PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Les sept Elohim

Les sept Elohim

Dernière modification le 20/08/2010 à 14h57

 

Elohim est le pluriel du mot hébreux Eloah, ou Elie, qui est un des noms de DieuSacré nom de dieu ! Voir YHVH ou des dieux. Pourquoi le pluriel puisqu'il s'agit d'un dieu unique ? Et aussi, pourquoi ce pluriel étrange dans la langue hébraïque, ce pluriel d'exception qui ressemble à un barbarisme ?

 

Sans doute, les rédacteurs de la Genèse avaient-ils d'excellents raisons d'utiliser ce pluriel très... singulier ! Parfois traduit par le puissant ou le fort, le mot elohim signifie littéralement ceux/celles venu(e)s du ciel. La tradition les fait descendre du ciel à bord de chariots volants qui ont autrefois fascinés Erich von Däniken. Volants ou pas, les Elohim sont plusieurs. Dans la cabbale et la tradition ésotérique, les sept Elohim sont accompagnés de leur shaktiMot hindi qui signifie la parèdre, l'énergie féminine complémentaire, l'égale ou la moitié féminine sans laquelle on n'atteint pas les arcanes ultimes du Tarot. Voir Le Tarot de l'Eveil ou parèdre : leur femme en bon français.

 

On devrait donc dire les quatorze Elohim, mais non, on dit les sept. Le féminisme n'est pas une mode elohim, semble-t-il. C'est d'autant plus injuste que les femmes Elohim ont donné une forme féminine au pluriel de leur nom. Est-on bien sûr de la pertinence de cette interprétation ? On ne peut exclure  l'androgynieVoir Sexe avec l'ange des "dieux d'avant" qui nous ont fait.Voir Nos Créateurs Le mythe de Pandore,Voir cette Pandore, l'Eve grecque comme la Genèse biblique, nous montrent en effet que la femme est arrivée après l'homme. La reproduction sexuée est venue plus tard. 

 

Mais revenons au scénario cabbalistique. Les Sept Puissants Élohim sont les bâtisseurs de la forme. Cinq d'entre eux, les forces cosmiques, régissent les cinq élements. En effet, aux quatre éléments connus,  l'eau, la terre, le feu et l'air, il convient d'en ajouter un cinquième, la quintessence ou éther. Ces cinq Élohim résident dans la lumière blanche,Le troisième cercle, ou Gwenwed, la lumière blanche, pour les anciens Celtes d'où ils commandent aux cinq élémentauxVoir cette Les Élémentaux : les gnomes, les salamandres, les sylphes, les ondines et les elfes.

 

 

Les deux derniers Elohim sont Yahveh, notre interlocuteur direct sur la planète terre, et un dernier qui pourrait bien être son alter ego, Lucifer, le porteur de lumière. Ainsi, la rivalité entre les deux élohim en charge de cette planète, à savoir Yahveh et Lucifer, ne serait qu'une reprise hébraïque de la rivalité d'Osiris et de son frère Seth, chez les Egyptiens, ou celle d'Enki et de son frère Enlil, chez les Babyloniens, deux peuples chez qui les Hébreux auraient été captifs. Les noms changent, l'histoire est la même.

 

 

La légende des Elohim est reprise à la lettre dans la tradition islamique. Selon Abû Ya'qûb,Abû Ya'qûb Yûsuf Ben Al-buʾmin, deuxième calife Almohade, est mort vers 1184. les Formes spirituelles sont manifestées à travers les sept lettres suprêmes, qui sont les sept intelligencesSelon le terme de Maïmonide. Voir Ange ou démon ? ou les sept chérubins. Il est écrit dans le Coran et dans le Hadith qu'il existe sept cieux différents où résident les prophètes. Ils correspondent aux sept chakras,Voir cette Les sept chakras et décrivent sept niveaux de conscience, sept étapes qui permettent l'ascensionMeraj pour l'Islam de l'individu vers le septième ciel.Arsh-E-Mohalla, le septième ciel, correspond au troisième cercle des Celtes, Gwenwed, le Cercle de la Lumière Blanche où réside Dieu.

 

 

 

Pour les Hindous, les sept cieux sont une représentation des chakras et le septième ciel est appelé Sahasrara ou Lotus aux mille pétales, qui correspond au chakra de la Couronne, l'ouverture de la fontanelle ou l'arcane XVI la Maison-DieuVoir cette La Maison-Dieu dans le tarot initiatique.Voir cette Le Tarot initiatique Ainsi, lorsque Mahomet entra dans le septième ciel et rencontra Dieu, il vit l'arbre rayonnant aux belles feuilles colorées.Sidrat-Ul-Muntaha est son nom arabe Le parallèle avec le lotus aux mille pétales nous montre bien qu'il y a plusieurs chemins,  et une seule Voie.

 

 

 

Pour Mahomet, une telle ascension n'est possible que si l'on suit la voie du milieu,Cliquez sur + sans obliquer ni vers la droite ni vers la gauche. On y reconnaîtra facilement la description du yoga de la kundalini, et les trois canaux d'énergie, Ida, Sushumna et Pingala, le droit, le central et le gauche. Avant la montée de la KundaliniBuraq dans l'Islam et l'éveil, l'être humain utilise uniquement les canaux droit et gauche, qui véhiculent une énergie de moindre intensité. Mais quand vient l'éveil, il n'en est plus ainsi :

 

« Après la Réalisation, le canal central ou Sushumna Nadi est ouvert et permet l'ascension spirituelle. Dans le Hadith, la voie du Milieu est appelée Sirat al Mustakim. Pour entrer dans le septième ciel, l'étape à franchir est appelée le Pul-Sirat et est décrite dans le Hadith comme un pont "plus aiguisé qu'un sabre et plus fin qu'une mèche de cheveux". Ce pont est appelé dans le yoga, Agnya Chakra (3e oeil) et le pardon est la qualité de ce centre, qui en permet l'ouverture et permet d'accéder au septième centre. »

(source)Voir le site vie-spirituelle

 

Troublant parallèlle qui n'a échappé ni aux soufis, ni aux shivaïtes. "Le point de jonction entre le soufisme et le yoga se trouve dans l'Advaîta-Vedanta et le Shivaîsme du Kashmir. Cette jonction du Yoga au Soufisme a déjà été explorée par Louis Massignon et surtout Rene Guénon, védantiste mort soufi au Caire."  (source)Marc-Alain Descamps sur son site Tout se passe comme si ces diverses croyances étaient issues d'une source commune. Or l'Islam, parole d'Allah, a été révélé au Prophète Mahomet au 6e siècle.

 

Tandis que le shivaïsme, une des plus anciennes religions connues, est antérieure au védisme qui date déjà de - 1500. Plus de vingt siècles séparent les deux révélations, ce qui est pour le moins étrange, vu la similitude du contenu. On a souvent souligné les nombreux ponts entre les trois religions du Livre, Judaïsme, Christianisme et Islam, mais on a moins insisté sur celui qui réunit shivaïsme et soufisme. Et l'on peut aussi ajouter à la liste les points communs avec le Nagualisme de Castaneda, ainsi qu'avec bien d'autres sources de vie intérieure.

 

 

 

Sept Elohim, sept ciels, sept chakras, tout ça désigne la même réalité. On peut aussi penser que les sept Rishis de la tradition hindoue sont une autre façon de présenter la chose. Et le Tarot initiatique ? Il  dénombre vingt-deux degrés,  ou plutôt vint-et-un, car le MatL'excuse dans le jeu. Voir Le Tarot de l'Eveil n'est pas numéroté. Il représente un au-delà et ne doit pas figurer dans la liste. On a donc vingt-et-un arcanes majeurs, trois fois sept… Or dans le Tarot initiatique, il y a trois niveaux de sept échelons chacun… 

 

 

Le Tarot, l'Islam, l'Hindouïsme, le Nagualisme et le Judaïsme nous parlent d'un seul sujet : nous-même, notre chemin d'éveil, comment ouvrir nos sept chakras pour gagner le septième ciel.

 

Un article sur le yoga et l'islam sur ce site : http://www.terre-innocence.fr/page_9_islam/religion.htm



03/02/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres