PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

la drogue produite par les Karzaï est principalement acheminée par les avions US à Camp Bondstell (Kosovo)

Le journal des Balkans

Trafic d’organes : Kouchner savait-il ?

mardi 4 janvier 2011, par Comité Valmy


Voir en ligne : KOSOVO : Rapport sur le trafic d’organes au Conseil de l’Europe par Julia Gorin

« J’ai une tête à vendre des organes, moi ? »

 

Regardez la vidéo de Bernard Kouchner démentant le trafic d’organes

 

Trafic d’organes : Kouchner savait

par R.S.V.

 

La tempête soulevée par le rapport de Dick Marty n’est pas près de retomber, et elle ne concerne pas seulement le rôle d’Hashim Thaçi. Bernard Kouchner, l’ancien chef de la Minuk, était forcément au courant des activités criminelles impliquant d’anciens membres de l’UCK, voire du trafic d’organes lui-même. C’est ce que confirme le capitaine canadien Stu Kellock, ancien chef de la police de la Minuk.

 

Bernard Kouchner, l’ancien chef de la Minuk, la mission de l’Onu au Kosovo a rejeté dans une déclaration à la BBC toutes les accusations qui pourraient peser sur lui, démentant qu’il aurait « fermé les yeux sur l’affaire du trafic d’organe au Kosovo au nom de la stabilité politique »...

 

« Moi, fermé les yeux !!? Pauvre Dick Marty... Nous nous battions jour et nuit contre le crime organisé, contre la violence. Toute notre action était consacrée à la justice. Je dois aussi me défendre. Je ne sais pas qui est ce Dick Marty, je ne le connais pas personnellement. Il est envoyé par le Conseil de l’Europe et nous devons le respecter. Je respecte sa mission, et j’ai lu son rapport avec beaucoup d’attention, mais je demeure très sceptique », a déclaré Bernard Kouchner.

 

Il a répété qu’il doutait de l’exactitude des allégations du rapport de Dick Marty, mais qu’il estimait que c’était maintenant aux enquêteurs d’Eulex d’enquêter « de manière systématique » sur les faits allégués par le rapport. Bernard Kouchner a également répété qu’il avait entendu parler pour la première fois du trafic d’organes dans le rapport de Carla Del Ponte et qu’l avait été surpris.

 

Le médecin légiste José Pablo Baryabar, ancien chef du bureau d’investigation pour les disparus et de la médecine légiste auprès de la Minuk, a déclaré à ce même sujet à la BBC : « Les policiers allemands ont trouvé 400 échantillons d’ADN au Kosovo en 1999. En 2002, j’ai demandé à voir ces échantillons. Les Allemands ont répondu qu’ils les avaient détruits car le TPI de la Haye les avait autorisé à le faire ».

 

Une mission délicate et mal gérée pour Eulex

 

Dick Marty, au paragraphe 8 de son rapport, met en lumière des indices de dissimulation de preuves très significatifs : « Ainsi, la mission Eulex, déployée depuis 2008, a-t-elle hérité d’une situation très difficile. Les nombreux dossiers sur les crimes de guerres, particulièrement ceux où les accusés sont des combattants de l’UÇK, ont été laissés par la Minuk dans un triste état : preuves et témoignages égarés, périodes creuses beaucoup trop longues entre des enquêtes incomplètes. Les représentants d’Eulex allaient même jusqu’à partager avec nous, lorsque nous venions au Kosovo pour des enquêtes ponctuelles, leur crainte de devoir abandonner un grand nombre d’affaires en cours ».

 

Dans la note de bas de page qui accompagne cette affirmation, il précise : « On a appris que certains pays qui ont envoyé des troupes au sein de la Kfor, comme par exemple la Grande-Bretagne, ont récupéré toute la documentation, et que celle-ci n’était plus consultable par les enquêteurs d’Eulex qu’après une demande spécifique à renouveler à chaque cas, ce qui ralentit considérablement la recherche de la justice ».

 

On peut aussi lire, toujours dans ce huitième paragraphe : « Quelques-uns de nos contacts, des représentants de la société civile naissante, n’ont pas hésité à critiquer Eulex : on s’attendait à ce que la mission européenne s’attaque aux ’intouchables’, dont le passé plus que flou était un fait notoire. Malheureusement ces attentes son restées vaines : il y a eu beaucoup d’annonces et de promesses, mais les résultats tangibles restent encore à venir.

 

Le cas de Nazim Bllaca, le ’dénonciateur’, qui a affirmé publiquement avoir éliminé des opposants sous les ordres de personnes occupant aujourd’hui de hautes fonctions politiques, est significatif. On a attendu quatre jours avant de l’arrêter et de le placer sous protection. La manière dont Eulex va traiter cette affaire sera un bon test pour vérifier jusqu’où cette mission est prête à aller pour faire triompher la justice » (Lire notre article « Kosovo : Nazim Bllaca, les confessions du tueur du PDK).

 

Les États-Unis ont affirmé, par la bouche du porte-parole du Département d’État, Phillip J. Crowley, qu’ils soutiendraient toutes les enquêtes des autorités compétentes menées à partir des accusations contenues dans le rapport de Dick Marty, mais ils annoncent aussi qu’ils continueront malgré tout à collaborer avec le Premier ministre du Kosovo, Hashim Thaçi, malgré le rapport qui le met en lien direct avec les crimes.

Traduit par Jovana Papoviæ, le Journal des Balkans

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Trafic d’organes : Kouchner savait-il ?

    4 janvier 2011 13:00, par MARAT EL MOKRANI

    Bernard Kouchner termine en disant que ceux qui l’accusent sont "des salauds et des assassins "est le meme qui posait devant les cameras de TV avec un enfant vietnamien dans les bras en disant que les Boats peopole vietnamiens fuyaient le communisme( alors qu’on voit aujourd’hui les vietnamiens parmi les plus optimistes devant l’avenir et qui sont toujours sous un regime communiste !).Bernard Kouchner est un SALAUD d’avoir utilisé la detresse des vietnamiens fuyant la misere cela dans un but politique (anticommunisme) et dans le but de soigner son "imge d’humanitaire",c’est un ASSASSIN car ce faisant il a contribué à grossir(le fameux appel d’air !) le flot des candidats boat peopoles dont certainsauront trouvé la mort.l’actualité donne l’exemple de boat peopole Africains dont plusieurs ont trouvé la mort mais cela on ne leur envoie pa la marine nationale quand il arrivent a accoster en europe on les mets en prison avant de les expulser mais eux ne fuient pas le communisme juste la misére et la guerre.elle est belle l’Europe des kouchner et consort.

    VIVE LA REPUBLIQUE VIVE LA FRANCE ET L’ALGERIE MEILLEURS VOEUX DE PROSPERITE AU PEUPLE VIETNAMIEN

    Répondre à ce message

  • Trafic d’organes : Kouchner savait-il ?

    7 janvier 2011 16:51, par Stered

    "...mais ils annoncent aussi qu’ils continueront malgré tout à collaborer avec le Premier ministre du Kosovo, Hashim Thaçi, malgré le rapport qui le met en lien direct avec les crimes."

    Que penser également des faits décadents de l’OTAN révélés par DER SPIEGEL qui indiquait que le général allemand Egon Ramms s’était opposé aux ordres de l’OTAN confirmé par écrit, le 5 janvier 2009 à ordonner aux troupes alliées présentes en Afghanistan de tuer, dans les zones insurgées, toutes les personnes impliquées dans la culture et le commerce des drogues, sans attendre de savoir si elles sont ou non liées à l’insurrection.

    Le général allemand Egon Ramms qualifiait l’exécution de cette instruction de crime de guerre. Ces révélations ont provoquées un vif émoi en Allemagne, mais pas dans les autres États impliqués militairement en Afghanistan. Ces instructions s’appliquaient à toute la zone insurgée, mais pas à la zone « pacifiée », c’est-àdire placée sous l’autorité du président Karzaï, où son demi-frère exploite le pavot.

    En clair, le général US Bantz Craddock a ordonné de massacrer tous les paysans qui cultivent le pavot et tous les trafiquants dès lors qu’ils rivalisent avec le monopole de la famille Karzaï. Le général Bantz Craddock est l’ancien chef du cabinet militaire de Donald Rumsfeld. En qualité de commandant du South Command, il installa le centre de torture de Guantanamo. Il participa activement à la planification de la guerre israélienne de 2006 contre le Liban et fut nommé à cette époque à la tête de l’OTAN en vue d’une possible mission de l’Alliance atlantique aupays du Cèdre (projet qui fut contrecarré par Jacques Chirac lors de la Conférence de Rome).

  •  

    Rappelons que la drogue produite par les Karzaï est principalement acheminée par les avions US à Camp Bondstell (Kosovo) où elle est prise en charge par le Premier ministre Haçim Thaçi. Elle est alors distribuée par la mafia kosovare principalement en Europe occidentale. Les bénéfices servent à financer les opérations spéciales de la CIA hors contrôle budgétaire du Congrès selon DER SPIEGEL

  •  

    //www.spiegel.de/international/world/0,1518,604430,00.html //www.spiegel.de/international/world/0,1518,604183,00.html



07/01/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres