PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Milliardaires et méga-sociétés derrière un immense accaparement de terre en Afrique

Lundi 29 mars 2010 1 29 /03 /2010 00:06

Ethiopie.jpeg

Milliardaires et méga-sociétés derrière un immense accaparement de terre en Afrique

20 pays africains vendent ou  louent des terres pour l’agriculture intensive sur une échelle choquante dans ce qui pourrait bien être le plus grand changement de propriété depuis l’époque coloniale.

Par John Vidal
(extraits)
11 mars 2010 "Mail & Guardian" - Awassa, Ethiopie - Nous avons quitté la route principale à Awassa, avons négocié notre chemin avec gardes de sécurité et parcouru un mile à travers un terrain vide avant de trouver ce qui sera bientôt la plus grande serre de l’Éthiopie. Au pied d’un escarpement de la vallée du Rift, le développement est loin d’être terminé, mais la structure de le plastique et d’acier s’étend déjà plus de 20 mille hectares - la taille de 20 terrains de football.Le gestionnaire de la ferme nous montre des millions de tomates, poivrons et autres légumes cultivés en lignes 1500 pieds dans des conditions contrôlées par ordinateur.
Des Ingénieurs espagnols sont en train de construire la structure d’acier, des technologies néerlandaises minimisent l’utilisation des eaux de deux forages et 1.000 femmes récoltent et emballent 50 tonnes de nourriture par jour. Dans les 24 heures, la production sera conduite 200 miles plus loin à Addis-Abeba et expédiée par avion à plus 1,000 miles de distance pour des commerces et des restaurants de Dubaï, Djeddah et ailleurs au Moyen-Orient.
L’Éthiopie est un des pays les plus affamés dans le monde avec plus de 13 millions de personnes nécessitant une aide alimentaire mais, paradoxalement, le gouvernement offre au moins 3 millions d’hectares de ses terres les plus fertiles aux pays riches et à certains des individus les plus riches du monde pour l’exportation de la nourriture pour leurs propres populations.
Les mille hectares de terres qui contiennent les serres Awassa sont loués pour 99 ans à un homme d’affaires milliardaire saoudien, d’origine éthiopienne, Cheikh Mohammed al-Amoudi, l’un des 50 hommes les plus riches au monde. Sa société Star d’Arabie prévoit de dépenser jusqu’à 2 milliards de dollars, en acquisition et développement des 500 000 hectares de terres en Éthiopie dans les années à venir. Jusqu’à présent, elle a acheté quatre fermes où elle cultive déjà du blé, du riz, des légumes et des fleurs pour le marché saoudien. Elle prévoit à terme d’employer plus de 10.000 personnes.
Mais l’Ethiopie n’est qu’ un parmi une vingtaine de pays africains où les terres sont achetées ou louées pour l’agriculture intensive sur une échelle immense dans ce qui peut devenir le plus grand changement de propriété depuis l’époque coloniale.
Rush sur la terre
Selon une enquête de l’Observer jusqu’à 50 millions d’hectares de terres - une surface plus du double de celle du Royaume-Uni – ont été acquis ces dernières années ou sont en train d’être négociés par des gouvernements et des investisseurs fortunés recevant des subventions d’Etat. Les données utilisées ont été recueillies par GRAIN, l’Institut international pour l’environnement et le développement, l’International Land Coalition, ActionAid et d’autres groupes non gouvernementaux.
La ruée vers les terres, qui s’accélère encore, a été déclenchée par la pénurie alimentaire dans le monde entier qui a suivi les fortes hausses des prix du pétrole en 2008, une pénurie croissante d’eau et l’insistance de l’Union européenne selon laquelle 10% des carburants pour les transports doivent provenir de biocarburants d’ici 2015. Dans de nombreuses régions les contrats ont conduit à des expulsions, à des troubles civils et à des plaintes contre « l’accaparement des terres".
L’expérience de Nyikaw Ochalla, un indigène Anuak de la région de Gambela en Ethiopie qui vit aujourd’hui en Grande-Bretagne mais qui est en contact régulier avec les agriculteurs dans sa région, est typique. Il dit : « Toutes les terres dans la région de Gambella sont utilisées.
 Chaque collectivité possède et s’occupe de son propre territoire et les rivières et les terres agricoles sur son territoire. C’est un mythe propagé par le gouvernement et les investisseurs de dire qu’il y a de terres incultes ou des terres qui ne sont pas exploitées dans la région de Gambella.
« Les entreprises étrangères arrivent en grand nombre, ce qui prive les gens de la terre qu’ils ont utilisés pendant des siècles. Il n’ya pas de consultation avec la population autochtone. Les accords sont passés clandestinement. La seule chose que voit la population locale ce sont les gens qui viennent avec beaucoup de tracteurs pour envahir leurs terres. « Toutes les terres autour de mon village d’Illia, ont été reprises et dégagées. Les gens doivent maintenant travailler pour une société indienne. Leurs terres ont été obligatoirement prises de force et ils n’ont reçu aucune compensation. Les ont peine à croire ce qui se passe. Des milliers de personnes seront touchées et les gens vont souffrir de la faim. "
On ne sait pas si les acquisitions permettront d’améliorer ou aggraver la sécurité alimentaire en Afrique, ou si elles vont favoriser les conflits séparatistes, mais un important rapport de la Banque mondiale qui doit être publié ce mois-ci devrait avertir à la fois sur les bénéfices potentiels et sur les dangers immenses qu’ils représentent pour l’homme et la nature.
En tête de la ruée se trouvent les agro-industries internationales, des banques d’investissement, des hedge funds, des négociants en matières premières, des fonds souverains ainsi que des fonds de pension britanniques, des fondations et des individus attirés par certains des terrains les moins chers du monde.
.../...
Famine fabriquée par l’homme
Oromia est l’un des centres de la ruée vers les terres africaines. Haile Hirpa, président de l’Association des études d’Oromia », dit la semaine dernière dans une lettre de protestation au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon que l’Inde a acquis 1 millions d’hectares, Djibouti 1000 hectares, l’Arabie saoudite 40 000 et que, égyptiens, sud-coréens, chinois, Nigérians et d’autres investisseurs arabes sont tous actifs dans l’état.

"C’est la nouvelle colonisation du 21ème siècle.
 Les Saoudiens se réjouissent de récolter du riz, tandis que les Oromos meurent de famine artificielle au moment même où nous parlons, dit-il.
Le gouvernement éthiopien a nié que ces accords aient été responsables de la faim et dit que les transactions foncières ont attiré des centaines de millions de dollars d’investissements étrangers et des dizaines de milliers d’emplois. Un porte-parole a déclaré : « L’Éthiopie a 75 millions d’hectares de terres fertiles, dont seulement 15% sont actuellement en usage - principalement pour une agriculture de subsistance. Sur les terrains restants, seul un faible pourcentage - 3 à 4% - est offert aux investisseurs étrangers Les terres qui appartiennent aux agriculteurs éthiopiens ne sont jamais données aux investisseurs. Le gouvernement encourage également les Éthiopiens de la diaspora à investir dans leur patrie. Ils apportent grand besoin une technologie dont nous avons grand besoin, ils offrent des emplois et de formation aux Ethiopiens, ils opèrent dans des zones où il ya est une terre appropriée et l’accès à l’eau. "
La réalité sur le terrain est différente, selon Michael Taylor, un spécialiste de la Coalition internationale. « Si la terre en Afrique n’a pas été plantée, c’est probablement pour une raison. Elle est peut-être utilisée pour faire paître le bétail ou délibérément laissée en jachère pour prévenir l’épuisement des nutriments et l’érosion. Quiconque a vu ces domaines identifiés comme non utilisés comprend qu’il n’y a pas en Ethiopie de terres qui n’aient pas des propriétaires et des utilisateurs. "
Les experts en développement sont divisés sur les avantages, l’agriculture intensive à grande échelle. Écologiste indienne Vandana Shiva a déclaré à Londres la semaine dernière que l’agriculture industrielle à grande échelle, non seulement chasse les gens de la terre, mais aussi qu’elle nécessite produits chimiques, pesticides, herbicides, engrais, utilisation intensive de l’eau, transport à grande échelle, stockage et distribution qui, ensemble, transforment les paysages en ’énormes plantations de mono culture. Personnes « Nous assistons à la dépossession sur une échelle massive. Cela signifie que moins de nourriture est disponible et que la population locale en aura moins. Il y aura plus de conflits et d’instabilité politique et les cultures seront déracinées. Les petits fermiers d’Afrique sont les bases de la sécurité alimentaire. La disponibilité de nourriture de la planète va décliner », dit-elle.
Mais Rodney Cooke, directeur au Fonds international des Nations unies pour le développement agricole, voit des avantages potentiels. « Je voudrais éviter le terme générique accaparement des terres ». Bien gérés ces accords peuvent apporter des avantages pour toutes les parties et être un outil de développement. "

Lorenzo Cotula, chercheur senior à l’Institut international pour l’environnement et le développement, qui a coécrit un rapport sur les ventes de terres africaines avec le Fonds des Nations Unies l’année dernière, a révélé que des accords bien gérés pourraient garantir l’emploi, de meilleures infrastructures et un meilleur rendement des cultures. Mais, mal gérés, ils pourraient causer beaucoup de tort, surtout si les populations locales ont été exclues des décisions sur l’affectation des terres et si leurs droits fonciers ne sont pas protégés.
L’eau est également un sujet de controverse. Les fonctionnaires territoriaux en Éthiopie ont dit à l’Observer que les entreprises étrangères qui créent des fermes de fleurs et d’autres grandes exploitations intensives ne payaient pas pour l’eau. "Nous le voudrions, mais l’accord est passé avec le gouvernement central », dit l’un D’eux
À Awassa, la ferme Al- Amouni utilise autant d’eau chaque année que 100.000 Ethiopiens.

11 mars 2010

source : Le Grand Soir


31/03/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres