PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Média et propagande: la Syrie toujours sous le feu propagandiste occidental

Média et propagande: la Syrie toujours sous le feu propagandiste occidental

Posté dans actualité, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, terrorisme d'état avec des tags , , , , le août 2, 2011 par Résistance 71

Hama: chiffres invérifiables et chœur des vierges occidentales

 

Par Louis Denghien le 1er Août 2011

 

Url de l’article original:

http://www.infosyrie.fr/actualite/hama-chiffres-inverifiables-choeur-des-vierges-occidentales/

 

Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, exprime une condamnation « vigoureuse« , Barack Obama est « horrifié« , Alain Juppé exprime sa « très vive préoccupation« , Rome parle d’ »acte horrible » et demande à ce que soit saisi le conseil de sécurité des Nations-Unies, Berlin promet de nouvelles sanctions, Ankara exige que Damas retienne son armée. La cause de cette commune émotion diplomatique  ? Dimanche 31 juillet, l’armée syrienne est rentrée dans Hama, la grande ville du nord-ouest du pays, pour y reprendre le contrôle de la situation, des milliers de manifestants de l’opposition maintenant depuis des semaines un climat d’insurrection plus ou moins larvé. Cette intervention aurait fait une centaine de tués – 95 précisément – et des dizaines de blessés parmi les habitants, lesquels auraient manifesté vendredi – jour de la prière et des rassemblements d’opposants – à hauteur de 500 000 contre le régime de Bachar al-Assad. Et, afin de singulariser cette nouvelle et de frapper d’avantage les esprits, les médias le baptisent « massacre du Ramadan« .

 

Quatre remarques, à propos d’Hama et d’ailleurs

 

Tout cela – chiffres impressionnants et invérifiables de tués et de manifestants, imputation de la violence à la seule armée syrienne – a comme un air de déjà vu et lu depuis des semaines. Et une fois de plus, Infosyrie.fr voudrait rappeler des éléments très simples, qui conservent toute leur pertinence nous semble-t-il.

 

1) La totalité des estimations chiffrées de victimes comme de manifestants anti-Bachar, à Hama et ailleurs, émane de « cyber-dissidents » toujours établis à l’étranger et s’appuyant, selon leurs dires, sur tout un réseau de correspondants locaux équipés de téléphones, dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ont – outre des calculettes « satellitaires » – une réactivité qui défie les lois de l’espace-temps ! 

 

La source la plus citée par les agences de presse et les médias occidentaux demeurant Rami Abdel Rahmane et son « Observatoire syrien des droits de l’homme« , sur l’identité duquel d’ailleurs le mystère s’épaissit (voir l’article que nous allons mettre en ligne aujourd’hui). Reste qu’on peut aussi « créditer » dans cette affaire un certain Ammar Qourabi et son « Organisation nationale des droits de l’homme« , sans oublier Abdel Karim Rihaoui et sa « Ligue syrienne des droits de l’homme » et Wissam Tarif  honorable correspondant syrien – à l’étranger – du groupe de pression américain Avaaz (voir « Les super-pouvoirs de M. Wissam Tarif »).


 

Autant d’associations qui se partagent le marché de l’indignation et des communiqués, et dont il est difficile d’apprécier la représentativité, l’objectivité des rapports et même la localisation. Autant d’associations qui, comme nous le fait remarquer un de nos visiteurs, ne sont nullement affiliées à la très officielle « Fédération internationale des ligues des droits de l’homme » fondée en 1922 et regroupant en 2010 164 ligues « homologuées » implantées dans plus de 100 pays. A croire que la défense des droits de l’homme est devenue, pour un certain nombre de Syriens (pas forcément présents en Syrie) un instrument de promotion personnelle….

 

2) Il y a évidemment des morts, à Hama et ailleurs, mais leur nombre est systématiquement exagéré, et mis au compte des seules forces armées. L’agence officielle syrienne Sana affirme pour sa part que les soldats syriens ont été confrontés, à Hama dimanche 31 juillet, à des groupes armés qui auraient fait au moins deux victimes parmi les militaires. Ces groupes auraient notamment érigé des barricades et incendié des postes de police. Sana cite aussi le témoignage d’un habitant de Hama selon qui « des dizaines d’hommes organisés en bande armées sont actuellement postés sur les toits des principaux bâtiments de la ville, ils ont des fusils mitrailleurs et ils effraient la population en tirant sans arrêt« . Propagande ?

Il n’y a en tout cas pas de raisons sérieuses d’accorder moins de crédit aux affirmations gouvernementales qu’à celles d’opposants résolus à noircir au maximum le pouvoir syrien et émettant depuis l’étranger.

En ce qui concerne l’existence à Hama de snipers appartenant à l’opposition armée nous renvoyons à la vidéo que nous avons mise en ligne le 20 juillet dernier et qui montre sans contestation possible un policier syrien victime de tirs adverses.

 

3) Il n’est pas très « professionnel » de relayer sans réserves aucune – à part de temps à autres la mention « selon des militants » – les chiffres délirants fournis par les cyber-opposants de « 500 000 manifestants » chaque vendredi à Hama, quand on sait que l’agglomération en compte au maximum 700  000. Il y a certainement des dizaines de milliers de manifestants « réels » contre le pouvoir à Hama, qui a toujours été un bastion de la contestation islamiste, et a subi en 1982, suite à une insurrection des Frères musulmans, une sanglante répression de la part d’Hafez al-Assad, dont son fils Bachar a reconnu dans un récent discours qu’elle avait laissé des traces jusqu’à aujourd’hui.

 

4) Et à ce propos, il est irresponsable – de la part de journalistes prétendant informer leurs lecteurs – de présenter, de façon lénifiante autant qu’inexacte, les manifestants de Hama comme de simples partisans d’une démocratie pluraliste à l’occidentale. A Hama plus que partout ailleurs en Syrie, ce sont les Frères musulmans qui sont à la manoeuvre, eux dont cette ville est un bastion historique, eux qui dominent aussi, de l’aveu des journalistes occidentaux, l’opposition extérieure et radicale au régime syrien. Eux qui semblent bénéficier de la mansuétude des Américains – qui ont envoyé, au mépris des règles diplomatiques communément admises, leur ambassadeur parader au milieu des manifestants de Hama. Des Américains toujours prompts à manipuler – comme en Libye actuellement – tout ce qui sert leur jeu déstabilisateur.

 

Et, précisément, en minorant ou taisant carrément le rôle des islamistes radicaux à Hama et dans le reste du pays, les journalistes du Monde, de Libération, du Figaro ou du Nouvel Observateur font le jeu – consciemment ? – du Département d’Etat américain qui n’a pas renoncé à l’opportunité historique de renverser ou au moins d’affaiblir de façon décisive un pouvoir qui s’oppose à la domestication du monde arabe par Washington et ses alliés, pour le plus grand profit d’Israël.

Tout ceci a déjà été dit et redit sur ce site, mais nous ne craindrons pas de nous répéter aussi longtemps que les désinformateurs, conscients ou instrumentalisés, continueront d’asséner leurs approximations ou mensonges. M. Obama est « horrifié » par ce qui se passe à Hama ? Mais alors, en toute logique, il doit être plus qu’épouvanté par ce que ses troupes ont fait depuis huit ans en Irak et ce que ses indéfectibles alliés israéliens ont perpétré depuis tant d’années à Gaza, à Jérusalem Est, en Cisjordanie et au Sud-Liban, autant de faits et d’exactions qui, au contraire des « tueries » d’Hama, sont dûment avérés !



03/08/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres