PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Quelques vérités décapantes sur la révolution tunisienne. Le rôle joué par les États-Unis

Alors que le monde s’attendait à voir des semaines d’affrontement sanglant sans conséquence politique majeure entre la rue et la police comme en juin 2009 en Iran, Ben Ali s’est enfui précipitamment. Stupeur générale ! Plus tard, on apprendra que l’armée a refusé de tirer sur les manifestants et que le chef de l’état-major a lui-même obtenu le départ de Ben Ali et de sa famille, pour calmer la rue. On sait également, grâce à WikiLeaks, que l’ambassadeur des États-Unis avait averti le chef de la diplomatie de l’imminence d’une explosion sociale, tant la haine contre la famille mafieuse de Ben Ali était grande. Il avait suggéré aux autorités des États-Unis qu’il fallait compter avec l’armée tunisienne encore populaire pour accompagner un changement politique en Tunisie. Des négociations entre les États-Unis et l’ancien ministre de la Défense auraient ainsi pu accélérer le départ de Ben Ali et sa famille, pratiquement poussé dans l’avion sans même une destination précise. L’intérêt porté par les États-Unis à ce pays de 12 millions d’habitants sans ressources pétrolières peut s’expliquer par plusieurs observations politiques et économiques. Le départ de Ben Ali affaiblirait considérablement la domination des Français, soutiens de longue date du dictateur, dans ce pays comme dans toute l’Afrique du Nord. La mise en place d’un régime politique normalisé aux allures démocratiques serait un gage de stabilité politique pour des investissements économiques des États-Unis à plus grande échelle. En effet la mise en coupe réglée de toutes les sphères de l’économie tunisienne par le clan Ben Ali couplée à une corruption caractérisée, constituaient autant d’obstacles à la pénétration de capitaux États-Uniens dans ce pays. La proximité avec le Sahara occidental et ses immenses ressources minières, est une perspective intéressante pour les États-Unis qui ne négligent certainement pas non plus, les aspects géopolitiques comme les 1 300 km de côtes sur la mer Méditerranée et les 460 km de frontières avec le voisin libyen du sud-est.

 

L'article entier :

//sos-crise.over-blog.com/article-quelques-verites-decapantes-sur-la-revolution-tunisienne-65999882.html



29/01/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres