PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Trainées chimiques dans le ciel - Chemtrails

 
http://www.youtube.com/watch?v=tg8hcTQlH5I&NR=1
 
TRAÎNÉES CHIMIQUES - UN Bémol


Lorsque nous nous donnons la peine d'observer notre ciel, nous constatons rapidement qu'il s'y passe quelque chose d'étrange et notre réaction, face aux longues traînées blanches qui s'y trouvent, verse soit dans le pôle du "ceci est normal, ça a toujours existé, ce n'est que de la vapeur d'eau.", soit dans celui du "toutes ces traînées sont en réalité des épandages de produits chimiques par les agents du Nouvel Ordre Mondial". Rarement trouvons-nous un point de vue balancé, équilibré, qui tente de faire la part des choses plutôt que de pencher complètement vers un extrême ou un autre. C'est ce que ce court texte tentera, tant bien que mal, de réaliser.

Comme bien des gens, lorsque j'ai été mis en contact avec cette information, ma première réaction fut de commencer à épier sérieusement le bout de ciel qui se présente à moi quotidiennement. Inutile de décrire le mélange de stupeur, d'horreur et d'indignation ressenti lorsque la réalité m'offrait, jour après jour, ces longues et épaisses traînées s'élargissant et couvrant le ciel en entier. Je savais pourtant pertinemment, et depuis longtemps, que nous sommes contrôlés, empoisonnés à petit feu par le fluor de l'eau, l'aspartame, le GMS, les vaccins, les ondes des téléphones cellulaires, etc., mais de réaliser l'ampleur du phénomène m'avait plongé dans une profonde consternation et une certaine frustration. Frustration de me rendre compte que la majeure partie des gens ne portent aucune, mais aucune attention au ciel. J'étais stupéfait, choqué et secoué. Alors, j'ai saisi clavier et jumelles numériques, et j'ai écrit les autres textes présents dans cette section.

Durant longtemps je n'ai été convaincu que d'une seule chose : toute traînée qui persistait, s'élargissait et finissait par couvrir le ciel était indéniablement chimique. Je pestais (et le fais toujours silencieusement) contre le nouveau terme employé par les "météorologues" : ciel voilé. Immanquablement, lorsque les traînées étouffent le ciel de leur présence, le canal météo affiche "ciel voilé". Bien sûr, ils ne peuvent pas écrire "nuageux" puisque ce ne sont pas des nuages, mais je me demande toujours pourquoi personne ne se rend compte que jamais au grand jamais ils n'annoncent d'avance un ciel voilé ? Je me disais que, puisqu'ils ne sont pas dans le "secret des Dieux" du N.O.M., ils ne peuvent pas le prévoir, seulement le camoufler (probablement par ignorance) derrière une expression bien commode.

Et voilà qu'un jour je tombe sur l'avis de quelqu'un pour qui j'ai beaucoup de respect et dont le discernement m'a toujours paru d'une grande maturité. Selon elle, il y aurait deux phénomènes distincts dans ces traînées qui s'étendent à n'en plus finir : traînée chimique et traînée de condensation. Pour ma part, j'étais encore persuadé que les traînées de condensation pouvaient n'être que courtes et éphémères. Toujours selon cette personne, il lui semblerait voir - après de nombreuses observations des corridors aériens de son coin de pays - un phénomène lié au changement climatique et un phénomène d'épandage, les deux très similaires, mais pourtant distincts. À ses dires, il serait fort probable que les bouleversements climatiques aient un impact considérable sur la capacité de certaines couches de l'atmosphère d'accumuler l'humidité et que, selon les conditions climatiques, celles-ci étant de plus en plus saturées, même les traînées de condensation n'auraient plus la chance de se dissiper normalement et finiraient donc par demeurer et s'étendre.

Venant d'un détracteur ou de quelqu'un qui ne se serait pas renseigné préalablement sur la réelle problématique des traînées chimiques, je n'en aurais probablement pas tenu compte, mais venant de cette personne en particulier, couplé au fait qu'elle ne niait nullement un certain épandage, mais ne faisait que nuancer le phénomène, j'ai décidé de laisser la porte ouverte à cette interprétation et j'ai tenté de voir s'il n'était pas possible que ce soit ainsi.

De plus, un des arguments concernant les traînées chimiques est que ce phénomène ne daterait que d'environ deux décennies. En effet, combien de sites Web et de forums tentent, en vain, de trouver des "chemtrails" dans les films ou les photos de familles qui datent de plus de vingt ans. C'est un argument de poids jusqu'au jour où l'on tombe effectivement sur une de ces photos. Voilà l'étonnante découverte que je fis moi-même. Un dollar bien investi dans une "vente-débarras" me procura un livre intitulé La météorologie dans lequel, en page 50, nous trouvons l'image et le texte


fermer la fenêtre
' );popup.document.close();">

Ce livre étant paru en 1974 aux éditions Flammarion, il n'était donc pas question - théoriquement - de ces fameuses traînées chimiques telles que nous en parlons aujourd'hui.

C'est donc armé de ces nouvelles informations que mes observations subséquentes se firent de façon plus critique, et les résultats sont sans équivoque. Plus j'accumulais les observations et prenais de l'expérience, plus j'en arrivais à une sorte de "prédiction instinctive" où je pouvais dire : "Aujourd'hui sera une journée de chemtrails", alors que d'autres jours, non. Un peu comme le paysan qui prend sa marche le matin, par un beau ciel bleu sans nuages, et qui en revient quelques instants  plus tard déclarant qu'il pleuvra d'ici quelques heures et, bien entendu, il ne se trompe pas. Une chose m'est donc apparue clairement, c'est qu'une partie du phénomène que nous appelons "chemtrails" est en réalité des "contrails", c'est-à-dire des traînées de condensation.

Certains jours, de plus en plus fréquents, où nous sentons que l'air est surchargé d'humidité et que nous voyons dans le ciel des cirrus filamenteux qui menacent d'ores et déjà de voiler le ciel, nous pouvons êtres sûr qu'il y aura de longues traînées qui s'étendront et que le ciel se voilera probablement en quelque heures. Alors que d'autres jours, où l'air est plus sec et le ciel d'un bleu impeccable avec seulement quelques moutons blancs broutant paisiblement, il est plus rare d'apercevoir ce genre de traînées. Par contre, et c'est là où le discernement prend toute son importance, certains jours où il n'y a pas cette propension à l'accumulation excessive d'humidité, où passe le même nombre d'avions qu'à l'accoutumée sans laisser aucune traînée, mais que tout à coup un ou plusieurs avions coupent littéralement le ciel en deux par leur imposante traînée en expansion, l'épandage devient alors une quasi-certitude.

Il est donc possible de départager ce qui est peut-être de l'épandage de ce qui n'est probablement que de la condensation, même si ces traînées persistent, ainsi que par le fait que tous les avions laissent systématiquement une traînée ou seulement quelques-uns d'entre eux. En outre, le phénomène des traînées sectionnées semble clairement indiquer un épandage puisqu'un avion ne coupe pas ses moteurs en plein vol !

(Cliquer pour agrandir)




fermer la fenêtre
' );popup.document.close();">Cliquez pour agrandir l'image


De plus, de nombreuses analyses ont été faites révélant sans l'ombre d'un doute des traces de baryum et autres métaux dans ces traînées. Comme le déclare officiellement M. Purdey sur le site du Centre National d'Informations sur la Biotechnologie des États-Unis : "Les niveaux élevés de baryum proviennent de carrières locales de minerais de baryum et/ou de l'utilisation de baryum dans  papier/fonderie/soudage/textile/pétrole et gaz, et des industries connexes, ainsi que de l'utilisation de baryum comme un aérosol atmosphérique pour l'amélioration/réfraction  de la signalisation des ondes radio/radar le long de trajectoires de vol de jets, aires de tests de missiles, etc." (trad. Zone-7, texte original ici)

Le but de cet article est donc simplement de mettre en garde le lecteur, qui ne voit dans toutes ces traînées que des traînées chimiques, qu'il y a possiblement un bémol à mettre sur des conclusions hâtives. Il faut donc considérer que les deux phénomènes puissent coexister et qu'il pourrait être facile de s'y méprendre. Encore une fois, le discernement est la clé. C'est un art que nous devons développer si nous voulons saisir la réalité, et ceci demande une constante remise en question de ce que nous tenons pour acquis. Les pièges sont multiples. Et comme l'a récemment dit un participant sur le parloir : "Personne n'est a l'abri, malgré son bon coeur, de transmettre des informations fausses."

http://www.youtube.com/watch?v=Psdg3OAw_a8&feature=related

D'autres articles aussi dans la catégorie NOM-NWO



 



03/03/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres