PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Si rien ne change, ici aussi la police "spéciale" tirera dans la foule.

 

Plus je regarde le monde des hommes, et plus je m'aperçois que, contrairement à une idée reçue qu'on nous a insidieusement suggérée, il n'est pas plein de cons, de beaufs ou de mollusques.

 

Malgré la puissance de la machine à décerveler, bien des gens ne sont pas dupes de la grosse malversation en cours. Le nombre de plus en plus ridicule des votants en est une preuve cinglante.

 

Si bien des humains sont encore la proie de leurs passions, des fantasmes qu'on leur a inculqués, des murs où on les détient - travail, pavillon, patrie - ou, plus moderne - chômage, cité, misère - et qu'on leur présente selon le cas comme inéluctables ou en voie d'amélioration, la conscience collective de l'arnaque grimpe peu à peu.

 

Le niveau de la cote d'impopularité de Sarkoumane, premier mafieux de france auquel ce terme convient mieux que celui de "cote de popularité" le montre clairement.

 

Le roi non seulement est nu, mais en plus il est tellement sale que même les grandes personnes le voient et se bouchent le nez. Il en est ici comme en Tunisie. Tout le monde excècre le gros benali pour les nombreuses extorsions dont il s'est rendu coupable. Maintenant qu'il lâche ses sbires dans les rues armes en main, le pouvoir français lui propose l'expertise de ses lansquenets pour l'aider à chevaucher le tigre.

 

La french connection se lâche de plus en plus. Magouilles, corruption, menaces, affirmation hautaine de la violence dont elle est potentiellement détentrice, elle montre un vilain cul et de vilaines dents.

 

Et chacun maintenant le voit. De plus en plus de gens, malgré les tonnes de sirop que versent les medias, se rendent compte que gauche, droite, dure ou molle, ils se la prennent toujours dans le fillon.

 

Si rien ne change, ici aussi la police "spéciale" tirera dans la foule.

 

Car la foule grandit des sans espoir, des largués dans le vide, des écoeurés, lassés, désabusés. Les crues sont le symbole de ce qui se déroule dans les esprits et dans les coeurs. Ça monte, ça monte, puis soudain ça emporte tout.

 

Mais pourquoi ne se passe-t-il rien, malgré cette augmentation de conscience ?

 

Pour deux raisons : d'abord, largement supérieur à leurs prétendus maîtres, l'homme ou la femme normaux, loin de rechercher le pouvoir par tous les moyens, dont la violence, veulent vivre en paix. Ensuite, il en va des mouvements collectifs comme du feu : inutile de porter la flamme sur du bois humide, elle s'éteint. Lorsque le bois est sec, une simple étincelle l'embrase.

 

Il faut du temps pour que le bois sèche, il faut du temps et que toutes les eaux convergent pour que les crues emportent tout. Une crue, c'est le niveau des eaux qui croît. Lorsque le pouvoir met des barrages à la crue des consciences, il ne fait qu'accélérer le mouvement. C'est mathématique.

 

Et quand le temps est mûr, tout change en un instant.

 

C'est la raison pour laquelle ce monde puant est déjà fini, même s'il l'ignore et s'acharne. Plus il s'acharne, et plus sa chute est proche.



13/01/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres