PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Rapport sur les violations israéliennes des droits humains

Rapport sur les violations israéliennes des droits humains

jeudi 2 juin 2011 - 22h:35

PCHR du 26 mai au 1er juin 2011


Les Forces d’occupation israéliennes (FOI) poursuivent leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO).

Pendant cette semaine du 26 mai au 1er juin :

  • un mineur palestinien a été blessé dans le village d’Iraq Bourin, au sud de Naplouse ;
  • les FOI ont continué d’employer la force contre les manifestations non violentes en Cisjordanie :
    • un manifestant palestinien a été blessé à Bil’in, à l’ouest de Ramallah ;
    • 15 manifestants, dont un mineur, ont été arrêtés :
      • parmi ces personnes arrêtées, 7 Palestiniens et 8 militants internationaux ;
  • les FOI ont conduit 47 incursions dans les communautés palestiniennes de Cisjordanie, et une plus limitée dans la bande de Gaza :
    • 29 Palestiniens, dont 4 mineurs et 2 femmes, ont été arrêtés ;
    • les FOI ont lancé une opération de grande envergure contre le Jihad islamique à Jénine et fermé 2 associations de bienfaisance ;
  • les FOI ont poursuivi leurs activités de colonisation, et les colons leurs attaques en Cisjordanie :
    • les FOI ont démoli 8 puits artésiens à Jénine et rasé au bulldozer une boutique de matériels de construction à Qalqilya ;
  • les colons israéliens ont attaqué un berger palestinien à Madma, un village au sud de Naplouse ;
    • les colons israéliens ont mis le feu à 4 dunums (0,4 ha) de cultures d’orge à Madma ;
  • Israël a maintenu un siège total sur la bande de Gaza et resserré celui de la Cisjordanie :
    • 4 Palestiniens au moins ont été arrêtés sur les check-points militaires en Cisjordanie ;
    • les FOI ont gardé en détention un président du Conseil législatif palestinien et 2 députés, et arrêté un troisième député.
(JPG)
Les forces israéliennes obligent un civil palestinien à démolir sa propre maison dans le quartier de Wad al-Jouz, à Jérusalem-Est occupée.

 

Violations israéliennes recensées durant la semaine du 26 mai au 1er juin 2011

 

1 - Incursions dans les zones palestiniennes et agressions contre les civils palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

 

Jeudi 26 mai

 

Minuit et demi, les FOI pénètrent dans le camp de réfugiés d’al-Arroub, au nord d’Hébron. Elles s’introduisent dans la maison d’Abdul Aziz Salim Balasi, arrêtent le fils de Balasi, Umar, 18 ans, et l’emmènent au centre de détention de Kfar Etzion, au sud-ouest de Bethléhem.

 

2 h, incursion dans al-Shawawra, à l’est de Bethléhem. Opération sur la maison de Muhannad Ahmed Saadad al-Asa, 26 ans. L’armée contrôle les identités des habitants, arrête al-Aza et le conduit au centre de détention de Ras Fredes, au sud de Bethléhem. Plus tard, elle le transfère au centre de Kfar Etzion.

 

10 h, incursion dans Kafr Zibad, au nord-est de Qalqilya, puis l’armée investit le village voisin de Kafr Abboush.

 

10 h 15, dans al-Funduq, à l’est de Qalqilya.

 

21 h 30, l’armée entre dans Beit Leqia, à l’ouest de Ramallah, patrouille dans les rues du village. De jeunes garçons se rassemblent et lancent des pierres sur l’occupant, qui répond aussitôt en tirant à balles caoutchouc, avec des bombes assourdissantes et des grenades lacrymogènes. De nombreux jeunes souffrent de l’inhalation des gaz.

 

22 h, incursion dans Jafna, au nord de Ramallah.

 

22 h 30, dans Jéricho.

 

Vendredi 27 mai

 

1 h, les FOI entrent dans al-Majd, à l’ouest de Dora au sud-ouest d’Hébron. Elles font irruption dans la maison de Hamza Ibrahim Amr, arrêtent son fils de 18 ans, Abdullah, et l’emmènent au bureau de police près de la colonie Kiryat Arba, au sud-est d’Hébron. Abdullah est arrêté sous l’accusation de jets de pierres sur des véhicules des FOI, près du mur d’annexion. Il est plus tard transféré au centre de détention de Kfar Etzion.

 

2 h 30, incursion dans al-Shawawra, à l’est de Bethléhem. Fouille de la maison d’Ahmed Issa Mohammed Hamdan, 24 ans. L’armée arrête Hamdan et le conduit au centre de Ras Fredes, puis le transfère à Kfar Etzion.

 

23 h, dans Bitonia, à l’ouest de Ramallah, où l’armée patrouille dans les rues en provoquant les Palestiniens.

 

23 h 20, dans Bir Zeit, au nord de Ramallah.

 

Samedi 28 mai

 

1 h, les FOI entrent dans Bedia, au nord-ouest de Salfit, et se retirent vers 4 h.

 

1 h 30, dans Qarawat Bani Hassan, même secteur, pour se retirer vers 4 h 10 ; et dans Kafr al-Diq, à l’ouest de Salfit, d’où l’armée se retire vers 2 h 30, après avoir remis un avis à Samer Anwar Mustafa al-Diq, 35 ans, lui ordonnant de se présenter aux Services de renseignements israéliens.

 

Dimanche 29 mai

 

1 h, incursion dans Bil’in, à l’ouest de Ramallah. L’armée provoque les Palestiniens en patrouillant dans les rues, klaxonnant et dérangeant les habitants du village. Les soldats se mettent ensuite à tirer de façon intensif avec des grenades lacrymogènes, des grenades assourdissantes et des grenades incapacitantes. Des enfants et des civils du village paniquent. Les FOI se retirent par la suite.

 

2 h, dans le camp de réfugiés d’Ukbet Jaber, au sud de Jéricho. L’armée fait irruption dans de nombreuses maisons, délivre des avis à Khalil Abu al-Asal et à Kamal Said al-Lada, leur ordonnant de se présenter devant les Services de renseignements israéliens.

 

3 h 30, dans le camp de réfugiés de Nour Shams, à l’est de Tulkarem. Les soldats prennent position dans le secteur d’al-Jama, dans le centre du camp. Ils s’infiltrent dans une maison de trois étages appartenant à Umar Tarif Abdullah Ghannam, 57 ans. Ils démolissent la grande porte de la maison et montent au second étage où Shadi, 31 ans, fils de Ghannam, habite. Shadi n’est pas chez lui. Les soldats démolissent la porte et interrogent son épouse. Ils montent ensuite au troisième étage, et ils démolissent la porte. Ils arrêtent ensuite Fadi, 22 ans, qui est le fils de Ghannam. L’armée utilise des chiens renifleurs pour fouiller la maison, puis se retire. Un peu plus tard, les soldats investissent la maison d’Ali Khari Mohammed Abu Salah, 27 ans, et l’arrêtent. L’armée se retire en début de matinée.

 

Rasha Ahmed Jamal Ghannam, 26 ans, l’épouse de Shadi, témoigne auprès du PCHR :

 

« Vers 3 h 30, le 29 mai, les soldats israéliens sont entrés dans notre maison de 3 étages, dans le quartier d’al-Jame, dans le centre du camp de réfugiés de Nour Shams. Ils ont démoli la porte principale et sont montés dans la chambre du second étage, où je me trouvais avec mes enfants. Quand je les ai entendus démolir la porte du second étage, je me suis mise à crier.

 Après avoir démoli la porte, ils ont pointé leurs armes sur moi. J’ai couru vers la pièce où dormaient mes enfants. Je suis descendue au premier. D’abord, j’ai pensé qu’ils volaient. L’un des soldats m’a suivi et a pointé son arme sur moi. Il m’a demandé d’une voix basse "Où est Fadi ?". Je lui ai dit qu’ici c’était la maison de Shadi, et qu’il n’était pas là. Le soldat est parti parler avec une autre personne puis il est revenu vers moi.

Il m’a posé plusieurs questions sur mon époux, Shadi. Il était le seul soldat à parler arabe. Les soldats alors sont montés au troisième étage, l’un d’eux restant près de la porte de la pièce où je me trouvais. Ils ont démoli la porte du troisième et arrêté mon beau-frère, Fadi. Ils ont fait venir alors des chiens dressés et ont fouillé la maison. Mes enfants et moi étions dans une panique totale. Pendant qu’ils se retiraient de la maison, l’un des soldats a frappé ma belle-mère, Nazira Mohammed Issa Ghannam, 51 ans, qui était au premier étage, avec la crosse de son fusil. Dans la matinée, nous l’avons emmené à l’hôpital. »

 

4 h 10, incursion dans Qalqilya ; l’armée arrête Mohammed Nasim al-Shanti, 24 ans.

 

10 h 30, dans la banlieue nord de Tulkarem, Shweaka.

 

11 h 30, dans Deir al-Sudan, au nord de Ramallah.

 

22 h, dans al-Ouja, au nord de Jéricho.

 

Mercredi 30 mai

 

2 h, les FOI entrent dans le camp de réfugiés de Deishé, au sud de Bethléhem. Elles fouillent de nombreuses maisons dans l’ouest et le nord du camp. Elles se retirent vers 4 h 30, arrêtant 4 Palestiniens, dont 3 mineurs, pour les conduire au centre de détention de Kfar Etzion. Elles les y gardent pour interrogatoire sur accusation de jets de pierres et de cocktails Molotov sur les véhicules des FOI. Les prisonniers sont :

 

  • Mufti Maarouf Abdul Hamid Umar, 16 ans ;
  • Tamer Harbi Khader Abu Sdoud, 17 ans ;
  • Zakareya Mustafa Ibrahim Abu Aysha, 16 ans, et
  • Qusai Mohammed Mahmoud al-Sharif, 18 ans.

D’après l’enquête du PCHR, les FOI ont frappé délibérément Mufti Maarouf Abdul Hamid Umar, à coups de pieds, alors qu’ils l’emmenaient à leur véhicule. Elles ont provoqué de légers dommages à la maison de Qusai Mohammed Mahmoud al-Sharif, pendant la fouille, et la panique parmi les frères et sœurs avec leurs actes et leurs cris. Elles ont conduit al-Sharif à pied de sa maison dans le camp de Deishé jusque dans la zone de l’étang de Solomon, dans le village voisin d’al-Khader.

 

11 h 30, les FOI entrent dans Seilet al-Daher, au sud de Jénine. Les soldats descendent de leurs véhicules et font un tour dans les ruelles avec un photographe en civil. Celui-ci prend en photo toutes les vieilles maisons et les ruelles qui y conduisent. Puis les FOI se retirent.

 

11 h 30, incursion dans Shwaika à nouveau, en périphérie nord de Tulkarem.

 

13 h 30, dans Iraq Bourin, au sud de Naplouse, l’armée pénètre en tirant des bombes assourdissantes et des grenades lacrymogènes. Des garçons se regroupent, et lancent des pierres sur l’occupant qui réplique immédiatement en tirant sur eux à balles caoutchouc, avec des grenades lacrymogènes.

 

Amir Aref Mustafa Qadous, 16 ans, est atteint par une balle en plein visage, et Sakher Husam Aref al-Faqih, 20 ans, souffre de l’inhalation des lacrymogènes. Les blessés sont transférés à l’hôpital public Rafidia, à Naplouse, pour y recevoir des soins.

 

13 h 30, un détachement de soldats israéliens, déguisés en arabe, s’infiltre dans le quartier d’Um al-Sharayet, dans al-Bireh. Les soldats circulent à bord d’un camion Mercedes et d’une Caravelle Volkswagen grise. Les véhicules stoppent près du restaurant populaire Abboud, dans l’immeuble Abu Ahmed al-Malhi, près des bureaux du ministère de l’Économie. Cinq soldats en descendent et pénètrent dans le restaurant. Un peu plus tard, plusieurs véhicules militaires arrivent devant le restaurant et de nombreux soldats y font irruption. Ils fouillent le restaurant, maltraitant les gens qui y travaillent autant que les clients. Quelques minutes plus tard, ils sortent du restaurant avec trois Palestiniens menottés et les yeux bandés.

 

Des témoins ont dit au PCHR que les FOI avaient frappé les trois Palestiniens qu’ils venaient d’arrêter, qui furent interrogés et conduits au centre d’interrogatoires d’al-Maskoubeyeh, à Jérusalem. Deux heures plus tard, les FOI reviennent et réopèrent sur le même restaurant. Ils cherchent les caméras de surveillance posées dans le restaurant et qui se trouvaient à l’entrée du restaurant.

 

Ils investissent aussi une maison appartenant à Hamza Mohammed Abdul Halim Abdo, 33 ans, lequel est aussi le propriétaire dudit restaurant. Ils lui saisissent deux ordinateurs et trois caméras de surveillance chez lui et dans une boutique voisine. Les soldats conduisent ensuite Abdo vers une destination inconnue. Les trois Palestiniens arrêtés sont :

 

  • Hamed Naim Hassoun, 18 ans ;
  • Louay Adan, 22 ans, et
  • Saleh Hamed, 23 ans.

le même jour à 19 h, les FOI libèrent Hamed Naim Hassoun. Le lendemain, elles libèrent Saleh Hamed.

 

14 h 10, incursion dans Azzoun, à l’est de Qalqilya. L’armée patrouille dans les rues et fouille un café-internet. Elles retiennent Ramzi Naim Hussein, 16 ans, pour le relâché un peu plus tard.

 

22 h, incursion dans al-Nabi Saleh, à l’ouest de Ramallah. Les soldats patrouillent en provoquant, klaxonnant et embêtant les Palestiniens du village. Un certain de nombre de jeunes garçons se regroupent et lancent des pierres sur les FOI qui répliquent immédiatement. Beaucoup de garçons inhalent les lacrymogènes. Puis les FOI s’en vont.

 

21 h 30, dans Beit Leqia, même secteur. Même scène.

 

Mardi 31 mai

 

A) Vaste opération contre le mouvement du Jihad islamique à Jénine

 

A l’aube du mardi 31 mai, les FOI lancent une opération d’envergure contre le mouvement du Jihad islamique à Jénine. Elles investissent les villages et quartiers dans Jénine et arrêtent 12 membres du Jihad islamique, dont 2 femmes. Elles saisissent aussi tout ce que possèdent deux associations affiliées au Jihad islamique, mais elles ne parviennent pas à mettre la main sur Khader Mousa, dirigeant politique du Jihad, bien qu’elles aient opéré à son domicile et maltraité sa famille.

 

-  Minuit quarante-cinq, incursion dans Arraba, village au sud-ouest de Jénine. L’armée patrouille et stationne dans le centre ville. Un détachement comptant près de 200 fantassins encercle la maison de Khader Adnan Mohammed Mousa, 32 ans, dirigeant du Jihad, et fouille son domicile avec des chiens renifleurs, après avoir obligé les habitants à sortir. Les soldats brutalisent également la famille de Mousa. Avant de se retirer, ils remettent un avis à l’épouse de Mousa lui imposant de se rendre aux FOI au bureau de coordination du district de Salem, dans le nord ouest de Jénine, d’ici 12 h, sinon il sera sur la liste des « recherchés ».

 

1 h, incursion dans le quartier Est d’Arraba. Les FOI se postent près de l’école de l’UNRWA et opèrent sur la maison de Jasser Abdul Latif Mohammed Shibani, 43 ans. Elles obligent les habitants à sortir, elles menottent et bandent les yeux de Shibani et de ses fils adultes. Puis elles font rentrer les membres de la famille dans la maison et les regroupent dans une pièce unique, puis elles fouillent la maison. Elles arrêtent la fille de Shibani, Saja, 23 ans, qui est employée à la Société islamique d’entre-aides aux orphelins. Elles saisissent une somme d’argent de Saja et des documents liés à son travail ainsi que des documents d’identification de sa famille.

 

1 h, incursion dans la maison de Muna Hussein Awad Dar Hussein Qaadan, 40 ans, qui est la directrice de la Société al-Baraa pour les filles musulmanes. Les FOI arrêtent Dar Hussein et lui confisquent un ordinateur portable, un téléphone mobile et un écran d’ordinateur.

 

Plus tard, les FOI vont dans l’ouest d’Arraba. Elles se postent dans le quartier d’al-Mardawi, et font irruption chez Mohammed Azmi Suleiman Mardawi, 30 ans. Elles démolissent la porte principale de la maison et obligent les habitants à sortir, puis fouillent la maison. Elles arrêtent ensuite Mardawi.

 

Les FOI se retirent dans la matinée avec les trois Palestiniens arrêtés dans le village d’Arraba.

 

2 h, les FOI entrent dans Jénine. Elles s’arrêtent dans la rue Abu Bakr, dans le centre ville. Elles se déploient à proximité de l’immeuble al-Basatin, et occupent les terrasses des immeubles voisins. Elles encerclent l’immeuble al-Basatin et y font irruption. Elles opèrent sur un appartement au troisième étage. Cet appartement comprend les bureaux de la Société islamique d’entre-aides pour les orphelins et de la Société al-Baraa pour les filles musulmanes. Celle-ci a son principal bureau dans Kafr Qasem, à l’intérieur de la Ligne verte. Ce bureau a une licence officielle des autorités israéliennes. Les deux sociétés possèdent plusieurs écoles coraniques et jardins d’enfants. En outre, elles apportent de l’aide aux pauvres et aux orphelins. Les FOI leur confisquent tout le contenu des bureaux et collent des avis sur les portes mentionnant que les deux sociétés sont fermées par ordre de l’occupation israélienne, et qu’il leur est interdit d’ouvrir. Les FOI opèrent aussi sur les bureaux du PPP (le Parti du peuple palestinien), au second étage de l’immeuble al-Basatin, après en avoir détruit la porte d’entrée.

 

Un membre du PPP indique au PCHR que les FOI ont fait irruption dans leurs bureaux pour enlever une banderole de la société al-Baraa pour les filles musulmanes qui avait été attachée sur le mur extérieur de l’immeuble.

 

2 h, incursion dans al-Zababda, au sud-est de Jénine. L’armée patrouille et se poste dans le quartier sud. Les soldats pénètrent chez Taha Najeh Lutfi Sharqawi, 24 ans. Ils fouillent la maison à l’aide de chiens dressés et saisissent un ordinateur, 5 téléphones mobiles, des documents et des photos de la famille. Ils arrêtent Sharqawi et se retirent.

 

2 h, incursion dans Jabaa, au sud de Jénine. Après avoir patrouillé dans les rues, les soldats se postent dans le secteur d’al-Ein al-Sharqeya, à l’est du village. Ils opèrent chez Murad Walid Malaysha, 22 ans, qui est arrêté. Puis ils vont ensuite chez Ibrahim Asaad Mohammed Baddad, 43 ans, qui est également arrêté. Puis s’en vont.

 

2 h 20, les FOI entrent dans Kafr Ra’ei, au sud-ouest de Jénine. Elles vont chez Majdi Walid Ibrahim al-Sheikh Ibrahim, 30 ans, qui est entrepreneur. Elles fouillent la maison et l’arrêtent. En plus, elles confisquent des chèques et des documents commerciaux. Puis les FOI vont chez Belal Nabil Said Diab, 27 ans, pour la même opération, avec des chiens. Près d’une demi-heure plus tard, elles arrêtent Diab.

 

L’armée se retire de Kafr Ra’ei avec ses deux prisonniers.

 

3 h 30, incursion dans Anin, à l’ouest de Jénine. L’armée prend position dans le quartier nord, fouille la maison de Jamal Abdul Fattah Asaad Yousef, 33 ans, et l’arrête.

 

3 h 45, dans Seilet al-Hartheyeh, au nord-ouest de Jénine. L’armée se poste dans le quartier d’al-Zyoud, dans le centre. Elle opère sur la maison d’Usama Mohammed Salim Shalabi, 38 ans, et l’arrête. Puis, elle se dirige vers l’est et s’arrête dans le quartier d’al-Saadeya, où elle fait irruption chez Fadi Ahmed Abdul Karim Zayoud (al-Saadi), 26 ans, et l’arrête. Elle va ensuite dans le sud et se poste près de l’immeuble Jawwal, dans le quartier d’al-Jaradat, pènétre chez Mohammed Wajih Mefleh Jaradat, 26 ans, et l’arrête.

 

L’armée se retire du village avec les trois prisonniers.

 

B) Autres incursions ce mardi 31 mai

 

Minuit et demi, les FOI entrent dans Azzoun, à l’est de Qalqilya, patrouillent dans les rues, font irruption dans de nombreuses maisons et arrêtent Mohammed Qaher Abu Haneyeh, 17 ans, et Hadi Anwar Mashaal, 20 ans.

 

Le témoignage d’Anwar Mashaal au PCHR :

 

« Vers 1 h 30, le mardi 31 mai 2011, l’armée israélienne est arrivée chez moi. Les soldats ont fait irruption dans tous les étages, commençant du rez-de-chaussée jusqu’au quatrième étage. Ils avaient sauté du mur et pénétré dans la cour. Ils ont démoli la porte extérieure puis pénétré dans la maison, endommageant gravement les portes. J’ai ouvert la porte et ils ont voulu entrer. Je leur ai demandé d’attendre 5 minutes pour que les femmes puissent se préparer, mais ils ont refusé. Ils sont entrés dans la maison, la fouillant et vandalisant tout son contenu. Avant cela, ils ont obligé tout le monde à sortir de la maison. Ils voulaient que les enfants quittent la maison, mais je leur ai dit que c’était des enfants, et qu’il n’y avait aucune raison de les réveiller et de les obliger à sortir. Finalement, l’officier a acquiescé. J’ai dit alors, "Si vous cherchez l’un de mes fils, prenez-le simplement et évitez de démolir la maison". Cependant, ils ont tout vandalisé dans la maison. Ils ont arrêté mon fils, Hadi, qui dormait avec moi. Hadi est malade. Il a une jambe fracturée avec une plaque de platine transplantée dans la jambe. Quand ils nous ont autorisés à entrer dans la maison, nous n’avons pu que constater tous les dégâts, ils avaient esquinté les sofas, les toilettes, les ordinateurs, et la cuisine. Il y a un gros container que nous utilisons pour conserver de l’huile. Ils l’avaient renversé et l’huile s’était répandue partout. Ils ont détruit tout ce qu’ils ont vu dans la maison. »

 

2 h 30, incursion dans Alar, au nord de Tulkarem.

 

8 h 30, les FOI pénètrent à 300 mètres par l’est dans le camp de réfugiés d’al-Bureij au centre de la bande de Gaza. Jusqu’à 13 h, les bulldozers et les niveleuses ont poursuivi leur travail de ratissage systématique. Puis ils ont rejoint la frontière.

 

14 h, incursion dans Khrebtha al-Mesbah, à l’ouest de Ramallah ; et dans le sud d’Hébron, où l’armée fouille la maison de Said Yaaqoub Abu Rmouz, contrôle les identités et arrête le fils de Rmouz, Attar, 21 ans, et l’emmène au bureau de police près de la colonie Kiryat Arba, au sud-est d’Hébron, accusé d’avoir « battu un soldat israélien », puis Attar est conduit au centre de Kfar Etzion.

 

Il convient de noter qu’Attar venait juste, la veille 30 mai, d’être libéré d’une prison israélienne où il avait passé trois mois, et payé une amende de 3000 NIS (nouveau shekel israélien, soit plus de 610 €) pour la même accusation.

 

22 h 30, incursion dans Jéricho.




 

2 - Usage d’une force démesurée contre les manifestations non violentes contre la colonisation et la construction du mur d’annexion

 

Durant la semaine écoulée, les FOI ont continué d’utiliser la violence contre les manifestations pacifiques organisées par les Palestiniens, avec des militants internationaux et israéliens. De nombreux manifestants ont inhalé les lacrymogènes lâchés par l’occupant, et pris des coups par les soldats.

 

Ibrahim Abdul Fattah Birnat, 29 ans, a été touché par une grenade lacrymogène à l’épaule droite, pendant que 15 manifestants, dont un mineur, ont été arrêtés : 7 Palestiniens et 8 internationaux.

 

-  Bil’in, à l’ouest de Ramallah : vendredi 27 mai, après la prière, les Palestiniens, internationaux et israéliens de la solidarité se dirigent, comme chaque semaine, en manifestation vers le mur d’annexion. L’occupant a installé une clôture de barbelés à environ 100 mètres du mur. Avant que les manifestants n’y arrivent, les FOI ferment la clôture et tirent. Elles déversent aussi de l’eau nauséabonde sur les manifestants et se lancent à leur poursuite au milieu des oliviers. Ibrahim Abdul Fattah Birnat, 29 ans, prend une grenade lacrymogène dans l’épaule droite, et d’autres manifestants respirent les gaz.

 

-  Ni’lin, à l’ouest de Ramallah : ce même vendredi 27 mai, après la prière, même manifestation hebdomadaire, non violente, contre la construction du mur. Quand les manifestants arrivent près du mur, les Israéliens bouclent la porte dans le mur, les empêchant d’atteindre les terres du village isolées de l’autre côté. Les manifestants réagissent en balançant des pierres sur les soldats de l’occupation, qui répondent en tirant et en leur faisant la chasse dans les oliveraies.

 

-  Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah : même manifestation, ce vendredi, contre le mur et la colonisation. Les manifestants défilent dans les rues du village, scandant des slogans nationaux, exprimant leur refus de l’occupation et de ses actes arbitraires. Ils brandissent des drapeaux palestiniens, se dirigent vers les terres dont les colons israéliens de Halmish veulent s’emparer. Les FOI ferment l’entrée sud du village et empêchent les Palestiniens et internationaux d’atteindre lesdites terres. Alors que les manifestants tentent de passer, l’occupant tire et déverse son eau usée sur les manifestants. Beaucoup inhalent les lacrymogènes et se font brutaliser par les soldats. L’armée tire, et lance des grenades assourdissantes et lacrymogènes.

 

Conséquence, le feu prend dans le contenu de la maison d’Abdul Rahman al-Tamimi suite à un tir de lacrymogène à l’intérieur de la maison. En outre, des oliveraies voisines du village brûlent, la Défense civile est appelée pour maîtriser l’incendie.

 

Six manifestants sont arrêtés, dont 4 internationaux (les noms ne sont pas connus) qui ont été emmenés vers une destination inconnue. Les deux autres sont :

 

  • Samer ‘Atwani, 22 ans, et
  • ‘Alaa ‘Atwani, 23 ans.

-  Beit Ummar et Safa, au nord d’Hébron : le samedi 28 mai, les FOI se déploient dans ces villages pour empêcher les Palestiniens, avec les internationaux, d’aller travailler sur leurs terres situées près de la colonie Bat Ayin, au nord-ouest de Beit Ummar. Les FOI arrêtent des dizaines de Palestiniens, et les relâchent un peu plus tard le même jour.

 

D’après les informations recueillies par les PCHR, les Israéliens ont pénétré de force dans les fermes à Ein al-Baida, au sud de la colonine Bat Ayin, pour faire partir les agriculteurs et les militants internationaux de ces terres, interpellant une vingtaine de personnes, dont des femmes et des enfants, et les détenant en plein air, sous le prétexte qu’ « ils avaient pénétré dans une zone militaire fermée », avant d’arrêter 15 Palestiniens et militants internationaux. Les détenus sont emmenés au poste de police israélien près de la colonie Gush Etzion, au nord d’Hébron. Plus tard dans la soirée, les FOI libèrent 5 Palestiniens, gardant un international en détention jusqu’au lendemain matin où il sera libéré sous caution.

 

Les détenus, libérés par la suite, sont :

 

  • Majd Isma’il ‘Adi, 17 ans ;
  • Iyad Bassam Khalil Za’aqiq, 35 ans ;
  • Omar Hani Nemer ‘Adi, 18 ans ;
  • Hatem Khalil Mahmoud Abu Dayya, 38 ans, et
  • Yusef Abdul Hamid Abu Maria, 37 ans.

-  Iraq Burin et les villages voisins, au sud de Naplouse : le même jour, samedi, des Palestiniens et militants internationaux et israéliens organisent une manifestation non violente à Iraq Burin et dans les villages avoisinnants. Ils marchent en direction des terres que les colons tentent de voler, dans le sud du village, à l’ouest de la colonie Bracha. Les manifestants ne sont pas arrivés encore sur les terres en question que les troupes d’occupation tirent sur eux. Les manifestants respirent les lacrymogènes. Les FOI leur font la chasse et arrêtent 3 internationaux après qu’ils soient entrés chez Nader Ibrahim Qa’dan, dans l’ouest du village. Le PCHR n’a pu identifier ces internationaux.

 

-  Passage frontalier d’Erez, bande de Gaza : 11 h 30, depuis la frontière aux abords du poste frontière de Erez au nord de la bande de Gaza, les FOI ont ouvert le feu sur une manifestation pacifique comptant environ 50 personnes alorsq qu’elles arrivaient à la ligne des 300 mètres, à l’intérieur de la frontière. Parmi les manifestants il y avait 15 militants pacifistes internationaux. Les tirs par intermittence ont duré un quart d’heure. On ne compte aucun blessé.

 

Saber al-Za’anin, un des responsables de la manifestation a déclaré au PCHR que l’objectif était de condamner la décision israélienne de ceinturer la bande de Gaza par une zone de 300 mètres de large tout le long de la frontière à l’intérieur de la bande de Gaza, ce qui signifie encore moins de terres cultivables pour la population.

 

3 - Maintien du bouclage des TPO

 

Israël maintient un bouclage étanche des TPO et ses restrictions aux mouvements des Palestiniens, dans la bande de Gaza comme en Cisjordanie, dont Jérusalem-Est occupée.

 

Bande de Gaza

Mouvements des personnes et des biens aux postes frontière

 

Les Autorités égyptiennes ont ouvert le poste frontière de Rafah International le 28 mai 2011 selon certaines directives. Tout d’abord les heures d’ouvertures s’étalent de 9 h à 17 h, tous les jours sauf les vendredis et les jours fériés.

 

Ensuite les catégories concernées suivantes sont dispensées de visa : toutes les femmes ; les hommes de moins de 18 ans et de plus de 40 ans ; les malades qui sont munis d’un transfert médical ; les enfants qui accompagnent leurs parents dispensés de fournir le visa ; les étudiants à la condition qu’ils présentent leur inscription à un établissement d’enseignement ; tous les autres candidats au passage doivent fournir carte d’identité et passeport.

 

Enfin, la Commission des frontières chargée du passage des gens, du Hall de contrôle à la frontière égyptienne, a remplacé les taxis par des bus. Toutefois les taxis sont autorisés à assurer le transport dans le sens de l’Égypte vers la bande de Gaza. Les chauffeurs de taxis protestent contre cette décision.



05/06/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres