PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Le nucléaire, circuler y a rien à voir! Est du Canada

Le nucléaire, circuler y a rien à voir!

À la suite des évènement survenus au Japon, on a entendu plusieurs choses, des plus alarmantes au plus rassurantes à propos du nucléaire mais qu’en est-il vraiment?

Faut-il croire les discours rassurants des autorités en place ici et ailleurs ou s’alarmer comme le font plusieurs?

Ayez confiance mes amis, les cies et les gouvernements font tout pour veiller à votre sécurité et vous tenir au courant des faits!


« TOKYO (AP) — Bien avant la catastrophe de Fukushima, l’histoire du nucléaire au Japon était déjà marquée par des accidents, comme des fuites radioactives ou des contaminations d’employés, par la culture du secret et par un manque de rigueur des autorités de contrôle sur les problèmes de sécurité.

 

De multiples accidents se sont produits au fil des ans et n’ont été que tardivement révélés à l’opinion, quand ils l’ont été. « Tout est secret », souligne Kei Sugaoka, un ex-ingénieur d’une centrale nucléaire japonaise, aujourd’hui installé aux Etats-Unis. « Il n’y a pas assez de transparence dans cette industrie [...]

M. Sugaoka a travaillé pour la compagnie Tepco, celle-là même qui exploite la désormais célèbre centrale de Fukushima Daiichi, théâtre de la grave crise actuelle. En 1989, il avait reçu un ordre qui l’avait scandalisé: couper des images montrant des fissures sur des tuyaux d’une centrale dans une vidéo destinée aux autorités de contrôle. Il avait alerté des supérieurs, sans résultat. Des années plus tard -en 2000- il a décidé de parler, et trois responsables de Tepco ont perdu leur travail.[...]« 

En France lors de Tchernobyle, c’était pas vraiment mieux et ça l’est pas vraiment maintenant non plus…

« Société
RSS Société
Nuage de Tchernobyl en France: le parquet général favorable à un non-lieu

[...]
« Cette attitude vise à étouffer l’instruction pénale portant sur la problématique majeure de la communication officielle en direction des populations, lors des catastrophes nucléaires, ce qui est absolument intolérable », a réagi Chantal Lhoir, co-présidente de l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT), dans un communiqué.[...]

Dans les jours qui ont suivi l’explosion du réacteur N°4 de la centrale ukrainienne de Tchernobyl le 26 avril 1986, le Service central de protection contre les rayons ionisants (SCPRI), dirigé par le Pr Pierre Pellerin, avait diffusé plusieurs communiqués rassurants, affirmant notamment que « l’élévation relative de la radioactivité » en France était « très largement inférieure aux limites réglementaires »

Comment croire ceux qui nous rassurent à Ottawa quand Harper a fait congédié celle qui ne voulait pas réouvrir Chalk River (qui fournissait les fameux isotopes médicaux) et pas pour n’importe quel raison futile mais pour des raisons de sécurité?!?

Ah oui, je ne suis plus capable d’entendre de soi-disant environnementalistes qui se prétendent vert et qui appui le nucléaire! Je ne pourrai être plus clair, se prétendre vert et appuyer le nucléaire sous prétexte que ça émet moins de gaz à effet de serre, ça démontre la débilité d’un certain discours vert, désolé mais j’aime mieux la bouffe à plante (le Co2) que les retombées nucléaires, le trithium et autres cochonneries!

Que dire aussi des couts de cette énergie, en argent, pour l’environnement et les gens!

L’exemple de Pointe Le Preau au N-B!

« Le coût initial prévu pour ce réacteur au début de 1974 était de 400 $ millions. Ceci fut rapidement révisé à 700 $ millions en mai 1975 et le travail devait être complété en 1979. La centrale est finalement entrée en fonction en février 1983 avec un coût final de 1,2 $ milliard, soit trois fois plus que le budget initial.

 »

« Chose certaine, tous tirent des leçons des nombreux problèmes rencontrés par Énergie atomique du Canada et Énergie NB dans la remise à neuf de la centrale nucléaire de Point Lepreau, près de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

L’échéancier pour la remise en service de la centrale nucléaire de 635 MW accuse trois ans de retard, et la facture initiale prévue de 1,4 milliard $ pourrait doubler en raison des nombreux contretemps.

Bruce Power, un consortium privé, a huit réacteurs à sa centrale nucléaire située à 250 km au nord-ouest de Toronto. La compagnie procède à la rénovation de deux réacteurs qui devraient de nouveau être en exploitation en 2012. Les travaux accusent aussi du retard, et pourraient coûter 4,8 milliards $, soit quelque 2 milliards $ de plus qu’anticipé. Le coût du projet de réfection des 6 autres réacteurs pourrait se chiffrer à 12 milliards $. »

« Les coûts de réfection pourraient sceller le sort de Gentilly-2″

« Pour des raisons environnementales et de santé publique, une trentaine de médecins québécois réclament l’abandon du projet de réfection de la centrale nucléaire Gentilly-2. »

Charest et d’autres disaient y a pas de danger pour une catastrophe comme au Japon et pourtant la centrale est construite sur une faille!

« La vallée du Saint-Laurent se trouve sur la faille laurentienne. Après la côte de la Colombie-Britannique, il s’agit de la zone sismique la plus sensible au Canada. La centrale nucléaire de Gentilly-2, en face de Trois-Rivières, est construite sur cette faille.« 

Une autre chose très peu mentionné au sujet de Gentilly-2, les femmes québécoises qui veulent avoir des enfants courent des risques en demeurant près de la centrale!

Bref, quelqu’un peut-il me donner une bonne raison de ne pas fermer Gentilly-2 et se poser des questions sur le nucléaire en général?



08/05/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres