PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Parents : avant de faire vacciner votre bébé, lisez ceci SVP

Parents : Avant de Faire Vacciner Votre Bébé, Lisez Ceci SVP !
Écrit par MaRa   http://www.femme-medecine.ch/index.php?option=com_content&task=view&id=403&Itemid=142
21-07-2008

Message transféré le Vendredi 18 Juillet 2008 par l'Association Stelior, hyperactivité, autisme, épilepsie... (Merci à Dominique).

IMPORTANT

Voici quelques conseils pour les parents concernant les vaccins:


Maman, Papa, renseignez-vous bien avant de commettre l'irréparable en lisant ces articles! Et surtout, si vous décidez de me vacciner, avant de  me piquer,  exigez un bilan de santé par mon   pédiatre).

 
1ère information  

Suspension temporaire du Vaccin DTPolio de Sanofi Pasteur MSD
"Une augmentation importante du nombre de manifestations allergiques à la suite de la vaccination par DTPolio® a été relevée depuis le début de l’année 2008 par rapport aux années précédentes."

 

 

Dans une mesure de police sanitaire et en accord avec le fabricant Sanofi Pasteur MSD, l’Agence française de Sécurité sanitaire des Produits de Santé (AFSSaPS) annonce la "suspension temporaire de distribution" du vaccin DTPolio® (Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite). Cette mesure fait suite "à l’augmentation importante du nombre de réactions à la suite de la vaccination par DTPolio depuis le début de l’année 2008."

 

(Source : AFSSaPS, 12 juin 2008)

"Les parents dont l'enfant aurait été vacciné dans les dernières 24 heures doivent consulter leur médecin en cas de manifestations allergiques (urticaire, gonflement du visage, difficultés respiratoires). Les personnes en possession du vaccin doivent le rapporter à leur pharmacien. La distribution du vaccin DTPolio ayant été suspendue, l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé signale qu'il peut être remplacé par le Revaxis."

(Source : UFC-Que Choisir, 13 juin 2008)
 
 
2ème information

Monsieur MORA,

Je vous informe, si vous ne le saviez déjà, que le vaccin hexavalent (DTCoqPolio+ Hémophilus + Hépatite B) destiné aux nourrissons va être remboursé à partir de mardi prochain... C'est à dire que des nourrissons vont être vaccinés contre l'hépatite B sans que la plupart de leurs parents le sachent.

L'inclusion du vaccin contre l'hépatite B dans un kit polyvaccinal fera passer la pilule en douceur. Le médecin prescripteur n'aura même plus besoin de prononcer le mot qui fâche (hépatite B), il prescrira "InfanrixHexa" et le tour sera joué. Le Ministère espère bien sûr par cette technique astucieuse augmenter la couverture vaccinale contre l'hépatite B dans notre pays, couverture qui plafonne aux alentours de 30 % malgré tous les messages de réassurance sur l'inocuité totale de ce vaccin. Quelques mois ou années plus tard, les parents découvriront avec stupeur que leur nourrisson a été vacciné contre l'hépatite B sans qu'ils l'aient su. Des enfants risquent, de plus, de recevoir deux fois le vaccin contre l'hépatite B, une fois avec cet Hexavac (qui ne dit pas son nom) et une autre fois de façon séparée si les parents vont voir un autre médecin qui ne fait pas attention et ne voit que la case du vaccin anti-hépatite B dans le carnet de santé qui est restée vide.

De plus, le calendrier vaccinal actuel recommande de réaliser le même jour, en un site différent, le vaccin Prévenar comportant sept valences de Pneumocoques.
C'est donc 6 + 7 = 13 vaccins que l'on se propose de faire le même jour à un nourrisson de 2 mois... Qui dit mieux ?

Je m'attends à de sérieux problèmes dans les mois et années à venir chez les nourrissons et les jeunes enfants de notre pays."

Dr Dominique LE HOUEZEC
Pédiatre
Conseiller médical REVAHB (association de victimes du vaccin hépatite B)


 Pour avoir la composition du vaccin infanrix hexa, il suffit de faire "infanrix hexa" dans Google, puis cliquer sur le 7ème site "infanrix hexa pdre/susp inj" vous verrez ci-dessous en orange que le vaccin est effectivement dirigé contre 6 maladies (diphtérie, tétanos, coqueluche, hépatite B, polio et Haemophilus) mais qu'il y a au moins 11 antigènes différents : 1 pour diphtérie, 1 pour tétanos, 3 pour coqueluche, 1 pour hépatite B, 3 pour polio et 2 pour Haemophilus.

Forme : poudre et suspension pour suspension injectable

Composition du VACCIN INFANRIX HEXA (nde: pour les professionnels)
Par dose 0,5 ml
- anatoxine diphtérique : sup ou égal à 30 UI
- anatoxine tétanique : sup ou égal à 40 UI
- antigènes de Bordetella pertussis 58 µg
- soit anatoxine de Bordetella pertussis 25 µg
- soit hémagglutinine filamenteuse de Bordetella pertussis 25 µg
- soit pertactine 8 µg
- antigène de surface recombinant du virus de l'hépatite B 10 µg
- virus poliomyélitique inactivé type 1 (souche Mahoney) 40 UD
- virus poliomyélitique inactivé type 2 (souche MEF-1) 8 UD
- virus poliomyélitique inactivé type 3 (souche Saukett) 32 UD
- haemophilus influenzae type b polysaccharide (phosphate de polyribosylribitol) 10 µg
- polyoside Haemophilus influenzae type b
- protéine tétanique en tant que protéine vectrice : 20 à 40 µg

Excipients :
Aluminium hydroxyde, aluminium phosphate, lactose anhydre, sodium chlorure, phénoxyéthanol, milieu 199, (dont acides aminés, sels minéraux, vitamines ), eau ppi, néomycine, polymyxine.

Si vous ajoutez le Prévenar (7 antigènes polysaccharidiques + 7 protéines porteuses puisque c'est un vaccin conjugué) cela fait au total 11+14= 25 antigènes (et encore on ne compte pas le fait que chacun des 3 virus polio possède plusieurs antigènes) !!!

Comment penser que cela ne constitue pas un mélange explosif chez des sujets particulièrement sensibles surtout avec la présence d'aluminium, de phénoxyéthanol et de 2 antibiotiques!?

3ème information

Vaccins hexavalents : le Scoop d’Arte confirmé par l’Afssaps
Aux journées de veille sanitaire, une représentante de l’Afssaps a déclaré : "Les vaccins hexavalents ont aussi fait du mal en Allemagne". Trois jours auparavant, un documentaire d’Arte présentait un véritable scoop sur ce thème : "Presque chaque jour, des nourrissons meurent d’un oedème cérébral de cause inconnue à Munich".
Accusés : les vaccins hexavalents dont l’un deux sera plus tard retiré du marché.
L’autre poursuit sa route, mais est-il meilleur?

 
Le scoop d’Arte "Le vaccin, un geste anodin?"

 

 Tel était le titre du documentaire tourné pour l’essentiel en Allemagne par Valentin Thurn et Sabine Goette, et diffusé pour la première fois le 27 novembre 2007 sur Arte, dans le cadre d’un Thema sur les virus. Page de présentation de l'émission . Quand le documentaire va aborder les vaccins hexavalents, ce sera un véritable scoop, du moins pour nous en France :

"Presque chaque jour, des corps d’enfants sont transférés à l’Institut médico-légal de Munich pour y être autopsiés à la demande du ministère public."

Un professeur de médecine légale, Randolf Penning, parle calmement. En 25 ans de carrière, il a autopsié plus de 10.000 corps. Il a soudain constaté une multiplication de cas d’oedèmes cérébraux chez les nourrissons comme il n’en avait jamais vu auparavant :

" En 2002 nous avons procédé par hasard, en l’espace d’un mois, à l’examen de plusieurs corps d’enfants qui avaient été vaccinés quelque temps auparavant. Nous avons observé que le cerveau était très dur. C’est pour nous un signe d’une mort possible par asphyxie. Ni notre institut, ni la police criminelle ne pensions qu’il pouvait s’agir d’homicides. Néanmoins, les décès étaient suspects.
" Sur 120 enfants examinés, 6 d’entre eux étaient décédés le jour même ou le lendemain de la vaccination. Cette multiplication des cas nous a alertés. Il y a environ 300 médecins légistes en Allemagne, on se connaît entre nous. J’ai parlé avec certains de mes collègues qui avaient observé de tels cas. D’après eux, tout semble indiquer qu’il y a un lien entre les vaccins hexavalents et les décès survenus le jour même ou dans les 48 heures suivant la vaccination. "


" On s’est fait incendier par des personnes en lien étroit avec la vaccination. Il s’agissait de membres de la commission permanente aux vaccins (l’équivalent du comité technique des vaccinations en France) et de personnes qui n’acceptent pas que l’on dise quoi que ce soit sur leurs vaccins. Pourtant, à aucun moment, nous n’avons mis en cause  des vaccins. Ce que nous avons pointé du doigt, c’est la combinaison de certains vaccins. C’est décourageant. Vous essayez d’engager une discussion scientifique et on vous met au rancard de la profession en vous faisant passer pour un trublion…ou pour un cinglé…"

 
L’hexavalent de GSK frappe à son tour

Le témoignage des parents du petit Fabian vient confirmer que l’Hexavac, de Sanofi n’est pas le seul coupable mais que son frère jumeau, l’InfanrixHexa, de GSK (nde : GSK = Glaxo, Smith and Kline), y participe encore:

Fabian, né en Allemagne le 24 février 2006, alors que l’Hexavac ait été retiré du marché fin septembre 2005. Selon sa maman, pendant ses 5 premiers mois, il avait toujours été en parfaite santé. Il sera vacciné un lundi de juillet 2006 avec le seul vaccin hexavalent disponible. Dans la soirée, il va avoir une forte fièvre qui oscillera dans les jours suivants.
Il décèdera une semaine après, le lundi 24 juillet d’un oedème du cerveau que l’autopsie classera d’origine inconnue. Le médecin-chef dira que la vaccination remonte à trop longtemps pour être incriminée ! Mais la notice mentionne que ce type de complication peut survenir 7 jours après la vaccination… Preuve que ce n’était pas le premier cas pour ce vaccin. Voilà donc un cas qui devrait intéresser l’enquête de l’Institut P. Ehrlich, mais elle ne semble pas avoir prévu de s’occuper des enfants vaccinés par le vaccin de GSK…
Comprenne qui pourra…

Or, l’enquête décidée par le laboratoire allemand Paul Ehrlich sur les effets des vaccins hexavalents semble en fait dirigée uniquement contre le vaccin de Sanofi, selon ce qui ressort du documentaire d’Arte et des déclarations de Klaus Hartmann. Comme ce dernier l’expliquait, ce serait la perspective de cette enquête, prévue pour débuter en octobre 2005, qui aurait précipité le retrait du vaccin par le laboratoire, laissant seul en piste celui de GSK qui ne paraît pourtant pas moins dangereux, selon le témoignage des parents de Fabian et les constatations  de médecins légistes rapportées dans le documentaire.

Soyons clairs : si la certitude de la sûreté des vaccins était acquise, il serait inutile de faire de nouvelles études complexes et coûteuses. S’il y a des améliorations considérables à faire, c’est qu’il existe des zones d’ombre, et donc une certaine incertitude (nde : une incertitude certaine!).

Confirmation aux journées de veille sanitaire

Comme chaque année désormais, l’InVS (Institut de veille sanitaire) organisait les 29 et 30 novembre 2007 les journées de veille sanitaire. J’ai assisté à la seconde journée consacrée à la santé de l’enfant avec de nombreuses communications sur le thème des vaccinations. L’une d’elle était présentée par Mme A. Castot du département de la gestion du risque, du bon usage et de l’information sur les médicaments, à l’Afssaps, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Après avoir rappelé que la Grande Bretagne avait son problème avec le ROR lié à l’autisme et la France le sien avec  les SEP attribuées au vaccin hépatite B, elle ajouta :

"Les vaccins hexavalents en Allemagne ont aussi fait du mal. Chacun des pays a son dossier… " 

 Les vaccins hexavalents en France

La population française a-t-elle pu être touchée par le problème ainsi que celle d’autres pays? L’intérêt porté aux vaccins hexavalents en France était de relancer la vaccination hépatite B des nourrissons en l’associant aux autres. Mais notre problème, avec cette vaccination, a probablement contribué à limiter son utilisation, ce qui a pu sauver la vie de quelques nourrissons. On nous a dit qu’en France il y eut 150.000 vaccinations par le vaccin hexavalent, surtout dans les PMI, et que notre vaccinovigilance n’a rien observé (Dr A.Castot Journées de veille sanitaire). Ce dernier point ne prouve rien, celle-ci nous ayant habitué à une forme de vigilance quelque peu assoupie…à croire qu’une mouche tsé-tsé l’aurait piquée ! Hypothèse d’ailleurs confirmée aux journées de veille sanitaire du 30 novembre par le Dr A. Castot (Afssaps) qui reconnaît « une sous notification très nette des effets indésirables des vaccins » ainsi que la nécessité « de faire de la détection de signal » afin de dépister le plus tôt possible « un risque émergent après AMM (autorisation de mise sur le marché) ». Elle souligne la nécessité d’avoir « une démarche plus prospective » pour capter « un signal faible, pour ne pas attendre trop longtemps ». Autrement dit, gens de l’Afssaps et de l’InVS, réveillez-vous !

(Source : Bernard GUENNEBAUD)
 
Comme vous pourrez le lire plus haut, il y a eu de nombreuses morts subites de nourrissons en Allemagne suite aux vaccins hexavalents, puisque les médecins légistes en sont venus à se concerter sur ce sujet.

Le compte rendu de l'émission d'Arte (chaîne de télé franco-allemande) est très clair sur l'origine possible du retrait de l'hexavac (vaccin de Sanofi). Le motif officiel qui a été donné était que l'immunité conférée contre l'hépatite B n'aurait pas été suffisante. Cet argument ne tient pas la route car cette insuffisance aurait dû être détectée au cours des études cliniques préalables à la mise sur le marché. La vraie raison est certainement qu'il y a eu beaucoup de morts subites de nourrissons et que pour éviter une enquête sur le sujet le labo Sanofi a préféré retirer son vaccin.

L'ennui c'est que son concurrent (infanrix hexa) du labo Glaxo (nde : Glaxo, Smith & Kline) provoque certainement les mêmes dégâts puisque les médecins légistes n'ont pas spécifié quel vaccin causait les morts subites.



01/11/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres