PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Super-prédateurs

Les escadrons de la mort israéliens et américains infestent le monde

Stuart Littlewood


Les Etats-Unis se sont mis d’accord avec Israël pour établir une nouvelle politique américaine d’assassinats ciblés. Stuart Littlewood jette son regard sur l’utilisation croissante par les Etats Unis et Israël d’assassinats et rapporte que les escadrons de la mort israéliens ont été autorisés à entrer dans des pays « amis », dont la Grande Bretagne, pour y tuer les ennemis de l’état d’Israël.

(JPG)
Généraliser à l’extérieur les pratiques criminelles utilisées contre les peuples du Moyen-Orient ?

Certains lecteurs se souviendront peut-être du film de 1969 « The Assassination Bureau », une farce ironique basée sur le roman inachevé de Jack London. Cela se passe il y a cent ans au tournant du siècle, un temps propice au changement de régime et aux purges de monarques corrompus et de tyrans cruels. La force de frappe du Bureau est à louer à condition qu’Ivan Dragomiloff, le fondateur et cerveau, estime que l’assassinat soit « socialement justifiable » et qu’il y ait des preuves des méfaits de la cible.

Mais la rectitude morale de l’entreprise fait place à l’avidité financière et arrive le jour où le bureau accepte une mission pour éradiquer une figure publique importante mais anonyme. Le paiement se fait d’avance, les preuves sont données, le boulot est accepté, puis le nom est révélé. La cible est Dragomiloff lui-même. Le Bureau des Assassinats ne peut pas se rétracter et Dragomiloff est confronté à la machine de mort qu’il a lui-même créée.

Un assassinat est le meurtre ciblé de personnes pour des motifs habituellement politiques ou idéologiques (et souvent démentes)....

En 1976, le président des Etats-Unis Gerald Ford, a émis un décret de loi qui a été légalisé suite aux révélations au sujet de la CIA qui avait fait plusieurs tentatives pour assassiner Fidel Castro. A la suite de quoi, les assassinats politiques ciblés sont devenues illégales : « Aucun employé du gouvernement des Etats-Unis ne s’engagera ni ne conspirera dans le but de commettre un assassinat politique ». Depuis, chaque président des Etats-Unis a maintenu cette interdiction d’assassinats...ou a réussi à le contourner.

Carter et Reagan ont réaffirmé cette interdiction mais cela n’a pas empêché le bombardement de la maison de Ghadafi en 1986 dans l’espoir de le faire disparaître, ni à l’administration Clinton de tirer des missiles de croisière sur des camps supposés de guérilla en Afghanistan en 1998, ni à Bush d’ordonner à la CIA de s’engager dans des « opérations secrètes mortelles » (basées sur une découverte des renseignements) afin de détruire Ben Laden et son organisation Al-Qaeda.

C’est bien et c’est légal malgré tout

Les avocats de la Maison Blanche et de la CIA proclament qu’une « découverte des renseignements » fait toute la différence car l’interdiction d’assassinats politiques ne s’applique pas en temps de guerre. Et comme par magie, si les découvertes sont « bonnes », cela transforme tout en un état de guerre. Ils disent aussi que l’interdiction n’empêchera pas l’Amérique d’agir contre les terroristes. Et dans le sillage de 9/11, cela n’empêchera pas les Etats Unis d’agir en légitime défense.

Alors tout ce qui leur reste à faire c’est d’inventer ou de fabriquer une « découverte », étiqueter de « terroristes »les personnes qui se trouvent sur leur chemin et déclarer que l’assassinat était un acte de légitime défense dans une situation de guerre ; et ainsi on ne pourra rien leur reprocher.

Des rapports suggèrent que l’administration Bush coopère avec Israël afin de mettre en place un cadre légal en vue d’une nouvelle politique américaine d’assassinats ciblés. Les Israéliens en sont bien sûr les experts mondiaux. La réponse aux poches de résistance gênantes visant leurs saisies de terres, leur nettoyage ethnique, leurs enlèvements, leurs colonies illégales et leurs autres activités « criminelles » en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, est l’imposition en masse de lois de la guerre concoctées spécialement au bénéfice de « la légitime défense » d’Israël et de la « sécurité du pays », lois qui piétinent les droits de toutes les autres personnes. Ceci est le genre de chicanerie qui convient admirablement à l’administration Bush qui continue avec sa guerre sans fin contre la terreur.

Le goût d’Israël pour l’assassinat et le meurtre remonte bien avant l’établissement de l’état quand de telles atrocités étaient pratiquées contre les cibles bédouines et arabes par l’Irgoun, une organisation tout à fait déplaisante qui croyait que la violence et le terrorisme politique étaient des instruments légitimes pour faire disparaître les obstacles de la cause sioniste et pour expulser les Arabes de leurs terres. Les assassinats ont fait partie de la politique officielle d’Israël en 1999 quand l’armée a planifié des « attaques ciblées » pour empêcher les milices de Yasser Arafat, les Tanzim, de tirer sur les colons illégaux en Cisjordanie et à Gaza.

Les Israéliens ont montré une rare ingéniosité en faisant sauter Yahya Ayesh, le faiseur de bombes. En 1996, ce technicien habile dans l’art de faire exploser des bombes était depuis trois ans sur la liste israélienne des personnes les plus recherchées. Le Shabak (service secret israélien) avait finalement dupé un ami qui a donné à Ayesh un téléphone portable piégé. Lorsqu’Ayesh l’a utilisé, le Shabak l’a fait exploser.

En début d’année, ils se sont encore surpassés lorsqu’ils ont « achevé » Imad Mughniyeh du Hezbollah (le renard) en faisant exploser un repose-tête dans sa Mitsubishi.

Mais leur méthode d’assassinat préférée est le raid aérien, qui manque de finesse et qui fait souvent des ravages collatéraux. En 2002, des avions de combat F-16 ont bombardé la maison du Sheik Salah Shehadeh, (le commandant militaire du Hamas) située dans la ville de Gaza. Ils ont non seulement tué le Sheikh Salah mais aussi au moins 11 autres Palestiniens dont sept enfants et en ont blessé 120 autres.

En 2004, lors de la deuxième tentative contre le dirigeant spirituel du Hamas, le Sheikh Ahmed Yassin, (cloué dans son fauteuil roulant depuis l’âge de 12 ans) ils ont réussi à le tuer ainsi que 9 passants innocents lors d’une attaque d’hélicoptère de combat. Yassin avait survécu à un bombardement de F-16 l’année précédente. Le premier ministre israélien Ariel Sharon avait désigné Yassin comme étant le « cerveau du terrorisme palestinien » et « d’assassin de masse » ce qui est plutôt comique venant d’un criminel de guerre qui avait dirigé l’escadron de la mort israélien (Unité 101) et qui avait été reconnu indirectement responsable des massacres dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila.

Selon l’organisation israélienne des droits de l’homme, B’Tselem, 231 Palestiniens ont été assassinés, 385 passants innocents tués et Dieu sait combien de blessés et de mutilés par Israël depuis la deuxième intifada de 2000. « L’utilisation d’assassinats par Israël contre des suspects palestiniens ébranle l’état de droit et alimente le cycle de violence dans la région » prévient Amnesty International.

Mais ces exterminations systématiques sont considérées par le procureur général d’Israël comme « légitimes et légales ». « Si une personne est engagée ou prévoit de mener des attaques terroriste, elle doit être « éliminée ». C’est efficace, précis et juste » avait dit le ministre israélien Ephraïm Sneh en 2001, et ce sans prendre en considération le manque de précision, les victimes collatérales et le fait que l’information est peut-être mauvaise et par dessus tout, l’équité de tout cela.

Mais cela est devenu contagieux. Le Département d’Etat des Etats-Unis a décrit de la même manière ses frappes contre Al-Qaeda comme étant « légales et nécessaires ». Mais les frappes préventives ne sont pas le seul outil de l’Amérique. Il y a le centre de détention à Guantanamo Bay où des centaines de prisonniers de « guerre » de 13 ans et plus, sont emprisonnés sur le long terme dans des conditions inhumaines, sans « procès légal » et en violation flagrante des Conventions de Genève. Beaucoup ont, à ce jour, été « rendus » à d’autres pays. C’est une vie pire que la mort et beaucoup de ceux en captivité illégale mourront sans doute, victimes d’une autre forme d’assassinat.

Le vice président Dick Cheney a dit à Fox News :

« Si vous avez une organisation qui a comploté ou qui complote un genre d’attaque suicide par exemple et qu’ils (les israéliens) ont la preuve de qui ils sont et où ils se trouvent, j’estime qu’il est justifié d’essayer de se protéger en prenant les devants.

Cette approbation a donné une impulsion bienvenue au programme accéléré d’assassinats de Sharon. Arafat a prétendu que le cabinet israélien avait approuvé le projet de tuer un grand nombre de Palestiniens importants. Sharon a nié mais il a défendu la politique d’assassinats en tant que « mesure anti-terrorisme défensive ». Il a dit qu’il avait envoyé aux Palestiniens une liste de 100 noms de terroristes que l’Autorité Palestinienne devait arrêter et que dans le cas contraire Israël continuerait à « exercer son droit d’autodéfense ».

On apprend qu’aujourd’hui des conseillers israéliens entraînent les forces spéciales américaines en leur enseignant des méthodes agressives anti-insurrectionnelles en Irak, y compris l’utilisation d’escadrons d’assassinats contre des dirigeants de la guérilla. Des spécialistes de la guerre urbaine partagent leurs compétences aiguisées contre les Palestiniens en Cisjordanie et Gaza pour aider les Etats-Unis à mettre sur pied leurs propres équipes de chasseurs-tueurs.

Des escadrons de la mort israéliens, ici en Grande Bretagne ?

Encore plus inquiétants sont des rapports disant que les escadrons de la mort israéliens ont reçu l’autorisation d’entrer dans les pays « amis » et de tuer les personnes où qu’elles soient si elles sont soupçonnées d’être une menace pour l’état juif. Les assassinats ciblés ont été plutôt restreintes à la Palestine occupée mais la nomination en 2002 d’un nouveau directeur du Mossad, Meir Dagan, a changé tout cela.

Il est dit que Sharon avait donné à son vieux copain Dagan un mandat pour réactiver les méthodes traditionnelles du Mossad, y compris les assassinats à l’étranger même si les relations bilatérales risquaient d’être compromises. Alors notre ministre de l’intérieur, le fringrant Jaqui Smith, ferait bien de nous dire sans mentir si les truands du Mossad sont en ce moment en train de rôder dans les rues de Londres, Bradford, Glasgow et Manchester, en train de tuer les comploteurs qui combattent leur régime raciste pourri.

Un servile George « Dubya » (argot américain pour George Walker Bush) Bush, lors de la célébration pour le 60ème anniversaire d’Israël, s’est incliné devant son « garant » sioniste et a déclaré que les Etats Unis étaient fiers d’être « leur plus proches allié et leur meilleur ami au monde ». Il leur a dit qu’ils avaient travaillé sans relâche pour la paix et qu’ils avaient combattu vaillamment pour la liberté. « Vous avez construit une grande démocratie qui durera toujours et qui pourra toujours compter sur l’Amérique pour se tenir à ses côtés ». Il est évident pour le reste du monde que le commandeur en chef des Etats-Unis sait où se trouve son intérêt.

Et en s’adressant à la Knesset sur le sujet de l’Iran, le texan docile, ne se rendant pas compte de l’ironie de son discours, a dit : « Permettre au plus important sponsor de la terreur de posséder l’arme la plus destructrice du monde serait pour les générations futures, une trahison impardonnable ». Il a continué en comparant ceux qui réclamaient des négociations avec les « terroristes et les radicaux » aux pacificateurs des nazis avant la deuxième guerre mondiale, le crétin étant apparemment incapable de faire la différence.

Les tyrans génocidaires, les gouvernants corrompus et les chefs d’états sanguinaires convoitant une domination mondiale et dans le désir de garder le monde dans un état de tumulte, ils infestent encore une fois de plus la planète. Ils sont souvent nés et éduqués dans des démocraties occidentales que le monde est supposé admirer mais qui sont aujourd’hui si corrompues qu’ils dégoutent beaucoup de personnes sensées. Etant donné que ces menaces ne peuvent pas être traitées en justice de façon normale, alors c’est le travail du Bureau des Assassinats renaissant et rénové.

Les commandants militaires des combattants de la liberté et de la résistance ne sont pas le problème. Les peuples du monde ont besoin d’un instrument pour éradiquer la pauvreté au sein des sociétés riches, pauvreté qui menace l’humanité. Ils ont besoin de se débarrasser des super-prédateurs responsables de millions de morts, qui se mêlent massivement de choses qui ne les regarde pas, qui créent l’injustice et qui rendent la vie misérable à des millions de personnes. Nous avons tous notre propre liste de souhaits. Je parie que les mêmes noms ciblés réapparaissent régulièrement.

Pensez : un service de débarras public socialement responsable prêt à faire affaire avec n’importe quel membre du public qui s’estime en guerre contre ces forces maléfiques et qui peut présenter un bon argument pour un meurtre devant le bureau du chef et son équipe. J’imagine déjà de longues queues qui se forment dans le but de recruter l’aide du bureau pour éliminer les persécuteurs du monde. Ils n’ont plus d’endroit où se cacher. Les demandes de débarras doivent bien sur être accompagnées d’un « renseignement » correct.

Le travail d’un Bureau des Assassinats serait parfaitement « légal et légitime » et certainement plus que « nécessaire ». Et ça ne ferait que suivre le précédent institué par les Etats-Unis et Israël.

Rêvez toujours !

*Stuart Littlewood est un ancien homme d’affaires devenu écrivain originaire de Norfolk, G.B. Il a récemment publié un livre intitulé « Radio Free Palestine » au sujet du sort des Palestiniens sous occupation (http://www.radiofreepalestine.co.uk) Cet article est paru dans « Redress Information & Analysis : http://www.redress.cc)



04/08/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres