PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

L'"effet Mozart" : du rêve américain à la démystification

L'"effet Mozart" : du rêve américain à la démystification

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/64389.htm

BE Autriche 131  >>  9/09/2010
Psychologie

Des psychologues de l'Université de Vienne mettent fin au mythe de l'"effet Mozart"

Depuis plus de 15 ans, les scientifiques discutent des présumés effets positifs de l'écoute de musique classique sur les capacités cognitives (représentation spatiale notamment). A propos de cet effet, communément dénommé "effet Mozart", une équipe de recherche de l'Université de Vienne a présenté ses nouveaux résultats dans la prestigieuse revue "Intelligence" [1]. Ceux-ci démontrent qu'une augmentation spécifique de performance ne peut pas être spécifiquement liée à l'écoute de musique mozartienne.

Pourtant, en 1993, une équipe de recherche publiait, sous la direction de la psychologue américaine Frances H. Rauscher, dans la célèbre revue scientifique "Nature", un article sur l'amélioration des performances cognitives détectée par des tests d'intelligence après avoir écouté de la musique de Mozart. Ainsi, l'écoute de la Sonate pour deux pianos en ré majeur (K. 448) composée par Mozart en 1781 avait des effets à court terme d'amélioration des performances sur la représentation de l'espace. Un article scientifique avait rarement suscité autant d'intérêt public : la musique de Mozart avait alors été saluée comme nouveau moyen de faire augmenter le QI des enfants. Du coup, en 1998, le gouverneur d'alors de l'Etat de Géorgie aux Etats-Unis d'Amérique incitait chaque mère d'un nouveau né à recevoir gratuitement un CD de musique classique.

La démystification du mythe

Au sein de la communauté scientifique, ces résultats avaient été reçus avec le plus grand scepticisme. Les tentatives d'obtention des mêmes effets avec les mêmes méthodes par les collègues du domaine échouaient. Jakob Pietschnig, Martin Voracek et Anton K. Formann de l'Institut de recherche fondamentale en psychologie de l'Université de Vienne [2] ont publié cet été les résultats de leur méta-analyse de "l'effet Mozart" dans la revue "Intelligence". A travers une étude statistique de l'ensemble de la littérature scientifique disponible concernant 39 études avec plus de 3000 tests de personnes sur ce thème, ils concluent qu'aucun lien précis n'existe entre l'écoute de musique classique et l'amélioration de la représentation spatiale.

"Je recommande à tous d'écouter du Mozart mais sans s'attendre à ce que cela améliore ses facultés cognitives" explique J. Pietschnig. Les conséquences de l'"effet Mozart" postulé dans "Nature" n'ont pas été confirmées. Ainsi, le chercheurs viennois considèrent maintenant cet effet comme un mythe et confirment en même temps sa 6ème place dans les 50 plus grands mythes de la psychologie populaire.

Mais nos enfant sont quand même géniaux, avec ou sans musique, conclue avec humour la directrice culturelle du quotidien "Der Standard" Andrea Schurian.

Pour en savoir plus, contacts :

- [1] Publication : Pietschnig, Jakob, Voracek, Martin & Formann, Anton K. (2010). Mozart effect -Shmozart effect: A meta-analysis. In: Intelligence (2010). Plein texte sous : http://dx.doi.org/10.1016/j.intell.2010.03.001



14/09/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres