PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Les « donations » de l’USAID utilisées à des fins stratégiques.

De Camp Darby (Pise), vivres et missiles largués sur le Pakistan

Le 17 aout 2010
Il manifesto


Les inondations au Pakistan.

Pour aider le Pakistan dévasté par les inondations, les Etats-Unis ont lancé « une riposte humanitaire, plus grande que n'importe quel autre pays ». Ce sont les forces armées  états-uniennes qui s'en occupent, en faisant affluer dans les zones sinistrées les « donations » de l'USAID (Agence des États-Unis pour le développement international), comprenant des paquets de vivres avec viande halal, conforme aux prescriptions de la religion musulmane.  Le matériau, pour une valeur de 76 millions de dollars,  provient des gigantesques  dépôts de Camp Darby et de ceux de Dubaï, auparavant fournis par la base en Italie.

L'opération confirme l'importance accrue de Camp Darby, la base logistique états-unienne reliée au port de Livourne et à l'aéroport de Pise. C'est là qu'a été récemment construit un nouveau complexe gigantesque de dépôts et bâtiments, pour une superficie de plus de 40 mille mètres carrés (équivalent de 7 terrains de foot), qui a coûté 40 millions d'euros. Ceci a augmenté la contenance de matériaux militaires et celle, en même temps, des matériaux de l'USAID, entreposés à Camp Darby en vertu d'un accord entre l'Us Army (armée de terre des États-Unis) et le Département d'État. Le transit des matériaux, militaires ou civils, est effectué par le 3ème Bataillon de la 405ème Brigade. Ce même bataillon s'occupe de la réparation des véhicules de la 173ème Brigade aéroportée, envoyés là par la base de Vicence.  Depuis Camp Darby partent donc aussi bien les armes pour les opérations de guerre que les « donations » de l'USAID utilisées elles aussi à des fins stratégiques.

Leur finalité a été confirmée par Richard Holbrooke, représentant de l'administration Obama pour l'Afghanistan et le Pakistan. Secourir les victimes des inondations, a-t-il déclaré,  sert non seulement à  sauver des vies humaines,  mais aussi à « rétablir l'image des États-Unis au Pakistan ».  (The New York Times, 14 août). Dans ce pays a augmenté l'opposition aux opérations « antiterrorisme » conduites par les forces états-uniennes, qui provoquent  un nombre toujours plus grand de victimes civiles. « Maintenant –a dit Holbrooke- le peuple pakistanais verra que, quand une calamité naturelle frappe, ce ne sont pas la Chine et l'Iran, ou l'Union européenne, mais toujours les USA qui dirigent ». Les opérations de secours, non par hasard, se concentrent dans la Vallée de Swat, jusque l'an dernier sous contrôle des talibans. C'est là que sont arrivés 20 hélicoptères et 250 marines Us. Les terribles Blackhawk, cette fois, ne lancent pas des missiles mais des paquets de vivres, et les marines n'emmènent pas de présumés terroristes, attachés et les yeux bandés, mais des enfants qu'on porte avec amour dans ses bras.

Ceci ne signifie pas que les opérations proprement militaires aient cessé : le jour même où Holbrooke expliquait que les USA veulent réhabiliter leur image au Pakistan, un drone US y provoquait la mort de 13 personnes. Les missiles qu'il a lancés provenaient probablement, avec les paquets de vivre, de Camp Darby, définie par le commandement comme « une des plus importantes structures de secours, qui rend possible l'envoi d'aides humanitaires depuis la Toscane dans le monde entier ».

Edition de mardi 17 août 2010 de il manifesto

Traduit de l'italien par Marie-Ange Patrizio

Manlio Dinucci est géographe.



17/08/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres