PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Quand Paris entérine l’arrestation d’enfants de moins de 12 ans en Palestine

Quand Paris entérine l’arrestation d’enfants de moins de 12 ans en Palestine
par Alain Gresh - publié le jeudi 16 décembre 2010


L’association israélienne de défense des droits de la personne B’Tselem

 vient de publier un rapport sur les arrestations de mineurs palestiniens à

Silwan (Jérusalem), « Caution : Children Ahead - The Illegal Behavior of

the Police toward Minors in Silwan Suspected of Stone Throwing ».

Ces mineurs étaient soupçonnés d’avoir participé à des manifestations et

d’avoir jeté des pierres pour protester contre l’expulsion des Palestiniens

de Jérusalem.

L’organisation note :

  •  Nombre de jeunes Palestiniens sont arrêtés la nuit, dans leur lit, et immédiatement conduits dans des centres d’interrogatoire ;
  •  Les parents sont souvent empêchés d’assister à ces interrogatoires,
  • alors même que la loi garantit cette présence ;
  •  Nombre de ces jeunes ont fait état de mauvais traitements ;
  •  Quatre des personnes arrêtées avaient moins de... 12 ans.
  • Un garçon de 8 ans a lui aussi été arrêté dans son lit parce que
  • son nom était le même que celui d’un jeune soupçonné d’avoir lancé
  • des pierres.

    Le 14 décembre, le porte-parole du ministère français des affaires

  • étrangères était interrogé sur ce rapport. Voici le compte-rendu de

  • sa réponse hallucinante :

    « Q -Depuis quelques jours, l’ONG israélienne B’Tselem a porté

  • plainte et va entamer un procès contre le gouvernement israélien,

  • contre la police israélienne pour l’arrestation des enfants dans

  • des conditions enfreignant la loi. Ils auraient arrêté des enfants

  • la nuit et les auraient battus. Avez-vous des informations et

  • avez-vous une réaction ?

    R - Non. Si la justice israélienne est saisie, il faut la laisser faire son travail.

  • En Israël, il y a des lois, c’est à la justice israélienne, en toute

  • indépendance de se prononcer sur ces plaintes.

    Q - N’y a-t-il pas d’accord sur le principe concernant les

  • arrestations d’enfants ?

    R - Nous devons analyser cela au regard de la légalité israélienne. »

    Si les mots ont un sens, la France n’a rien à dire sur ces événements,

  • bien qu’ils se déroulent dans un territoire qu’elle considère comme

  • « occupé », pas en Israël. Et faut-il vraiment analyser ces faits au

  • regard de la légalité israélienne ? A supposer que ces arrestations

  • soient légales du point de vue israélien – ce qui n’est pas le cas –,

  • sont-elles acceptables ?

    Source : Nouvelles d’Orient



  • 17/12/2010

    A découvrir aussi


    Inscrivez-vous au blog

    Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

    Rejoignez les 3 autres membres