PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Médecine régénérative: les scientifiques à deux pas d'imprimer des tissus humains

Médecine regénérative: les scientifiques à deux pas d'imprimer des tissus humains

  

Une équipe de chercheurs de la start-up Organovo, située à San Diego aux États-Unis, a développé une technologie révolutionnaire qui permettra aux médecins d'imprimer des tissus humains à partir des cellules d'un patient.

À l'aide d'une imprimante 3D spécialement conçue, les médecins espèrent pouvoir produire des tissus de remplacement en se basant sur un échantillon de tissus adipeux (cellules graisseuses) ou de moelle épinière prélevé sur un patient. Cette technologie est connue sous le nom de «bioimprimerie» (bioprinting).

Dans un premier temps, la bioimprimerie se limitera à la conception de petites surfaces de tissu ou à la création de nouveaux vaisseaux sanguins. Par exemple, un patient pourrait faire remplacer la section endommagée d'un nerf par sa version imprimée.

Cependant, la technologie d'Organovo est encore loin de pouvoir imprimer un organe complet comme un foie ou un cœur. La principale difficulté est de reconstruire le système sanguin complet d'un organe pour qu'il se fasse convenablement irriguer et oxygéner.

Les organes sont d'abord «pixélisés»
La technologie d'Organovo exige de créer une représentation numérique, divisée en pixels, du modèle de tissu humain à imprimer. Ceci permet aux scientifiques de déterminer quels types de cellules correspondent à chaque pixel. Ces cellules sont ensuite cultivées jusqu'à l'obtention d'agrégats cellulaires.

La «bioencre» utilisée par l'imprimante 3D - fabriquée par la firme australienne Invetech pour Organovo - est entièrement constituée de ces agrégats cellulaires. La bioencre est étendue sur une matrice spécifiquement conçue et en suivant une trajectoire très précise. Pour que la manipulation soit une réussite, les petits groupes de cellules doivent fusionner les uns aux autres pour obtenir un tissu complet et viable.

Organovo affirme que lorsque les groupes de cellules sont à proximité et dans la bonne orientation, leur code génétique guide leur comportement et les font se fusionner en 24 heures. Les cellules réagissent donc de la même façon que si elles étaient dans un corps humain.

Une telle technologie sera certainement bénéfique aux patients, car elle se base sur leurs cellules. Le système immunitaire du patient ne ferait pas la différence entre ses propres cellules et les cellules imprimées. Les risques de rejet sont donc écartés et le recours à une médication pour supprimer l'immunité du patient devient donc facultatif.

Néanmoins, le secteur médical devra s'armer de patience avant de tirer profit de la technologie d'Organovo. Le PDG de l'entreprise indique qu'elle ne sera pas commercialisable avant au moins quatre ans, sans compter les années d'attente pour la faire approuver par le gouvernement. Cette technologie est actuellement en phase d'essai clinique.

D'autres scientifiques travaillent sur des projets similaires à celui d'Organovo. Cette vidéo présente la technologie élaborée par Anthony Atala, de l'université Wake Forest.

Vidéo :

//www.youtube.com/watch?v=dHz4akTdno0&feature=player_embedded




25/04/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres