PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

La conférence sur le nucléaire proposée par l'Iran soulève les vraies questions.

drapeau-Iran-copy.gif
La conférence de Téhéran qui dure deux jours, rappelle qu'il existe des milliers d'armes nucléaires qui menacent la paix et la sécurité dans le monde. Elle prend, pour cela, la communauté internationale à témoin toute en signalant que celle-ci a exprimé de nombreuses demandes en faveur du désarmement mais aucune n'a abouti à ce jour.  [1


La conférence, à laquelle les pays occidentaux ne sont pas présents, doit discuter pendant deux jours du "désarmement nucléaire, de la non-prolifération et de l'utilisation de la technologie nucléaire à des fins pacifiques, selon les autorités iraniennes.

Elle réunit huit chefs de diplomatie (Irak, Syrie, Liban, Oman, Arménie, Turkménistan, Centrafrique et Swaziland) ainsi que des vice-ministres de Russie, du Qatar, des Emirats arabes unis et un "assistant spécial du ministre chinois des Affaires étrangères", selon les Affaires étrangères.

Le président de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) Ekmeleddin Ihsanoglu et des représentants de l'AIEA et de l'ONU sont également présents, a-t-on précisé.
[2]


Cette conférence n'est pas prise au sérieux par les médias occidentaux, elle même tournée en dérision et dévalorisée. Pourtant cette conférence a le mérite de soulever les vraies questions . Elle est à l'opposée de celle convoquée par Obama dont le but avéré était de maintenir la main mise des grandes puissance sur le nucléaire militaire et civil.

L'Iran est habitué à tenir des séminaires sur le désarmement mais cette conférence est très importante de par le niveau des participants et la conjoncture dans laquelle elle se tient », nous ont affirmé hier des organisateurs. En effet, l'on dénombre près d'une soixantaine de pays dont les représentants sont venus en nombre, qu'ils soient ministres, hauts responsables d'institutions, experts et même journalistes de divers médias internationaux. L'Algérie y est aussi présente aux côtés des pays qui aspirent à un nouvel ordre mondial sans trop de heurts entre les puissants et ceux qu'ils ont décidé de considérer comme faibles. Ainsi, dénombre-t-on beaucoup de pays arabes, d'Amérique Latine et d'Asie.
.../...

C'est à croire que le président américain chercherait à inaugurer une nouvelle ère en matière de règlements des conflits, celle qui éviterait le recours systématique à la force des armes. C'est d'ailleurs, ce que l'on pourrait entrevoir à travers le nouveau défi que s'est fixé récemment l'Organisation de l'Alliance Nord Atlantique (OTAN) -que les USA dirigent - en cherchant à élaborer ce qu'elle qualifie de «nouveau concept stratégique». Il faut reconnaître que le bourbier irakien et afghan dans lesquels s'enlisent depuis de longues années les Américains, oblige bien ces derniers à réviser leurs méthodes d'intervention à travers le monde. Il ne faudrait pas croire que ce sont les grosses pertes en vie humaines, civiles de surcroît, causées par ces affreuses guerres, qui pèseraient sur la conscience des dirigeants américains et autres occidentaux, puisque dans leur esprit ce ne sont que «des dégâts collatéraux». Ce sont plutôt les budgets colossaux qu'elles exigent pour être «bien menées» qui leur posent problème.
[3]

***

 "les Etats ayant l'arme nucléaire, ceux l'ayant utilisée ou ceux ayant menacé de l'utiliser, et particulièrement les Etats-Unis, devraient être suspendus de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)". dit Ahmadinejad.

Selon lui, une révision du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) doit être "effectuée par les pays indépendants ne possédant pas d'armes nucléaires. La présence des pays possédant l'arme nucléaire, particulièrement les Etats-Unis, empêche l'élaboration d'une traité équitable".
[4]


Nous nous permettrons aussi de ne pas rejoindre les récentes allégations de Caroline Fourest

Tout le monde se doute bien que Barack Obama ne va pas appuyer sur le bouton nucléaire. Personne ne peut faire confiance à Mahmoud Ahmadinejad pour ne jamais y songer.
Cet homme-là, qui croit être l'élu de Dieu, a renoncé à toute rationalité. Il ne faut rien en espérer, si ce n'est le pire. 
[5]

Personnellement je ne suis pas sûre qu'Obama n'appuie pas sur le bouton, je suis encore moins sûre que Netnyaou ne le fasse pas.  La plume alerte de C . Fourest  ne fait qu'oublier l'essentiel  : le danger que fait peser sur le moyen orient et sur le monde  un Israël sur armé et surnucléarisé. 
m.leray

A lire ou relire  :
Israël Palestine : Le cancer, par Edgar Morin




 Le terrorisme nucléaire n'est pas du bord que l'on dit, il a déjà frappé et menace de frapper encore.

 obama-nucleaire.jpg


Triste marionnette de l'impérialisme, Obama brandit le gourdin de la menace nucléaire en nous faisant  croire qu'Alquaïda   pourrait construire une bombe atomique et ce malgré l'avis des experts  .

M. Brennan a en revanche admis qu'il n'était en possession "d'aucun indice (prouvant) qu'Al-Qaïda possède la capacité d'utiliser des armes nucléaires". Nombre d'experts doutent de la capacité d'Al-Qaïda à mettre la main sur des matériaux fissiles, à fabriquer une bombe nucléaire ou encore à se servir d'une telle arme.

Toutefois, même si le réseau extrémiste parvenait à s'emparer d'un engin nucléaire, "un système informatique et un système complémentaire de double codage devraient en principe les empêcher de s'en servir", juge Mehdi Mekdour, du GRIP (Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité) de Bruxelles, qui a étudié la sécurisation des installations nucléaires pakistanaises.

Il semble par ailleurs peu concevable qu'Al Qaïda parvienne à élaborer une bombe nucléaire par ses propres moyens, selon de nombreux observateurs.

"Développer une bombe nucléaire requiert un processus sophistiqué qu'Al-Qaïda ne maîtrise visiblement pas", affirme un responsable du renseignement américain sous couvert d'anonymat.


Le terrorisme nucléaire a  déjà frappé et il menace de frapper encore .


 La meilleure manière de caractériser le bombardement de la Yougoslavie est de parler d'une « guerre nucléaire de faible intensité » utilisant des projectiles radioactifs. Largement documentées, les retombées radioactives représentent des risques potentiels pour des millions de personnes dans les Balkans.
LES CRIMES DE GUERRE DE L'OTAN DANS LES BALKANS ET AILLEURS  
et aussi


 

Il y eut Hiroshima et Nagasaki,

Aujourd'hui, sans aucun détour,  Obama, le prix Nobel de la paix, menace  l'Iran.

L'Iran porte plainte contre B.Obama devant l'ONU pour "chantage nucléaire".

L'Iran a déposé une plainte officielle auprès de l'ONU contre le président américain Barack Obama pour "chantage nucléaire" contre Téhéran, a annoncé mercredi l'agence officielle Irna.

La nouvelle doctrine nucléaire des USA, dévoilée le 6 avril, prévoit de ne pas utiliser l'arme atomique contre un Etat qui ne le détient pas et qui respecte le traité de non-prolifération nucléaire. L'Iran et la Corée du Nord font toutefois figure d'exception à la règle Dans une lettre transmise à l'ONU, Téhéran s'interroge sur les "intentions" de Washington et évoque des "menaces" d'attaque nucléaire contre l'Iran


Ainsi la position d'Obama qui dit renoncer à l'utilisation de l'arme nucléaire n'est en fait qu'une manière de dire qu'elle peut être utilisée contre tout pays qui cherche à la posséder, c'est à dire n'importe quel pays puisqu'il suffit de dire comme pour  L'Irak qu'un pays est soupçonné de vouloir acquérir l'arme nucléaire pour justifier une attaque.  Aujourd'hui c'est l'Iran qui est visé... mais qui demain?

Le terrorisme nucléaire n'est pas du bord que l'on croit. Il s'agit là, une fois de plus, d'une formidable, mais dérisoire, manoeuvre de propagande de guerre. Obama pire que Bush ?

 


18/04/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres