans un an ou deux il pourra être vendu aux enchères.


Article Russia Today du 16 décembre 2012

On s’attend à pas mal de dégâts dans la communauté du renseignement américain alors que des sources en Iran reconnaissent avoir pris le contrôle du drone perdu par la CIA et l’avoir amené au sol avec rien de plus qu’un ordinateur disposant d’outils de navigation et communication.

 

Selon le CSM Christian Science Monitor, les ingénieurs et les militaires iraniens ont admis que la disparition dramatique subie par les États-Unis d’un drone furtif d’une valeur de plusieurs millions de dollars il y a deux semaines, était en effet le résultat de leur propre action, affirmant maintenant qu’ils avaient réussi à pirater le système interne de l’engin avec facilité et à l’amener ensuite à atterrir en toute sécurité, sans aucun incident.

Les Etats-Unis ont initialement nié avoir perdu un drone sur l’Iran, avant de changer leur version en voulant faire croire qu’ils avaient perdu le contact avec l’engin pendant une mission de surveillance au-dessus de l’Afghanistan voisin. Les responsables iraniens ont rapidement invalidé la version américaine en publiant des images de l’avion-espion et en révélant qu’il avait été appréhendé à plus de 200 kilomètres de la frontière du pays avec l’Afghanistan.

 

Russia Today a toujours défendu l’idée que la chute du drone pourrait avoir résulté d’une cyber-guerre naissante entre les services de renseignement américain et iranien. Et aujourd’hui les responsables [iraniens] affirment qu’ils ont effectivement piraté l’engin pour tranquillement le récupérer.

 

S’exprimant devant le CSM, un ingénieur responsable de l’interception et s’exprimant sous le couvert de l’anonymat a affirmé que les techniciens ont réussi à prendre le contrôle du GPS du drone, que cet ingénieur décrit comme « de faible niveau ».

 

« En envoyant du brouillage [jam] sur la communication, vous forcez ’l’oiseau’ à passer au pilotage automatique. Et c’est là que ’l’oiseau’ perd son intelligence », explique la même source.

Moins de deux semaines après que le drone RQ-170 Sentinel ait été perdu au-dessus de l’Iran, les responsables américains ont parlé d’un dysfonctionnement du système qui serait le coupable dans une autre affaire de drone qui s’est écrasé dans l’Océan Indien le mardi de cette semaine.

Dans un rapport de Russia Today publié plus tôt cette semaine, nous avons rappelé un autre incident à la base de Creech Air Force des États-Unis (Nevada) le mois dernier [novembre], ou un logger-virus a pu s’installer dans les systèmes des drones de l’armée.

 

Nous avons parlé aussi le mercredi de cette semaine, en citant une enquête d’Univision, d’un lien possible entre les responsables iraniens et les pirates cybernétiques du Mexique dans un complot présumé de cyber-guerre pour attaquer la communauté du renseignement américain, plus précisément l’Agence centrale de renseignement (CIA), le Pentagone et le Département de la Défense.

 

Le RQ-170 Sentinel récupéré par l’Iran volait pour le compte de la CIA quand il a été appréhendé.

 

Les Etats-Unis ont tout d’abord ri de l’interception par l’Iran de l’engin, un responsable américain déclarant que c’était équivalent à « laisser tomber une Ferrari dans un environnement technologique de charrette à bœufs ». [Avec une vision du monde basée sur un racisme aussi abject, incrusté et maladif, les responsables américains ne sont pas au bout de leurs surprises - NdT]. Maintenant, Téhéran affirme avoir réussi à faire désosser l’engin volant en s’inspirant de drones moins évolués abattus les années précédentes. Toujours au CSM, les responsables iraniens disent que les faiblesses dans le système de navigation du GPS embarqué étaient connues des autorités américaines, lesquelles ont peu fait pour corriger le défaut.

 

Malgré les deux pertes de ces derniers jours, le secrétaire du Département américain de la Défense, Leon Panetta, a déclaré à Fox Nouvelles cette semaine que l’Amérique tient « absolument » à poursuivre ses missions de vols soi-disant furtifs sur l’Iran.

Les autorités iraniennes ont salué la capture comme un grand succès pour le pays, au grand dam de l’administration Obama. Le président américain a officiellement demandé à Téhéran de retourner l’engin volant, ce qui a fait rigoler les Iraniens.

 

 

 

 

17 janvier 2012 - Russia Today - Vous pouvez consulter cet article à :
//rt.com/news/iran-us-drone-to...Traduction - Info-Palestine.net



22/01/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres