PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Les supporters de F. L. se rassemblent sur internet

Déjà une année... sur Facebook : Pour la liberté de François Légeret

Les supporters de F. L. se rassemblent sur internet

AFFAIRE LÉGERET | C’est sur la Toile que ceux qui réclament la mise en liberté du condamné partagent leur indignation. Et ils sont toujours plus nombreux.

Facebook
© DR | Le condamné dénombrait hier 130 supporters sur Facebook.
Liens en relation avec l'article :

Raphaël Delessert | 25.03.2010

Pendant le procès, ils sont venus grossir les rangs d’un public déjà très dense, une écharpe orange autour du cou. Le jour du verdict, c’est avec une rose de la même couleur que les supporters de F. L. sont entrés dans le tribunal.

 

Depuis le début de l’affaire, ceux qui réclament la mise en liberté de l’homme condamné pour triple homicide sont toujours plus nombreux. Et c’est sur internet qu’ils échangent désormais leurs vues et partagent leur indignation. Un groupe de soutien à F. L. sur le réseau social Facebook réunissait hier 130 personnes, dont deux tiers de femmes. Parmi ces internautes, Pierre-Alain, qui rêve d’une marche silencieuse à travers Vevey. «On ne peut ni innocenter ni accuser. F. L. Reste que tout a été fait pour lui faire porter le chapeau. J’estime qu’il faut manifester contre ce verdict arbitraire», affirme cet habitant de Corsier-sur-Vevey.

 

Samedi dernier, une autre plate-forme de discussion a vu le jour sur le forum Le monde en chantier. Objectif de cette démarche: réunir des lettres de soutien au condamné, missives qui seront ensuite envoyées à Bochuz. Modératrice de la plate-forme, celle qui se fait appeler «Civique» clame elle aussi son indignation: «On ne peut pas condamner quelqu’un à une peine aussi lourde sans la moindre preuve! Ce verdict nous semble injuste, les droits de F. L. ont été bafoués.»

 

Parmi ces intervenants, la formation d’un collectif «Pour éventuellement aller plus loin» est envisagée. Selon Marlène, l’amie du condamné, celui-ci ne se rend pas compte de l’ampleur de ce soutien: «Dans sa cellule, il n’a pas accès à internet. J’imprime les réactions des gens et les lui expédie par la poste. Il ne se sent pas abandonné, toutes ces lettres lui font du bien.»

 



20/04/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres