PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

La 'menace nucléaire' Iranienne est un mensonge

En 2001, le journal Observer a publié une série de rapports clamant une « connexion irakienne » avec Al-Qaeda, allant jusqu'à décrire la base Irakienne où la formation des terroristes a lieu et un site où l'anthrax est fabriqué pour servir d'arme de destruction massive. Tout ceci était faux.
Alimenté par les services secrets Américains et des exilés irakiens, ces fabrications dans les médias Anglais et Américains ont aidé George Bush et Tony Blair à lancer une invasion illégale qui a causé, selon l'étude la plus récente, 1,3 millions de morts.  
 
 La même chose est en train de se produire avec l'Iran : les mêmes « révélations » syncopales du gouvernement et des médias, la même marque de fabrique de crise auto générée. « Epreuves de force avec l'Iran sur sa centrale nucléaire secrète », déclare The Guardian du 26 Septembre.
«L'épreuve de force » est le thème. Midi passé. L'horloge tourne. Le Bien contre le Mal. Ajoutez à cela un nouveau Président Américain, mou, qui « paie les factures des années Bush ». Un écho immédiat est la couverture du Guardian du 22 Mai 2007 : « Le plan secret de l'Iran pour attaquer cet été les forces Américaine en Irak ». Basé sur les déclarations non fondées du Pentagone, l'auteur Simon Tisdall a présenté comme fait, un « plan » Iranien pour faire la guerre, et vaincre, les forces Américaine en Irak avant le mois de Septembre de cette année - une mensonge avéré pour lequel il n'y a eu aucune rétraction.  
 
 Le jargon officiel pour ce genre de propagande est « psy-ops », terme militaire pour désigner les opérations psychologiques. Au Pentagone et à la Maison Blanche, c'est devenu un composant critique de la campagne diplomatique et militaire pour bloquer, isoler et affaiblir l'Iran, d'exagérer sa « menace nucléaire », expression maintenant utilisée en permanence par Barack Obama et Gordon Brown, et reprise comme des perroquets par la BBC et d'autres diffuseurs en tant qu'information objective. Alors que cette expression est totalement injustifiée.  
 
 La menace est à sens unique  
 
 Le 16 Septembre, Newsweek a révélé que les principales agences de renseignements Américaines, avaient rapporté à la Maison Blanche que le statut « nucléaire » de l'Iran n'avait pas changé depuis l'évaluation du National Intelligence Estimate de Novembre 2007, qui a conclu avec un niveau de « confiance élevée » que l'Iran avait stoppé en 2003 le programme dont on l'accuse. Ce que l'Agence Internationale de l'Energie Atomique a confirmé à maintes et maintes reprises.
 
 La propagande actuelle vient de l'annonce d'Obama que les Etats Unis ferment des sites de missiles à la frontière de la Russie. Ceci sert à couvrir le fait que le nombre de sites de missiles Américains, augmente en réalité en Europe et les missiles « retirés » sont redéployés sur les navires de guerre Américains. Le but de la manœuvre est d'amadouer la Russie pour qu'elle rejoigne, ou du moins ne s'oppose pas, à la campagne Américaine contre l'Iran. « Le Président Bush avait raison, » a déclaré Obama, « que le programme de missile balistique de l'Iran constitue une menace significative [contre l'Europe et les Etats Unis]. » Que l'Iran conçoive une attaque suicide contre les Etats Unis est absurde. La menace, plus que jamais, est à sens unique, du côté des superpuissances du monde pratiquement cachée aux frontières Iraniennes.  
 
 Le crime de l'Iran est son indépendance. En ayant mis dehors le tyran préféré de l'Amérique, Shah Reza Pahlavi, l'Iran demeure le seul état musulman riche en ressources, hors de contrôle des Etats Unis. Etant donné que seul Israël a un « droit d'exister » dans le Moyen-Orient, le but des Etats Unis est d'estropier la République Islamique. Ceci permettra à Israël de diviser et de dominer le Moyen-Orient au nom de Washington, renforcé par un voisinage docile. S'il y a un pays dans le monde qui a un besoin urgent de développer une « dissuasion » nucléaire, c'est bien l'Iran.  
 
 En tant qu'un des premiers signataires du Traité de Non Prolifération nucléaire, l'Iran a été un avocat crédible pour un Moyen-Orient sans nucléaire. En revanche, Israël n'a jamais accepté une inspection de l'AIEA, et son usine d'armes nucléaires de Dimona demeure un secret de pacotille.
Armé de 200 têtes nucléaires actives, Israël « déplore » les résolutions de l'ONU l'invitant à signer le TNP, tout comme il déplore le récent rapport de l'ONU l'accusant de crimes contre l'humanité à Gaza, tout comme ils détiennent le record mondial en matière de violations du droit international. Ils s'en tirent à bon compte étant donné que les grandes puissances lui accordent l'immunité.  
 
 Préparation à une guerre sans fin  
 
 La « épreuve de force » d'Obama avec l'Iran suit un autre agenda. Des des deux côtés de l'Atlantique les médias ont été chargés de préparer le peuple à une guerre sans fin. Le Général en chef Américain de l'Otan, Stanley McChrystal, a déclaré, selon NBC, que 500.000 soldats seront nécessaires en Afghanistan dans les cinq ans à venir. Le but est le contrôle « du prix stratégique » du gaz et des gisements de pétrole de la Mer Caspienne, de l'Asie centrale, du Golfe et de l'Iran - en d'autres termes, de l'Eurasie. Mais 69% du peuple britannique, 57% des Américains et quasiment tous les autres êtres humains sont opposés à la guerre. « Nous » convaincre que l'Iran est le nouveau démon ne sera pas facile. La fausse déclaration du General McChrystal que l'Iran « formerait des combattants pour certains groupes talibans » est aussi désespérée que l'écho pathétique de Brown « d'une ligne tracée dans le sable ».
 
 Durant les années Bush, selon le grand
informateur Daniel Ellsberg, un coup d'état militaire a eu lieu aux USA, et le Pentagone a maintenant l'ascendant dans tous les secteurs de politique extérieure américaine. Un indicateur de son contrôle est le nombre de guerres d'agression faites simultanément et l'adoption de la doctrine de « frapper en premier » qui a abaissé le seuil sur les armes nucléaires, et qui a mis un flou dans la distinction entre les armements nucléaires et conventionnels.  
 
 Tout ceci ridiculise la rhétorique d'Obama dans les médias au sujet « d'un monde sans armes nucléaires ». En fait, Il (Obama) est l'acquisition la plus importante du Pentagone. Son consentement sur la demande du Pentagone, de reconduire le Secrétaire à la « Défense » de Bush et  soutien des fabricants d'armes, Robert Gates, est unique dans l'histoire des Etats Unis.
Il a prouvé sa valeur avec des guerres planifiées de l'Asie du Sud jusqu'aux confins de l'Afrique. Comme l'Amérique de Bush, l'Amérique d'Obama est dirigé par quelques personnes très dangereuses. Nous avons un droit à être averti. Quand est ce que ceux qui sont payés pour être les garants du droit feront-ils leur travail ?

Traduction
Alter Info
 
 
http://www.prisonplanet.com/iran%E2%80%99s-nuclear-threat-is-a-lie.html



02/10/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres