PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Taches solaires: la reprise se confirme

Taches solaires: la reprise se confirme

Solarflare_021611 Le phénomène n’est pas passé inaperçu la semaine passée: une forte éruption a été observée à la surface du soleil, la plus importante des quatre dernières années. Un événement qui conforte les scientifiques dans l’idée qu’un nouveau cycle solaire est en train de s’amorcer.

Classée en catégorie 10, cette explosion a surgi des entrailles du soleil le 15 février dernier. Les heures suivantes, une éjection de masses coronales (CME) chargées de particules solaires propulsées dans l’espace à très grande vitesse, a été observée. Sur Terre, le phénomène a gardé des proportions assez modestes, se traduisant par l’apparition d’aurores boréales près de pôles, et l’avènement de «bruits» caractéristiques sur les appareils des radioamateurs.

Ce pic temporaire d’activité, appelé «flare» dans le jargon des spécialistes, est loin d’être anodin: il met un terme à une longue période de faible activité des taches solaire. Cette carence, la plus importante des cinquante dernières années, s’était amorcée en 2008 et avait passablement surpris les scientifiques de la Nasa. D’où une remise en cause des prévisions faites à l’époque.


Ssn_predict_l D’après les dernières estimations du Marshall Space Flight Center américain, le nombre de taches devrait encore augmenter en 2011, le pic d’activité étant prévu pour 2013. Mais, bonne nouvelle, ce dernier devrait être moins fort que le précédent, les modèles prévoyant un maximum d’environ 80 taches à la surface du soleil, contre les 170 observées en 2001.

 

RTEmagicC_soho2001 Les taches solaires sont des zones sombres qui se manifestent par intermittence sur la surface apparente du Soleil. Leur activité est suivie par les astronomes depuis l’Antiquité. De température inférieure d'environ 1500 K à celle des régions voisines, elles se caractérisent par un champ magnétique intense. Dans l'absolu, l'activité solaire est réglée par un cycle d'une période moyenne de 11,2 ans mais la durée peut varier entre 8 et 15 ans.


Skylab source nasa Les variations de l'activité solaire se manifestent sur Terre, par des fluctuations de la propagation des ondes radio. La gamme de fréquences la plus touchée couvre les ondes dites décamétriques ou ondes courtes qui se propagent à longue distance. Les orages magnétiques qui se produisent dans de tels évènements peuvent provoquer de nombreuses perturbations: dans certains cas, les satellites peuvent être fortement endommagés, voire détruits, les transmissions radio, la navigation GPS peuvent être atténuées ou interrompues. Sans parler des pannes informatiques à bord des avions de ligne ou des dommages subits par les transformateurs des réseaux d'électricité.

La prudence doit cependant rester de mise, selon Jane Lubchenco, directrice du NOAA américain. «L’activité devrait être moins forte que lors des épisodes précédents mais l’environnement dans lequel nous nous trouvons a changé. Nous sommes plus vulnérables aujourd’hui et nous devons nous préparer à l’échéance de 2013» a-t-elle précisé lors d’une récente intervention.


Philippe Jeanneret avec le concours de Thierry Courvoisier, directeur de l’ISDC



22/03/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres