PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

La lucidité vient de là où on ne l'attendait plus, de la part des politiciens. Chapeau !

Jean-Marie Le Pen « n'accepte pas » qu'on parle de massacres en Syrie

 http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/jean-marie-pen-naccepte-pas-quon-parle-massacres-syrie-197578

 

Le 25.01.2012 à 11:36
 
 
 Le président d'honneur du Front national Jean-Marie Le Pen, invité mardi de l'émission "Preuves par trois" sur Public Sénat, en partenariat avec l’AFP, a affirmé qu'il "n'acceptait pas" que l'on parle de "massacres impitoyables" de la part du régime de Bachar al-Assad en Syrie, et a défendu "le droit à l'atome", y compris militaire, de l'Iran.
 

"Je n'accepte pas" qu'on parle de massacres en Syrie, "il y a une forme de guerre civile chez lui, par conséquent (le président al-Assad) fait ce qu'il croit devoir faire", a affirmé M. Le Pen, invité de l'émission "Preuves par trois" (Public Sénat/AFP).

 

Selon lui, "massacres impitoyables, ce sont les médias occidentaux qui disent cela, parce qu'il semble convenu que l'Occident mette au pouvoir les islamistes partout dans cette région du monde".

Il a insisté sur "la première déclaration des ennemis de Kadhafi (en Libye): +nous allons établir la charia+".

 

Interrogé sur des sanctions renforcées contre l'Iran, soupçonné de vouloir se doter de la bombe nucléaire, Jean-Marie Le Pen a dit les trouver "parfaitement inutiles et donc nuisibles".

 

"L'Europe utilise 20% du pétrole iranien, l'Iran a des clients qui sont tout prêts à prendre ces 20% et même au-delà" et "je ne crois pas du tout que (l'Europe) dissuadera la Chine ou l'Inde d'acheter du pétrole iranien", a-t-il dit.

 

Interrogé sur ce qu'il ferait face au programme nucléaire iranien, le dirigeant du FN a répondu: "Je ne fais rien" car "il n'est pas démontré qu'il est à vocation militaire".

"On a été habitués aux mensonges de la politique occidentale dans ce domaine, touchant l'Irak de Saddam Hussein", a-t-il dit en faisant référence aux armes de destruction massive que ce régime était soupçonné d'abriter et qui n'ont jamais été découvertes.

 

M. Le Pen "considère que l'Iran a le droit à l'atome comme tout le monde, c'est une nation souveraine". "Il n'y a pas que l'Iran qui a la bombe atomique dans ce coin-là, il y a Israël, le Pakistan, qui me paraît plus dangereux, l'Inde, la Chine, la Corée du nord", a-t-il ajouté.

 

Enfin, il a défendu le Premier ministre hongrois Viktor Orban, que la Commission européenne a sommé de renoncer à certaines réformes législatives jugées contraires à la démocratie. "Je respecte le choix fait par le peuple hongrois" de ses dirigeants, "l'Europe démontre sa nuisance quand elle entend régir la liberté des citoyens, ce que je conteste absolument", a-t-il déclaré.



25/01/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres