PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Suisse : Le poisson du 1er avril a un goût amer pour les chômeurs suisses. Plus de 15'000 d'entre eux perdent leur droit à toucher des indemnités avec l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur l'assurance chômage.

Suisse

Assurance chômage: les cantons romands réagissent

31.03.2011 17:26 - mise à jour: 01.04.2011 15:27
Près d'un tiers des chômeurs arrivant en fin de droit ce 1er avril risquent de se tourner vers l'aide sociale. [Laurent Gillieron - Keystone]
Près d'un tiers des chômeurs arrivant en fin de droit ce 1er avril risquent de se tourner vers l'aide sociale. [Laurent Gillieron - Keystone]
Le poisson du 1er avril a un goût amer pour les chômeurs suisses. Plus de 15'000 d'entre eux perdent leur droit à toucher des indemnités avec l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur l'assurance chômage. Une partie devra se tourner vers l'aide sociale. Particulièrement touchés, les cantons romands ont réagi en prenant certaines mesures. Tour d'horizon.

La réforme de l'assurance chômage (LACI), qui entre en vigueur ce vendredi, prévoit diverses réductions des prestations, en particulier une diminution de la durée des indemnités (lire encadré).

En décembre, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann avait indiqué devant le Conseil national que 14'000 à 17'000 chômeurs arriveraient en fin de droit le 1er avril, soit 10 à 12% du nombre de personnes inscrites dans les offices de travail. Selon les syndicats, ce chiffre pourrait grimper à 20'000.

Pour les cantons et les communes, la révision devrait engendrer des charges supplémentaires d'au moins 100 millions de francs par an, estime le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

Jusqu'à un tiers de ces personnes (celles qui possèdent moins de 4000 francs de fortune) pourraient avoir recours à l'aide sociale. Proportionnellement à la population active, les cantons latins seront davantage touchés, avec 7100 à 7500 chômeurs qui arriveront en fin de droit.

Le raccourcissement de la durée des prestations a des effets plus importants dans les cantons de Genève, Vaud, Neuchâtel, du Jura et du Tessin, qui avaient été autorisés à augmenter la durée des prestations de 400 à 520 jours en raison d'un fort taux de chômage régional.

CE QUE CHANGE LA NOUVELLE LOI

La 4e révision de la loi sur l'assurance chômage, acceptée par le peuple le 26 septembre dernier, comporte un certain nombre de mesures.

Côté cotisations, la ponction financée à parts égales par l'employé et l'employeur a passé de 2 à 2,2%. Pour amortir la dette, 1% de solidarité est en outre prélevé auprès des personnes qui gagnent entre 126'000 francs et 315'000 francs par an.

Côté prestations, la durée d'indemnisation est alignée sur la durée de cotisation. Pour obtenir les 18 mois usuels d'indemnités, les assurés devront avoir alimenté l'assurance aussi longtemps, soit six mois de plus qu'actuellement. Un an de contributions ne donnera plus droit qu'à un an d'indemnités.

Seuls les plus de 55 ans et les titulaires d'une rente d'invalidité à au moins 40% pourront encore bénéficier de 520 jours d'indemnités. Les régions durement frappées par la crise ne pourront plus accéder à cette extension temporaire.

Exit aussi la possibilité de prolonger la durée du chômage partiel. Les jeunes trinqueront particulièrement. Si les moins de 30 ans ne veulent pas être pénalisés par l'assurance, ils devront accepter un emploi même si celui-ci ne tient pas compte de leurs aptitudes ou de leur formation.

Les moins de 25 ans sans enfant ne pourront en outre plus prétendre qu'à 9 mois d'indemnisation au lieu d'un an. Quant aux étudiants sans travail après leur formation, ils devront se contenter de 90 jours d'indemnités au lieu de 200, et ce après six mois d'attente.

Les délais généraux d'attente seront plus longs. Certains chômeurs sans charge de famille devront patienter davantage que les cinq jours actuels pour voir la couleur de l'argent. Le délai passe à dix jours pour un revenu entre 60'001 et 90'000 francs, à quinze jours pour la tranche supérieure allant jusqu'à 125'000 francs et à vingt jours au-delà. Ceux qui gagnent moins que 60'000 francs ne sont pas concernés.


01/04/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres