PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

L’occident doit en finir avec le rêve américain

L’occident doit en finir avec le rêve américain

Publié le 11/01/2011 par asse42

 

Le rêve américain ne fait pas de cadeau aux autres.

 

La mondialisation , la globalisation , le mondialisme, appelé comme vous voulez, s’est construite sur l’idée véhiculée par l’empire américain de la liberté donnée à tout individu d’accéder à la richesse. Cet objectif devait donc s’accompagner d’un assouplissement des règles collectives qui pouvaient entraver la progression individuelle et de donner les mêmes conditions pour tous dans l’empire occidental. L’accès à la richesse matérielle devra être le nouvel alpha et oméga de la reconnaissance individuelle, celles et ceux , qui n’y parviennent pas n’en sont pas dignes tout simplement.

 

L’individu indéterminé le rêve mondialiste.

 

Depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale, l’empire américain s’ingénie à exporter sa vision ultralibérale du monde basée sur l’émergence d’un individu indéterminé, et donc libre, quelles que soient ses conditions de départ. C’est-à-dire peu importe son lieu de naissance et de vie, ses origines ethniques, sa religion, ses croyances, tout le monde doit pouvoir profiter du système global que l’empire va s’échiner à mettre en place partout où il a de l’influence. Cette indétermination doit s’accompagner donc d’une homogénéisation de l’individu pour être certain que ce que l’on vend ici on le vendra là-bas. L’objectif final étant l’homo consumeris universalis complétement calibré sur les dogmes et modes de vie américain. C’est un modèle transnational qu’on tente de nous vendre malgré nous.

 

Il va s’attaquer  à son voisinage proche avec l’Amérique du Sud pour laquelle il n’hésitera pas à mettre en place des dictateurs suffisamment puissants pour faire accepter par la force aux autochtones qu’il fallait changer de paradigme évolutif en remettant le pouvoir à ceux qui contribueraient à l’ouverture de leur pays à des puissances impérialistes US. L’Europe suivra le même modèle puisque toute la construction européenne est le fait des américains, aidés par les grosses corporations et les banquiers européens qui trouvent dans cette logique libérale l’occasion de s’enrichir. En ouvrant donc les pays, en les déréglementant, on permet aux plus forts, aux plus puissants de s’installer et de dominer le marché.

 

 Aidès en cela par la constitution des organismes mondialistes comme l’ONU, l’OMC, le FMI, l’OMS, etc chargés de diffuser la bonne parole du libre-échangisme à travers le monde. A noter que les USA savent malgré tout, eux, s’assurer de conserver leur indépendance lorsqu’il le faut dans des secteurs stratégiques alors que l’Europe, bonne élève du rêve américain, s’est mise entièrement entre les mains des transnationaux, elle. Pour notre plus grand malheur.

 

C’est la dérive que l’on pouvait dénoncer dès le début et le constat que l’on peut faire lorsque l’on regarde le résultat aujourd’hui. Quid de la richesse pour tous? On constate bien au contraire, et même en Amérique, que la misère est toujours aussi omniprésente dans nos sociétés occidentales et, pire encore, la classe moyenne est en train de se désagréger par le fait de la mise en place de ce système impitoyable qui en fait ne se résume qu’à cet axiome: Plus tu es riche plus tu peux t’enrichir. Si par malheur tu ne l’es pas assez et bien tu n’as pas accès aux mécanismes d’enrichissement automatique dont un des leviers est le stock-option par exemple.

 

La crise des subprimes est entièrement la faute du rêve américain qui voulait faire d’une pierre deux coups en refusant d’augmenter les charges des entreprises, donc les salaires, et ainsi garantir un bon rendement aux actionnaires, les banques notamment par l’intermédiaire des hedge funds et des fonds de pensions, et ne pas ralentir la consommation, le moteur économique, en diffusant le crédit à tout va. Ainsi le rêve américain a fonctionné jusqu’en 2008 sur la diffusion massive des crédits émis…par les banques. Cela montre quand même le pouvoir exorbitant des banques sur l’économie US et par là-même sur l’économie occidentale n’en déplaise à Hervé Juvin qui fait malgré tout une analyse très intéressante de la mondialisation:

 

A voir en Play-list.

 

Du mondialisme à l’impérialisme.

 

Nous avons donc vécu les 60 dernières années une intégration, par la force, à un système mondialiste mis en place par l’empire américain et pour son seul intérêt principalement, puisque in fine ce sont les grandes banques et les grosses transnationales qui profitent du système globalisé.

 

Mais cela n’est pas suffisant à comprendre l’empire américain. Il est dominé donc par les banksters qui sont associés en réseaux et dominent le pays mais on peut parler librement des sociétés secrètes qui dominent les USA, et par là-même l’occident, qui sont chargées de diffuser la voie du développement et des conquêtes futures. Les think tans, comme on les appellent pudiquement, ne servent qu’à diffuser l’idéologie mondialiste parmi les élites du monde occidental. Lorsque celles-ci sont conviées chaque année au Bohemian grove, Skull&bones, lorsque ce sont des instituts « indépendants » comme le CFR qui décide de la politique extérieure US on peut dire que les hommes qui contrôlent ces groupes exercent un pouvoir suffisamment puissant pour voir leurs décisions appliquées.

 

D’autant plus qu’elles sont relayées par Bilderberg et des « joints ventures » assimilées comme la French American foundation par exemple, qui finance les élites transnationales. Toute cette construction plus ou moins secrète développe un seul but: L’empire capitaliste se nourrit de conquêtes car il a besoin de carburant pour continuer à s’enrichir. Plutôt que d’acheter les matières premières ne vaut-il pas mieux finalement aller se servir directement à la source? L’invasion de l’Irak et de l’Afghanisatan correspondent très bien à cette définition de l’impérialisme occidental, qui lui permet de mettre la main sur le pétrole et l’immense réservoir de richesses naturelles que constitue l’Afghanistan. N’oublions pas non plus que la France est exactement dans une même logique impérialiste et voyons les exemples de la Côte d’ivoire et du Niger dernièrement. La course aux richesses naturelles est le sport préféré de l’empire.

 

Pour cela il s’appuie sur une stratégie simple de diabolisation des pays dans lesquels il entend intervenir. Aidé en cela par les organismes humanitaires chargés de dénoncer tous les régimes qui font obstacle à l’empire ou, pire encore, qui seraient susceptibles de tomber dans l’escarcelle russe ou chinoise. Pour diaboliser il suffit de dénoncer le terrorisme supposé de ces pays qui ne supportent plus le joug occidental et le tour est joué. L’opinion internationale manipulé par les grandes institutions comme l’ONU, entièrement au service de l’empire, va se saisir de tous les prétextes pour crier son indignation. Que celle-ci soit sélective et orientée ne choque personne bizarrement. On pointe du doigt toujours les régimes politiques qui refusent la soumission à l’empire mais par contre on ne montre jamais les dérives dictatoriales des régimes affidés.

 

L’Otan est donc devenue dans ce cadre d’expansion par la force, l’armée idoine. En se cachant derrière le paravent Onusien on peut continuer tranquillement son impérialisme et prendre position dans des pays pas suffisamment sûr pour que l’on puisse exploiter tranquillement leurs richesses. L’Otan est entièrement entre les mains des américains ne nous voilons pas la face, comme le sont d’ailleurs toutes les institutions internationales.

 

La survie de l’occident passe par la fin de l’impérialisme.

 

Il faudrait être aveugle, naïf ou fanatique pour ne pas voir que cet impérialisme déséquilibre le monde en nous intégrant par la force dans une stratégie de conquête et de domination qui n’est pas bénéfique à terme pour l’occident. puisque cela nous promet une intervention en Iran avec le risque de contagion mondiale que cela peut impliquer, et on nous promet à plus long terme une confrontation avec la Chine dont la puissance fait peur à l’empire et aux puissances qui le dirige. Voilà l’avenir qu’on nous promet si on reste passif dans l’empire. Est-ce notre intérêt à nous français par exemple?L’occident doit-il être un bloc monolithique d’idéologie impérialiste libérale et militariste comme il l’est aujourd’hui?

 

En tout cas sa stratégie de déstructuration des sociétés occidentales diverses est en train d’échouer. La recrudescence des sentiments nationaux montre bien que l’individu indéterminé n’existe pas. L’être humain se construit sur des racines qui prennent vie dans l’histoire et la géographie du lieu de vie. Cela est indéniable. Il existe donc en chacun de nous une part irrémédiable nous faisant appartenir à la société collective que nous construisons avec d’autres humains partageant nos racines. L’empire n’a pas détruit ce sentiment national.

 

Pourtant l’ensemble des élites ont été choisies pour bien nous faire sentir la ringardise, et le danger du sentiment nationaliste, alors que la vraie liberté est au-delà des frontières. Ceux qui nous disent cela sont ceux qui voyagent comme bon leur semble et qui n’ont pas un sentiment d’appartenance fort avec une communauté nationale. Ils sont soit à la solde de l’empire, on les appelle les atlantistes, soit œuvrent à la construction nationale d’un autre pays, ce sont les sionistes. Voilà donc les deux catégories puissantes de l’oligarchie mondialiste qui voudraient nous faire croire que le rêve impérialiste est notre objectif. Non. Cela ne les empêchent pas, eux, de revendiquer très clairement le drapeau nationaliste qu’il soit américain ou israélien!

 

Mais cette propagande ne passe plus. La construction européenne mise en place par ces élites ne passe plus non plus. La désaffection des votants le montre très bien. Cette désaffection démocratique est le gros danger qui guette nos sociétés puisqu’il induit que la construction politique n’étant pas assez forte pour régler les problèmes et nous faire avancer dans l’avenir, nous allons devoir nous en passer! C’est ce qui se passe avec la construction européenne où on élit des représentants indépendamment du souhait des peuples et où le parlement, comme dans les pays mondialistes, ne compte plus pour rien. L’avenir des sociétés occidentales, si rien ne change, est donc tout tracé vers une dictature où les élites mettraient en place par la force leur objectif impérialiste appelé le Nouvel Ordre Mondial.

 

Les mondialistes nous tiennent encore par l’arme patiemment construite qui est celle de la dette. La dette publique que nous devons…aux banques encore elles. Car oui tout le système libéral est conçu pour remettre notre souveraineté entre les mains des financiers qui sont complétement transnationaux eux. Peu leur importe la souffrance de familles ici ou là. Ils n’ont aucun sentiment autre que celui d’enrichir en s’enrichissant. Faire de bonnes affaires est leur seul sentiment et malheureusement donc ce sont eux qui ont encore le pouvoir sur nos sociétés occidentales comme on le voit partout en Europe.

 

Les gouvernements sont entièrement soumis aux banksters qui sont en fait les derniers verrous du mondialisme. Si eux sautent alors c’en est fini de la soumission impériale. La dette est entièrement virtuelle. Sa masse exponentielle n’est due qu’aux intérêts que l’on doit à ces banques prédatrices. Il suffit donc pour retrouver notre souveraineté et notre droit à créer un modèle collectif nous appartenant en propre  issu de notre histoire, à rayer d’un trait de plume les dettes que nous devons à ces banques. Puisqu’elles n’ont rien de légitimes! Elles sont issue d’un vol de souveraineté organisé par des élites complices. C’est ce qu’a fait la loi Giscard-Pompidou-Rothschild de 1973. Et c’est ce qu’a poursuivi Delors au sein de la commission européenne avec l’aboutissement du plan final qu’était l’euro. Nous enfermant ainsi dans une prison financière dont nous n’avons plus les clés. celles-ci sont entre les mains des banksters mondiaux:

 

Quid de l’avenir?

 

Va-t-on connaître l’armageddon final ou les peuples parviendront-ils à reprendre leur destin en mains? Il n’y a pas d’autres choix. Si l’on reste dans une vision impérialiste du monde alors on courre à la catastrophe planétaire, par contre si on envisage un monde différent alors on peut tracer un avenir plus positif.

 

Je crois comme le dit Hervé Juvin, cf les vidéos plus haut, que l’avenir doit nous faire passer de l’idée transnationale à l’idée multinationale. c’est-à-dire passer d’une idéologie de la confrontation permanente à une idée de la mise en commun des richesses et des compétences pour le plus grand bénéfice de tous. Bien sûr cela ne se fera pas d’un coup d’un seul mais le mouvement s’est enclenché et il nous vient incontestablement d’Amérique du Sud. Cette région autrefois terrain de jeu de l’empire qui vient affirmer sa souveraineté en se réappropriant ses richesses naturelles, qui vient peser dans les décisions internationales en allant à contre-courant des décisions impériales en reconnaissant la Palestine ou en se rapprochant de l’Iran par exemple.

 

 L’Amérique du Sud nous montre qu’il existe une autre voie de développement que celle que voudrait tracer pour nous cette élite mondialiste. Non la guerre n’est pas une fatalité et oui elle profite à une minorité qui s’enrichit dessus.

Il reste à engager de libération du joug impérial en Europe. Constatons que l’agent impérialiste le plus connu, l’Angleterre, a toujours su préserver sa souveraineté en toutes circonstances et notamment la souveraineté monétaire ce qui lui permet d’envisager une relance économique en dévaluant sa monnaie. Tiens comme le font impunément les américains et tous les pays souverains du monde mais sauf!, les pays de la zone euro qu’on a arrimés de force dans une monnaie unique adossée au Mark.

 

Hérésie et attentat contre la souveraineté des peuples. On voit donc bien que cette illusion mondialiste est encore très présente chez nous, particulièrement en France, puisque nous sommes rentrés dans une ère de destruction totale des instruments de notre modèle souverain pour les mettre en conformité avec les attentes des puissances mondialistes. Et la mise en avant de DSK pour la gauche est le signe donné que cela ne devrait pas changer en France en 2012.

 

 A moins bien sûr qu’une figure politique se lève pour prendre ce flambeau de la souveraineté nationale, seul garant d’un avenir meilleur pour le peuple. le laisser entre les seules mains du FN est le meilleur moyen pour les mondialistes de diaboliser ce sentiment inné et humain qui nous anime lorsque nous plongeons dans nos racines. Oui nous appartenons d’abord à la communauté nationale française et il n’y a pas de mal à ça. Nous pouvons en être fiers avec lucidité. Et cela n’engage pas à haïr les autres, cela engage à s’aimer soi-même avant d’aimer les autres ce qui est la base de tout développement humain collectif réussi. Non?

 

PS: Je vous ai mis aucun lien, aucune source sciemment. Ceci est un billet entièrement issu de mes recherches et de mon souci de connaître la vérité sur mon monde. A vous de faire vos propres recherches et de me contester avec des arguments valables si vous le souhaitez.

 

http://lesouffledivin.wordpress.com/2011/01/11/loccident-doit-en-finir-avec-le-reve-americain/



11/01/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres