PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Libye dimanche 20 mars 2011

 Libye

20.03.2011 08:20 - mise à jour: 08:54
La coalition a lancé des missiles sur des cibles stratégiques libyennes. [U.S.Navy - Reuters]
La coalition a lancé des missiles sur des cibles stratégiques libyennes. [U.S.Navy - Reuters]
Au moins 48 personnes ont été tuées en Libye dans les bombardements lancés depuis samedi par la coalition internationale, selon des sources libyennes. Washington et Londres ont lancé plus de 110 missiles. Plusieurs villes ont été touchées, dont Tripoli. Le suivi minute par minute.

05h30 :  le Japon apporteson soutien à l'attaque menée par la coalition internationale contre les forces du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et condamne la répression du soulèvement populaire.

 

04h39 : la Chine regrette l'intervention militaire étrangère en Libye, indique le ministère des Affaires étrangères, répétant dans une déclaration son opposition à l'usage de la force dans les relations internationales.

 

02h13 : Londres confirme que les premiers raids aériens britanniques se sont déroulés en Libye. Les avions ont décollé de l'est de l'Angleterre et volé pendant 4800 km avant de larguer leurs missiles puis de rentrer à leur base, selon des sources officielles.

 

01h58 : un premier bilan après le début des raids contre la Libye fait état d'au moins 48 morts, dont 26 à Tripoli, selon une source officielle libyenne.

 

01h52 : un bombardement aérien a visé Tripoli, annonce un journaliste sur place. Un avion a survolé le secteur de la résidence-caserne du dirigeant Mouammar Kadhafi dans le sud de la capitale. Des canons anti-aériens installés à la résidence et aux alentours, ainsi que dans d'autres secteurs à Tripoli, ont ouvert le feu peu après. Les forces libyennes ont confirmé, selon la télévision d'Etat, des attaques aériennes sur Tripoli.

 

01h50 :  le comité de l'Union africaine (UA) sur la Libye a appelé à "la cessation immédiate de toutes les hostilités" Le comité, composé de chefs d'Etat africains, a regretté "de ne pouvoir se rendre" dimanche en Libye comme il l'avait souhaité, l'autorisation demandée à la communauté internationale lui ayant été "refusée".

L'USS Preble participe à l'intervention militaire. [Reuters] L'USS Preble participe à l'intervention militaire.

 

[Reuters] 01h12 : le régime libyen considère désormais comme nulle la résolution 1973 de l'ONU imposant une zone d'exclusion aérienne, après l'opération militaire occidentale samedi, et a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité.

 

00h42 :  en signe de protestation, la Libye ne va plus coopérer avec l'Europe dans sa lutte contre l'immigration clandestine.

 

00h12 : la Libye demande une réunion urgente du Conseil de sécurité de l'ONU après le lancement par l'Occident d'une opération militaire contre les forces du colonel Mouammar Kadhafi.

 

23h12 : Mouammar Kadhafi menace d'attaquer des objectifs "civils et militaires" en Méditerranée et affirme que les "dépôts d'armes" étaient ouverts pour défendre la Libye. Dans un enregistrement sonore diffusé par la télévision officielle libyenne, il affirme aussi que la Méditerranée était devenue "un vrai champ de bataille" et juge que les frappes aériennes et aux missiles étaient une "agression croisée injustifiée" contre laquelle "le peuple libyen va lutter".

L'intervention militaire internationale a été lancée par une frappe aérienne française contre un véhicule des forces pro-Kadhafi samedi à 16H45 GMT, premier tir après le feu vert jeudi de l'ONU au recours à la force pour protéger la population civile. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont lancé une vague de plus de 110 missiles de croisière Tomahawk à partir de navires et sous-marins qui ont frappé à partir de 19H00 GMT plus de 20 objectifs, dont des systèmes de défense antiaérienne et des noeuds de communication stratégiques, tous sur la côte méditerranéenne.

La résolution 1973 exige l'arrêt complet des attaques contre des civils, impose une zone d'exclusion aérienne en Libye et permet des frappes pour contraindre les pro-Kadhafi à cesser la répression qui a fait des centaines de morts et poussé 300'000 personnes à fuir le pays depuis le 15 février.

agences/Cécile Rais



20/03/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres