PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Réforme de la retraite,ou euthanasie? Parrainer anciens et jeunes (eva R-sistons)

Vendredi 8 octobre 2010 5 08 /10 /2010 08:45

 

 

Derrière la réforme de la retraite,

l'euthanasie. Barbarie de notre société.

 

Parrainer des jeunes et des anciens.

 

Par eva R-sistons à l'intolérable

 

 

Dans un article que j'ai publié en 2007, je viens de retrouver des textes d'une brûlante actualité: Sur la violence structurelle, sur l'euthanasie des retraités, sur la peur, sur la destination des enfants d'Israël. Je vous les joins: Relayez-les, surtout. Certains textes sont décisifs. Pour comprendre, pour agir !

 

Ainsi, à l'heure où l'on se bat, légitimement, pour des retraites dignes de ce nom et lorsqu'on peut encore jouir de la vie, il est utile de rappeler ce à quoi, finalement, nous sommes destinés, à plus ou moins long terme: A l'euthanasie. Derrière la bataille pour la retraite, se dessine en fait un combat pour la vie, jusqu'au bout. Tant que nous cotisons pour la vieillesse, nous pouvons engraisser Sarkozy (un frère du Président s'occupe de l'Assurance pour le Troisième âge, et...  d'Alzeihmer !) et ses amis, nous les intéressons. Ensuite, nous devrons "partir": Ils encaisseront d'abord les dividendes de nos vies, puis ils s'arrangeront pour que nous ne soyons pas une charge pour la société. L'un des premiers critères, aujourd'hui, est la rentabilité. Les retraités deviennent jetables quand ils ne rapportent plus... Notre "civilisation" confine à la barbarie. Dans le cerveau malade des Décideurs, à terme, le retraité doit être euthanasié. Les propos de leur principal porte-parole en France, Jacques Attali, sont sans ambiguïté. Alerte ! La question de nos retraites débouche sur l'euthanasie...

 

Je voudrais aussi vous dire que le phénomène Sarkozy ne doit pas nous étonner. Il est en réalité le produit de notre temps. En effet, j'entends à l'instant, par exemple, Jean-Louis Debré dire, sur le 22 h de Public Senat: "Avant, on se battait pour des idées, pour des valeurs. Aujourd'hui, pour des places". Réalisons-nous à quel point nous avons été pollués, oui, pollués, par la Pensée Unique quotidiennement distillée dans les Médias ? Consommer, réussir, gagner le maximum d'argent, prendre la place de l'autre, le supplanter, etc. La solidarité ? Une valeur désuète, aujourd'hui...

 

 

 

Savez-vous que j'ai mis en place mon blog R-sistons à l'intolérable, voici 3 ans,  pour protester contre la désinformation lors de la dernière Présidentielle ? La désinformation, les Médias instruments de propagande du Système planétaire qui broie les individus, sont le problème numéro un de l'humanité. Ce sont la télé, la presse, la radio, qui nous disent comment penser ou pour qui nous devons voter.

 

Un Lecteur me demandait récemment comment briser les chaînes qu'on pose sur nous chaque jour un peu plus. Prochainement, je ferai un article que j'ai promis, pour moi il sera le plus important de mon blog R-sistons: Il donnera, entre autres, un chemin essentiel de libération après que j'aie analysé, au préalable, les mécanismes insidieux d'oppression. En attendant, je vous livre une piste, essentielle: Et si nous faisons cela, vraiment, intelligemment, de manière concertée, dans le monde entier, dans la durée, je vous garantis que nous pourrons commencer à nous débarrasser de nos chaînes.

 

Compte tenu du fait que les Médias sont la courroie de transmission des pouvoirs assassins de la souveraineté, des libertés, de notre santé, de l'emploi, de la paix, etc, compte tenu donc que ces Médias nous empêchent de penser par nous-mêmes, c'est à eux que nous devons nous en prendre. Des "femmes en blanc", ou "en noir", par exemple, ont obtenu des résultats, par leur persévérance. Eh bien, il est nécessaire de manifester tous les jours devant les Rédactions, en silence ou bruyamment, jusqu'à ce que nous obtenions satisfaction. Il faut les HARCELER !

 

Parrainer des anciens

et des jeunes

 

Les Médias doivent être libres, ils doivent informer, et par exemple, au lieu de compatir chaque jour aux malheurs passés des victimes de la Shoah ou de nous terroriser avec Ben Laden  (pourtant décédé) et ses émules, ils doivent avec franchise, dans la clarté, aborder les graves questions du moment, comme les chemtrails, l'industrie agro-alimentaire, les attentats sous faux drapeau, le sens du 11/9, la casse sociale, les méfaits du libéralisme etc... Les citoyens doivent savoir ce qui se passe réellement. Et cela commence par chacun de nous: Je le répète encore et toujours, nous devons êtres nous-mêmes, tous, journalistes, nous devons informer au travail, dans notre voisinage, dans la famille, et surtout, surtout, auprès des jeunes et des personnes isolées, seules, âgées. Elles sont à l'écoute ! Si chacun se fixait comme objectif de prendre sous sa tutelle un ou deux "anciens", les accompagner dans leur solitude, une heure par semaine par exemple, gagner leur confiance, regarder la télé avec eux, et leur expliquer ce qui se passe réellement, leur donner les CLEFS pour comprendre, si chacun, donc, prenait le temps pour parler, pour expliquer, croyez-moi les choses commenceraient à bouger.

 

Les jeunes, eux aussi, doivent être informés, ils sont les victimes du futur. Ils commencent à bouger, ils commencent à comprendre que demain se prépare aujourd'hui, bravo ! Mais il faut aller plus loin, travailler dans la durée. "Parrainons" des jeunes et des anciens, et vous verrez, plus rien ne sera comme avant. N'attendons pas tout des autres ! De même que chacun doit surveiller sa consommation d'eau ou d'électricité, pour le devenir de la planète, chacun doit faire son travail d'informateur puisque nous avons la chance, nous, de "savoir". De savoir ce qui se passe réellement, de ne pas être dupes !

 

Nous ne pouvons pas rester les bras croisés, nous ne pouvons pas nous résigner au pire: Nous le devons à  NOS descendants. C'est NOTRE responsabilité !

 

Voilà une première réponse, concrète, à mon Lecteur qui, à juste titre, déplorait de lire dans mes blogs tout ce que l'Oligarchie politico-financière prépare, sans savoir comment y échapper.  Il faut désamorcer la désinformation (je joins dans ce post, d'ailleurs, le texte de Danièle la militante handicapée, pour vous motiver) ! Et celle-ci, parfois, est très subtile. Par exemple, au 20 h de FR2, avec l'inénarrable Pujadas, ce 7 octobre, on montrait les "remuants" lycéens, on interviewait des jeunes décidés à se battre pour un avenir meilleur. Et qui a été choisi pour répondre ? Un lycéen Arabe. Lorsqu'on interviewe un Professeur dans un Grand Hôpital, on choisit un judéo-chrétien. Bref, de façon très sournoise, on stigmatise l'Arabe, le Musulman, on le discrédite, en l'assimilant à un manifestant, à un contestataire de l'"ordre Républicain", à un perturbateur. Exactement comme on présente le "bon" Américain comme un sauveur, alors qu'il déstabilise toute la planète.

 

Tant qu'on n'aura pas pris-à-bras le corps la question brûlante de la désinformation, on n'aura pas avancé. Je n'hésite pas à le dire: Ce doit être le premier de nos combats ! Et chacun, là où il est, peut être utile.

 

Votre eva

 

N.B.: La barbarie avance. J'apprends à l'instant, alors qu'on nous propose toujours les modèles étrangers, que nos "amis" anglais, toujours à la pointe du "progrès", sont appelés à devenir des "agents de surveillance amateurs", des voyeuristes, des chasseurs de primes. Société de dénonciation ! Tous contrôlés par tous... C'est pas joli, ça ? Et pour vous montrer, encore, la subtilité de l'information, ce même soir, Pujadas, encore lui, montre un retraité de 74 ans trop heureux de s'occuper à nouveau de logistique, cette fois pour une association humanitaire, au détriment d'un jeune à la recherche d'un emploi. Retraités, travaillez jusqu'à la mort ! Et à l'instant, sur la LCP, le député Eric Ciotti plaide pour les caméras de "protection". Voilà comment, en changeant les mots, on maquille une réalité, pour la rendre acceptable, et même... souhaitable ! Non, Monsieur l'obsédé de sécurité, ce sont des vidéos de... surveillance des citoyens, partout, en tous temps ! Et cette société liberticide, nous n'en voulons pas...

 

//r-sistons.over-blog.com/article-derriere-la-loi-sur-la-retraite-l-euthanasie-desamorcer-la-violence-structurelle-58478650.html 

 

 

Jacques Attali: Euthanasie des retraités

Dès qu’il dépasse 60/65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte alors cher à la société ; il est bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement, plutôt qu’elle ne se détériore progressivement.

 

"On pourrait accepterl'idéed'allongement de l'espérance de vie à condition de rendre les vieux solvables et de créer ainsi un marché.’

‘Je crois que dans la logique même du système industriel dans lequel nous nous trouvons, l'allongement de la durée de vie n'est plus un objectif souhaité par la logique du pouvoir".

‘L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures dans tous les cas de figure ... L'euthanasie deviendra un instrument essentiel du gouvernement ".

Extraits de son livre L’homme nomade - Ed. Le Livre de Poche, 2005

Henri Dubost pour Novopress


[cc] Novopress.info, 2007
[//fr.novopress.info]



08/10/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres