PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Les « démocratiseurs » ont été, à tous égards, des massacreurs et des criminels de guerre

La bonne conscience de l’Empire

lundi 25 octobre 2010 - 10h:40

 

M. Saadoune - Le Quotidien d’Oran

 

 

 

Pour les Irakiens, dont des millions sont contraints à l’exil, les documents, sélectionnés selon des critères inconnus, ne disent qu’une partie de la vérité des crimes froidement assumés par les néoconservateurs américains et leurs alliés.

 

Le site Wikileaks.org vient de publier une très substantielle série de documents confidentiels ou secrets relatifs à la situation militaire américaine en Irak. Les pièces mises à la disposition du public confirment l’horreur dans laquelle le peuple irakien a été plongé du fait de l’invasion du pays par les armées de la Civilisation.

 

Les « démocratiseurs » ont été, à tous égards, des massacreurs et des criminels de guerre. Les documents livrés au public ne vont pas, bien entendu, changer grand-chose. Le mensonge des armes de destruction massive qui pourraient être déployées en « 45 minutes » a servi à justifier une entreprise criminelle. Il n’empêche pas un Tony Blair d’afficher un sourire satisfait dans les médias, de faire son business et accessoirement de faire semblant de s’occuper du Quartet.

 

Pour les Irakiens, dont des millions sont contraints à l’exil, les documents, sélectionnés selon des critères inconnus, ne disent qu’une partie de la vérité des crimes froidement assumés par les néoconservateurs américains et leurs alliés.

 

En Irak, comme au Vietnam hier, les Etats-Unis d’Amérique, summum autoproclamé de la démocratie et des droits de l’homme, ont perpétré des exactions à tous égards comparables aux barbaries les plus sauvages.

 

Le catalogue - sélectif et limité - des horreurs américaines laisse d’autant plus rêveur que l’administration américaine publie chaque année un rapport annuel des droits de l’homme dans le monde, solennellement diffusé par le Département d’Etat.

 

Ce gouvernement, qui répand la mort et la dévastation, n’éprouve aucune gêne à distribuer des bons et des mauvais points au monde entier. Sans doute, beaucoup de ces « mauvais points » ne sont pas immérités, mais la voix d’un « juge » n’est crédible que si son comportement est inattaquable. Difficile de l’affirmer pour l’administration américaine. Comment des populations qui ont subi les « bienfaits » de l’occupation américaine peuvent percevoir cette liste des indignations impériales, relayée avec des trémolos dans le reste des pays de la Civilisation ?

 

Le comité Nobel, une organisation composée d’éminences très disciplinées, a donné, l’année dernière, le bon Dieu sans confession en attribuant le prix éponyme de la paix à l’actuel locataire de la Maison-Blanche. On cherche toujours - et en vain - son action pour la paix du monde.

 

La Chine n’est sans doute pas un paradis démocratique, mais l’octroi du Nobel de la paix à un dissident chinois correspond parfaitement à la désignation de l’ennemi stratégique de l’Empire.

 

Le magistère moral des Etats-Unis, pour ceux qui y croyaient encore, a sombré sans rémission dans les abysses de Guantanamo, des enlèvements de la CIA, des prisons secrètes et de la torture érigée en pratique codifiée.

 

Dans la gestion médiatique mondiale, caractérisée par la domination des groupes financiers, les informations livrées par Wikileaks seront vite noyées dans le bruit de fond d’une actualité submergée par les faits divers. Les aspects dévastateurs de la confirmation de la nature purement criminelle des guerres déclenchées par les néoconservateurs américains, et poursuivies par les démocrates ultralibéraux, seront rapidement occultés. La bonne conscience impériale n’en sera que peu affectée.

 

Le phare de la Civilisation, où l’on exécute des débiles mentaux sans susciter la mobilisation des belles âmes occidentales, pourra continuer à donner des leçons au monde entier au nom de la « supériorité » de ses valeurs.

 


Du même auteur :

 

-  Frénésie antimulsulmane
-  Un sanctuaire pour les tueurs
-  Le désarroi de l’équipe de Ramallah
-  L’indicible lobby
-  UPM : un secrétaire général pour un ovni politique
-  Retour sur un mensonge

 

 

 

 

25 octobre 2010 - Le Quotidien d’Oran - Editorial

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



26/10/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres