PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Interdire l'excision féminine : la prudence de la Suisse

http://www.agencetropiques.ch/

 

Interdire l'excision féminine : la prudence de la Suisse
par Cikuru Batumike


Fillette excisée dans des toilettes ( village de Kati au Mali)

 

Entre 6000 et 7000 femmes excisées ou menacées de l'être vivent en Suisse. Ces chiffres ont été avancés dans un récent rapport de l'UNICEF section Suisse, sur la base d'une enquête menée auprès des gynécologues, sages-femmes, pédiatres et services sociaux. Entre ces chiffres et le drame de l’excision, il existe une série de mesures axées sur la prévention et l'information. Appuyée en cela par l'imminente intervention de la loi, non sans faire grincer des dents. Notre dossier.

27 juin 2008: un premier procès vient de sanctionner un acte de mutilation génitale en Suisse. Un couple de somaliens reconnaît avoir fait exciser leur fille de deux ans, en 1996, à leur domicile à Zurich.  Appuyant la proposition du procureur, le Ministère public avait requis, en l’endroit du couple somalien, deux ans de prison avec sursis. « Peut mieux faire », ont estimé les défenseurs des droits de la femme et de l'enfant pour qui "le sursis ne se justifie pas parce que basé sur une simple déclaration des criminels qui prétendent ne pas savoir que l'excision est un crime que la loi réprime." La raison de cette légère peine a été donnée par la justice : « les parents ignoraient, à l'époque, que leur acte tombait sous le coup de la loi en Suisse ». Selon l'accusation, l'excision avait été pratiquée au domicile des parents par un Somalien de passage. Ce dernier n'avait pas été identifié. A la suite de cette sanction, ce procès a fait jurisprudence. Deux autres procès, de grande gravité, ont été prononcés, ces dernières années, en Suisse. Suite en pages Société
 
 


02/10/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres