PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

La lapidation n'existe pas dans le Coran, contrairement aux deux autres grandes religions monothéistes

Lapidation.. Vous avez dit lapidation ?
Quelle lapidation ?
"Lapidation" planétaire...
Par eva R-sistons
Horreur ! Une mère de famille iranienne de 43 ans va sans doute être lapidée pour adultère et complicité de meurtre, barbarie suprême ! D'autant que cette pratique rituelle est lente, publique, humiliante... Bref, un archaïsme insupportable, pas vraiment sexué d'ailleurs puisque les hommes sont soumis au même supplice, mais suffisamment odieux pour que la Communauté internationale se mobilise, à juste titre... sauf qu'on lapide dans plusieurs pays, notamment alliés des Etats-Unis, et personne ne s'en émeut, sauf aussi que cette pratique abominable existe depuis longtemps et qu'elle ne suscite l'indignation que maintenant, alors que des rumeurs de guerre contre l'Iran, justement, se font de plus en plus pressantes. Plus de deux cents lapidations par an en Iran ! Celle-ci est d'autant plus médiatique qu'il s'agit d'une femme, d'une mère de famille, et photogénique. L'Occident ne peut plus justifier ses guerres prédatrices barbares en évoquant des armes de destruction massive qu'il cultive lui-même, il ne peut plus évoquer Dieu, la morale, le Bien, comme Bush l'avait fait en se moquant du monde, et son combat pour une pseudo démocratie ne fait plus illusion. Alors, pour les "vendre" à l'opinion publique, il a trouvé une cause qui mobilise, la défense de la femme. Soit. Odieuse barbarie, fort opportune pour nos grands stratèges à l'affût d'arguments acceptables ! La guerre doit être préparée psychologiquement. Bref, c'est de la propagande de guerre, pour insinuer que l'Iran est un pays sanguinaire qui doit être attaqué, lui aussi.
.
Barbarie ? Et lorsque j'attends un troisième enfant après avoir eu un garçon et une fille, et que mon ex-mari décrète: "Deux ça suffit, je n'en accepterai pas un troisième", et qu'il me contraint à avorter alors que je m'apprête à donner la vie avec joie, à accueillir un nouvel enfant, qu'est-ce que c'est ? Une violence insupportable, certes non comparable à la lapidation, mais douloureuse quand même. Tant d'années après, je souffre encore d'avoir tué mon fils, d'avoir supprimé l'existence que je me réjouissais tant de porter en moi alors qu'à quinze ans, déjà, j'avais été baptisée "la force vitale de Bergson", ayant des forces de vie en moi d'ailleurs à l'origine de nombre de mes engagements, notamment contre la  guerre.
 
 
Faire d'une jeune maman, d'une femme qui s'apprête à concevoir, un assassin malgré elle, oui je dis que c'est insupportable. Et d'ailleurs, lorsqu'à presque quarante ans j'ai attendu un 4e enfant, je l'ai gardé en dépit de toutes les pressions: "Pour le tuer, il faudra d'abord me tuer". Mon troisième fils a vu le jour...
.
Mais revenons à l'Iran. L'ayatollah Khomeny a pris position contre la lapidation; Celle-ci, d'ailleurs, soit dit en passant, n'existe pas dans le Coran, contrairement aux deux autres grandes religions monothéistes. Mais la Tradition islamique, celle-là temporelle, l'a imposée dans certains cas: Pour préserver la pureté de la famille, son caractère sacré, unique. De quel droit l'Occident s'imiscie-t-il dans les coutumes étrangères, aussi barbares soient-elles ? Ses valeurs, ses critères, sont-ils supérieurs à tous les autres ? Quelle arrogance ! Il veut imposer ses normes, quelles qu'elles soient. Cette ingérence dans les affaires des autres est d'autant plus insupportable qu'elle cache des motifs non avoués. Car qui a protesté, par exemple, contre une coutume aussi barbare au Groënland, lorsque les familles abandonnaient leurs anciens ne pouvant plus assurer leur subsistance, et cela dans le froid, dans la neige, sans protection contre les loups et contre la faim ? Je n'ai entendu personne protester, et pourtant c'est intolérable. Voyez le film "Les Dents de la Mer", avec Anthony Queen. Barbarie d'un autre âge, là aussi ! Mais les Esquimaux, hier, intéressaient moins que les Iraniens aujourd'hui. Pourquoi ces indignations à géométrie variable ?
.
Procès de l'Occident assassin,
lapidation planétaire
.
 L'Occident donneur de leçons, parlons-en ! En France, bien des hommes boivent et battent leur femme parfois jusqu'à la mort, et c'est souvent une torture quotidienne pour les malheureuses victimes. Et ce n'est pas tout. On doit à l'Occident, par exemple, la drogue, la prostitution (des femmes, en particulier, sont obligées de se prostituer), la pédophilie (honteusement tolérée dans certains milieux), des soirées sataniques au cours desquelles certains "grands" de ce monde en mal de sensations fortes n'hésitent pas à sacrifier des êtres humains, enfants ou vieillards (les disparitions inexpliquées se multiplient, les scandales sont étouffés comme à Toulouse, ou concernant l'affaire Dutroux, en l'occurrence simple rabatteur), ou encore trafic d'organes, condamnations à mort même d'adolescents par exemple aux Etats-Unis (j'ai à nouveau entendu hier l'histoire du Français Zaccharias présumé coupable condamné à mourir lentement SANS visites, sans courrier, sans téléphone, dans un isolement total, inhumain, pour soi-disant n'avoir pas dénoncé ce qu'il savait sur ce qui se préparait le 11 septembre, bref ce n'est pas mieux que la mise à mort, c'est franchement barbare), tortures insupportables et traitement inhumain de prisonniers de guerre, imposition d'aliments industriels frelatés, camisoles chimiques, prisons urbaines, atteintes à toutes les libertés individuelles, camps d'extermination de Tsiganes, de Juifs, d'homosexuels ou d'handicapés mentaux et même de résistants, évacuations forcées de citoyens roms européens, et sans parler de tout le reste, comme l'imposition au monde de la barbarie capitaliste sacrifiant les peuples pour le profit de quelques psychopathes, l'horreur économique qui broie partout les humains et les oblige, au nom de la compétition, de la compétitivité, à se battre les uns contre les autres, ou pire encore, décrétant que les guerres devaient se multiplier partout, pour soi-disant nettoyer la planète du terrorisme, guerres meurtrières, sauvages, bientôt nucléaires et totales... Civilisation, ou barbarie ? Il s'agit bel et bien d'une lapidation universelle, permanente, des humains, aux quatre coins de la planète !
.
On convoite des terres habitées ? Les Amérindiens sont exterminés ou condamnés à l'inactivité, à la misère, à l'alcool, aux maladies; On veut s'emparer d'une île située dans une zone stratégique, comme à Diego Garcia ? On déporte de force les habitants dans des bidonvilles infâmes; On veut étendre son influence et rafler le gaz offshore ? On bombarde les Gazaouis après les avoir enfermés chez eux... etc, etc ! Et que dire des guerres modernes, s'attaquant à l'ADN, produisant des mutations génétiques à long terme, des infections chroniques, ou de la radio-activité imposée à l'ensemble de la planète... Civilisation, ou barbarie ?
.
Et qui décide des blocus privant les populations des biens auxquels elles ont droit, comme en Irak, en Iran ou à Cuba ? Qui a concocté les régimes d'apartheid, sinon les arrogants blancs sûrs de leur "bon droit" ? Qui prive les pays de leur souveraineté, de leurs dirigeants démocratiquement élus, comme encore récemment au Honduras et bientôt au Vénézuela ? Qui soutient les régimes corrompus, dictatoriaux, après avoir souvent contribué à leur mise en place ? Qui tue, pille, vole, bombarde, torture... impunément ? Qui organise des attentats pour déstabiliser des pays bien situés géographiquement ou riches en ressources ? Qui extermine les peuples premiers et détruit la nature pour imposer routes, industries juteuses, marchandisation des territoires ?
.
Les Occidentaux convoitaient l'Afghanistan ? Ils se sont intéressés au sort des femmes afghanes. Mais pas du temps des Soviétiques, car à l'époque, ils avaient besoin des fondamentalistes barbares pour servir leurs intérêts ! Et ainsi de suite...
.
Alors, l'hypocrisie, ça suffit !
.
La vérité, c'est que l'Occident a besoin de mobiliser l'opinion non en faveur d'une femme lapidée, mais en faveur d'une guerre injustifiable contre un pays, l'Iran, qui n'a jamais attaqué personne et qui n'a pas l'intention d'attaquer; Il veut seulement assurer sa protection par l'arme de dissuasion nucléaire, meilleur garant de la paix alors qu'il est entouré d'Etats rêvant de le priver de sa souveraineté, de le morceler, de le soumettre aux industriels américains...  Serons-nous longtemps dupes ?
.
Et d'abord, pourquoi ces ingérences ? Ici, la Bolivie doit éradiquer une culture millénaire, la coca, là des pays doivent cesser d'appliquer des coutumes archaïques insupportables, certes, mais qui n'ont rien à envier à la barbarie de l'Occident, elle, d'ailleurs, à l'échelle planétaire. Les peuples ne veulent pas du carcan de l'Europe, du libéralisme mortifère, de la compétition insupportable, du Marché aveugle, de la dictature des grandes banques et des multinationales, des guerres perpétuelles, ils ne veulent pas de la course aux armements imposée par les Anglo-Saxons et les Israéliens, ils ne veulent pas de la prolifération d'armes de destruction massive et plus généralement d'une Pensée unique, d'un Régime, d'un Système meurtrier, eugénique, impérialiste, mortifère ! Ils ne veulent plus qu'on détruise les pays ne correspondant pas au moule imposé par l'Occident !
.
La vérité, c'est que si la lapidation pratiquée par certains pays est insupportable, la lapidation à grande échelle menée par l'occident est intolérable, et les peuples n'en veulent plus, et c'est là que la mobilisation doit se faire, dans toute la planète : Pour imposer le bien-vivre ensemble, le Bien public, la fraternité universelle. Et la civilisation, enfin !
.
Eva R-sistons

http://r-sistons.over-blog.com/article-vous-avez-dit-lapidation-quelle-lapidation-proces-de-l-occident-56461163.html  

                                                        

 
Sakineh, les Roms, le Pakistan...

Tariq Ramadan

30.8.2010

 

Sakineh...
 
Cela fait plus de quinze ans que je demande que l’on cesse l’application des peines dites "islamiques" dans les pays majoritairement musulmans ; que ce soit les châtiments corporels, la peine de mort ou la lapidation. J’ai appelé à ouvrir un débat interne sur les textes, les conditions de leur application et les réalités du contexte social qu’il fallait nécessairement prendre en compte. J’ai appelé à un moratoire général permettant un débat de fond dans le monde majoritairement musulman. Certains à travers le monde (et dans de nombreux pays musulmans, notamment des ulamâ, des intellectuels et des croyants ordinaires) l’ont compris et ont soutenu cette démarche ; d’autres s’en sont moqué et sont allés jusqu’à exprimer leur rejet, "horrifiés et scandalisés" par une telle proposition. Le Président Sarkozy, Bernard-Henri Levy et consorts étaient parmi les plus médiatiquement indignés.
 
Or voici que l’Etat français propose... "un moratoire" sur la peine capitale au moment où l’on parle de la lapidation de Sakineh Mohammadi Ashtiani en Iran (il est assez pittoresque de lire dans Politis que la France défend désormais ma position et mon combat "sans le dire"). Tiens donc ! ... les scandalisés auraient-ils perdu la raison (puisque l’on me traitât de fou) ou seraient-ils revenus à une position raisonnable, juste et cohérente. Car enfin c’est bien en amont qu’il faut poser le problème et lutter contre des lectures et des applications réductrices, tendancieuses, voire populistes du code pénal islamique (les hudûd) : seule une approche globale, avec la participation des musulmans (ulamâ, intellectuels et citoyens), est à même de déboucher sur des résultats concrets dans les sociétés majoritairement musulmanes. Si l’on veut vraiment, à terme, réformer les choses.
 
Je m’oppose et je condamne l’application de ces peines dans les sociétés contemporaines que ce soit dans les pétromonarchies, en Iran ou dans les pays plus pauvres du Moyen-Orient, d’Afrique ou d’Asie. Ces applications contreviennent, au nom même de l’islam, à la justice, à la dignité et aux droits des personnes dans des sociétés où, au demeurant, le système judiciaire n’est pas transparent, pour ne pas dire clairement corrompu, et où les peines sont souvent le fruit d’instrumentalisation de la religion soit à des fins internes, soit pour se démarquer de l’Occident. Je m’oppose donc, et je condamne naturellement, l’application de la lapidation contre Sakineh Mohammadi Ashtiani. Ce ne peut pas être, ce ne doit pas être.
 
Je ne signerai pourtant pas la pétition lancée à l’initiative de quelques intellectuels français. Je ne doute pas de la sincérité de la majorité des signataires mais il est question de ne pas être dupe des intentions et du jeu des principaux initiateurs, à l’instar de Bernard Henri Lévy, de Marek Halter, voire même l’inénarrable pantin Sihem Habchi de Ni Putes ni Soumises, et de quelques autres encore... Maîtresses et maîtres des dénonciations sélectives et autres mises en scène médiatiques afin de se mettre du bon côté des sentiments et de faire oublier leurs silences complices en d’autres circonstances : c’est l’Iran qu’il faut attaquer (le grand ennemi, et notamment d’Israël...) et non les richissimes pétromonarchies amies (où l’on tue et lapide dans un silence complice). Point non plus de pétition pour les innocents de Gaza, point de pétition pour les pacifistes de la flottille de la paix. Ces mises en scène et ces condamnations sélectives et instrumentalisées sont simplement écoeurantes !
 
...Les Roms...
 
Ecoeurante également cette décision "légale" de renvoyer les Roms... avec, apparemment, l’assentiment d’une majorité de Français. Autre manoeuvre politicienne d’un Président de la République qui perdant du crédit à droite, au centre et à gauche va clairement glaner des voix à l’extrême de la droite avec des discours et des politiques populistes et dangereuses.
 
Hier, le Président français nous apprenait qu’il fallait désormais différencier entre "citoyens" et "citoyens", entre les citoyens "de souche" et les autres à qui l’on pourra retirer la nationalité. Avec l’assentiment d’une majorité de Français encore ! Voici revenir le temps de la distinction de l’appartenance et de la citoyenneté "au faciès"... des Français plus français que d’autres, des Français à examiner, potentiellement "en examen"...des Français pas tout à fait français. Jean-Marie le Pen a beau jeu de rappeler une vérité implacable : le Président annonce une politique que l’extrême droite appelle de ses voeux depuis quarante ans.
 
La France va mal. La France fait peur. Il est heureux, et si encourageant, de voir des politiciens et des intellectuels crier à la honte et aux déshonneurs. Il est heureux, et encourageant encore, de voir la hiérarchie de l’Eglise catholique, et certains de l’Eglise réformée, protester contre ces politiques d’exclusion et de renvoi massif et très fermement condamner les dérives de l’action gouvernementale vis-à-vis des Roms. A ces évêques, à ces prêtres, à ces femmes et à ces hommes, connus ou anonymes, nous disons : Vous êtes la fierté et la dignité de votre pays et les gardiens de sa conscience, contemporaine et historique.
 
Mais où sont donc passées les leaders et les représentants des associations musulmanes, et ceux des associations promouvant la diversité culturelle ? Pourquoi n’entend-on pas leurs condamnations, leurs critiques et pourquoi ne les voit-on pas soutenir les roms dans le respect et la reconnaissance ? Comment se peut-il que des citoyens français, avec une conscience et une origine, et/ou avec une religion, et/ou avec une éthique, se taisent devant des politiques inhumaines et indignes ? Quelle peur les habite qu’ils n’osent ainsi dénoncer l’inacceptable ? Quelle réduction de l’intelligence les fait-elle réagir en tant que arabes, noirs ou musulmans uniquement lorsqu’il s’agit d’un problème concernant les Arabes, les Noirs ou l’islam ? Ce silence n’est pas honorable, ce silence est déshonorant !
 
... Le Pakistan
 
Des inondations, des glissements de terrain... la mort, l’exil, les refuges. Des images de désolation, d’horreurs, de tristesse... Des dizaines de milliers de morts, des millions de sans-abris, des dizaines de millions de déplacés. Et pourtant le soutien international a mis du temps à réagir comme s’il y a avait "un blocage". Les Nations Unies et les ONG internationales ont dû intervenir à plusieurs reprises pour rappeler l’ampleur de la catastrophe et mobiliser un soutien approprié. Nous sommes encore loin du compte.
 
L’image du Pakistan n’est point bonne sur la scène internationale. Associé aux Talibans, à l’extrémisme islamique et à la violence, le pays peine - au coeur de la catastrophe naturelle - à émouvoir les consciences occidentales et internationales. Six ans après le tsunami - qui avait touché l’Indonésie principalement mais également beaucoup de touristes occidentaux - et dont les conséquences à long terme semblent moins graves que ce qui va advenir au Pakistan, il faut bien constater que la solidarité et l’engagement humanitaire sont à géométrie variable, influencés par l’air du temps et la politique émotionnelle bien plus que par la conscience lucide et universaliste.
 
Tout se passe comme si certains êtres humains "stéréotypés" avaient perdu de leur humanité, étaient moins dignes que d’autres d’être secourus. C’est proprement effrayant et pourtant si palpable, si vrai, si réel. On pourra critiquer tous les pouvoirs du monde, tous les médias et la terre entière, mais au bout du compte la question comme la réponse résident dans la conscience de chacun. Qu’est-ce qui motive mes indignations comme mes solidarités ? Mon engagement comme mes soutiens ? Est-ce mon appartenance sociale, communautaire, politique ou religieuse ou est-ce la commune dignité des femmes et des hommes de la planète ? Suis-je capable de voir, au-delà des couleurs de peau, des origines, des vêtements et des barbes, l’essence, la valeur comme la détresse des êtres humains ou suis-je le jouet de ces solidarités émotionnelles qui catégorisent et valorisent les victimes à l’aune de leur ressemblance à mon égard ?
 
Comment peut-on être pakistanais ? ...trois siècles après Montesquieu. Bonne question.... triste vérité. - La solidarité n’a pas de couleur, pas de religion, pas de classe. Quand les catastrophes naturelles s’abattent sur des êtres humains, il n’y a pas à réfléchir sur le fond et le soutien s’impose en même temps qu’il importe d’en considérer la meilleure des formes. Le Pakistan, mais également l’Inde et la Chine, ont besoin de notre soutien. L’Histoire témoignera de notre dignité si, et seulement si, nous leur avons reconnu la même dignité que la nôtre.
 
Sans catégories ni sélection, avec humanité et détermination.


14/01/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres