PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Helen Thomas : « Dites-leur de foutre le camp de la Palestine. »

Jeudi 10 juin 2010 4 10 /06 /2010 10:04
 http://www.politicalsurrogate.com/greets_veteran_reporter_Helen_Thomas_R__Reuters.jpg

Helen Thomas : « Dites-leur de foutre le camp de la Palestine. » 

Par

MIZAANOUN


La journaliste Helen Thomas, âgée de 89 ans est considérée, à juste titre, la doyenne des correspondants à la Maison Blanche. Elle avait été sollicitée par le rabbin us-américain David Nesenoff, durant une cérémonie dans le cadre de ce qu’on appelle le « Mois du Patrimoine Judéo-Etats-unien » dans la même Maison Blanche, le 27 mai dernier, de faire un commentaire sur «Israël». Et sans tituber un seul instant elle a répondu : « Dites-leur de foutre le camp de la Palestine. Souvenez-vous que ces gens-là sont occupés et qu’il s’agit de leur terre, que ce n’est pas l’Allemagne ni la Pologne» et d’ajouter : « Les israéliens peuvent rentrer chez eux, en Allemagne, en Pologne, aux États-Unis d’Amérique et n’importe où ailleurs.»

Avant de faire le tour du monde, les petites phrases ont soulevé le courroux habituel des « Israël first », les sionistes aux Etats-Unis et leurs innombrables organisations. La machine du lynchage général est mise en marche. Il importe peu qu’elle ait été filmée par une caméra occulte et les effets n’ont pas tardé. Ils sont fulminants. Tous ceux des collègues de la vétérane journalistes qui l’avaient entourée de leur affection et respect durant des années ont brusquement pris distance d’elle et le seul fauteuil qui portait son nom propre dans la salle de presse de la Maison Blanche a été retiré. La dernière entreprise de presse avec laquelle elle travaillait encore, la chaîne d’éditions Hearst qui est propriétaire, entre autres, des quotidiens états-uniens « San Francisco Chronicle, Houston Chronicle et San Antonio Express-News, d’un seul coup elle n’en voulait plus d’elle et dans un court communiqué de presse elle a indiqué : « Helen Thomas a affirmé qu’elle prend sa retraite à la suite des controverses soulevées par ses commentaires au sujet d’Israël et des palestiniens. » Des commentaires largement diffusés sur internet par les soins des sinistres personnages sionistes et leurs vastes réseaux.[1] » Victoria Hearst, la petite fille et héritière de l’entreprise de presse fondée par William Randolph Hearst, non contente de l’expulsion déguisée, de son ex-employée et afin de s’en démarquer totalement, elle a chargé le président de la Corporation Hearst, Frank Bennack de publier au nom de la maison Hearst une excuse auprès de la Communauté juive mondiale.  

Pourtant, en août dernier et pour 89ième anniversaire, elle avait reçu un gâteau du propre président Obama. À présent Helen Thomas n’est presque plus rien. Tels sont les faits d’une manière succincte.

Les attaques contre la vieille dame sont depuis incessantes. En voici un prototype signé par un inconditionnel des sionistes, Jose Brechner[2] :

« Le commentaire raciste de la journaliste gauchiste qui durant un demi-siècle n’a pas cessé de critiquer Israël a été la goutte qui a fait déborder le vase. À présent qu’elle a presque atteint les 90 ans, elle devrait penser à aller passer sa retraite au Liban, le pays d’origine de ses ascendants. Si chacun doit retourner à sa terre d’origine, c’est bien à elle qui revient d’en donner l’exemple. Beaucoup des nouveaux arrivés peuvent à présent comprendre les raisons de ses sentiments particuliers d’affection pour les musulmans à chaque fois qu’elle écrit un article ou pose une question. (Aux différents présidents américains durant leurs conférences de presse). Et Brechner continue : «Selon sa vision les noirs doivent retourner en Afrique, les latinos doivent aller en Amérique du Sud, les descendants irlandais, italiens, allemands, hollandais etc. doivent aussi retourner à leurs pays d’origine.»

Ce point de retour au pays d’origine des uns et des autres sur lequel s’appuie J. Brechner pour justifier le fait israélien est un argument qui ne peut d’aucune manière tenir debout. D’abord les noirs aux États-Unis sont les descendants des esclaves qu’on a ramenés par le feu et le fer de leur foyer d’origine en Afrique pour constituer le carburant humain qui va faire prospérer la nouvelle société et lui donner son élan industriel. Les noirs des États-Unis ne se sont pas constitués en état armé pour terroriser tous les pays de la région et du monde. En plus, ils n’ont plus aucun lien avec l’Afrique à moins qu’il s’agisse du lien affectif. Pour les irlandais, les hollandais, les italiens, les allemands et les autres émigrés ou descendants d’émigrés aux Etats-Unis, ils sont les citoyens qui peuplent ce pays et aucune circonstance ne les poussent à retourner aux pays de leurs ancêtres. Par contre l’histoire de leur pays, les USA, garde bien ses ombres noires qu’un jour, ils auront à éclaircir. Et ce en plus des comptes à rendre sur les dégâts, les dévastations, les massacres et les génocides qu’ils ont entraînés et entraînent aujourd’hui dans leur expansion sur toute la planète. Donc la comparaison que fait l’auteur avec les israéliens que Mme Helen Thomas leur recommande de retourner chez eux n’a aucun sens. Les israéliens dans leur écrasante majorité, mis à part le nombre infime de juifs arabes natifs de Palestine, qui d’ailleurs ne veulent rien savoir de l’état sioniste, tous détiennent deux ou plusieurs nationalités à la fois. Contrairement aux arguments de l’auteur, ils ne sont point  natifs de la Palestine. Mais quand on est sans scrupule aucun pour inverser les choses et raconter les mensonges les plus éhontés jusqu’à qualifier les arabes palestiniens d’envahisseurs, on finit par tomber dans la pure folie criminelle qui est la caractéristique principale des dirigeants actuels de l’état des israéliens et celle de tous ceux qui les soutiennent dans leur aventure criminelle qui menace non seulement les arabes palestiniens, les arabes dans leur ensemble, mais l’humanité entière.    

Ainsi donc Helen Thomas serait raciste, de gauche et pis encore sympathisante des musulmans. Enfin aux yeux des sionistes elle réunit tous les péchés mortels et par conséquent elle n’est plus chez-elle aux États-Unis et doit partir au Liban, le pays de ses ancêtres. Bien avant Helen Thomas, beaucoup d’autres us-américains qui avaient émis des critiques sur le comportement indéfendable des israéliens ont été traités par les sionistes et les pro-israéliens de la même manière et ont été mis à l’écart de tous les secteurs importants du pays. Souvent avant et après avoir été écartés ces personnes, dont la plupart sont des éminents professeurs universitaires comme le professeur Noam Chomsky ou les deux professeurs et auteurs du livre « Le lobby israélien » John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt et une très longue liste, sont abreuvées, par tous les moyens, d’insultes, d’injures, d’offenses et des menaces les plus diverses y compris les menaces de mort.

Dans le même texte sioniste prototype ont peut lire encore : « Les natifs d’Israël sont les juifs. Tous les autres et particulièrement les arabes palestiniens sont des envahisseurs qui ont voulu et veulent encore aujourd’hui s’approprier des lieux. Les corroborations historiques et archéologiques de ce fait ne semblent pas convaincre les détracteurs du peuple juif. Ils seraient plus  heureux de voir les juifs disparaître de la planète. On verra alors jusqu’où pourrait arriver le développement humain avec l’apport scientifique et intellectuel des arabes. »

On ne peut être plus grossier, plus farceur et plus falsificateur. Les propos contredisent tous les arguments avancés, jusqu’à présent, par les sionistes qui ne sont point natifs de la Palestine, mais de Pologne, de Russie, d’Ukraine, d’Allemagne, de France, de Hollande et de tous les pays européens. De Theodor Herzl, le hongrois et principal idéologue fondateur de l’état jusqu’au moldave Avigdor Lieberman, en passant par le polonais Ben Gourion et le russe Simon Peres. Tous ont longuement joué une  toute autre musique basée sur les calamités et tribulations imaginaires ou réelles rencontrées par les juifs dans leurs sociétés respectives d’origine et ont décidé un beau jour de fonder leur propre état. Ils avaient hésité entre l’Argentine, Madagascar et d’autres régions du monde avant de se fixer sur la Palestine. Il n’est point besoin de perdre le temps sur cette question. C’est une évidence largement connue.

Pour ce qui est de l’apport scientifique et intellectuel, le complexe de supériorité exhibé par l’auteur en faveur, selon ses propres propos, des juifs et au détriment de l’humanité entière, la duperie ne peut être plus grotesque et mesquine. Il n’y a pas de cerveau humain inférieur à un autre et encore moins supérieur aux autres. Et si les peuples d’Amérique Latine, d’Afrique, d’Asie et parmi eux les peuples musulmans sont sous-développés par rapport aux occidentaux qui monopolisent tout le savoir aujourd’hui, ça n’a rien à voir avec les capacités intellectuelles de ces peuples ni avec le type de leur cerveau, mais avec les circonstances historiques qu’il n’est pas nécessaire de développer dans le cadre de ce texte. Néanmoins ça révèle à quel point on arrive avec l’arrogance, le mensonge, la mystification et l’escroquerie.  

Plus loin écrit J. Brechner : « L’apogée et le déclin de Thomas, démontre que quand le culot atteigne ses limites, le monde réagit. Dans ce cas le monde états-unien qui continue de posséder le niveau le plus élevé de conscience a réagi comme il se doit. Oui la harpie mégère, vétérane de la presse progressiste, est tombée et peuvent aussi tomber les autres. Chose qui nous rend la confiance dans le futur de la liberté et l’équanimité de l’information. Il n’y a pas le moindre doute que, de tous les temps, les médias ont été et le restent encore aujourd’hui, la source des 90% des tergiversations idéologiques et les conséquences politiques qu’ils entraînent. Si les entreprises de presse et les médias licencient tous les journalistes qui reçoivent les dons arabes et subsidiairement ils marginalisent les extrémistes nostalgiques du stalinisme ou du hitlérisme, du coup le monde reprendra son cours de prudence et de tolérance.»

Donc être journaliste progressiste est une tare pour M. Brechner. Le monde états-unien qui a réagi est une duperie du plus grand calibre, car ceux qui ont étouffé la voix de Mme Thomas ne sont pas les us-américains, mais bien les puissants sionistes qui font la pluie et le beau temps dans les 50 états et dans le reste de toutes les institutions officielles de l’Administration. Quand il évoque les journalistes qui reçoivent les dons arabes, il fait encore montre d’une hypocrisie monstrueuse. Car tout le monde sait que les arabes, c’est-à-dire ceux du Golfe et particulièrement les saoudiens, si qu’ils financent certains organes de presse, medias de toute sorte et des pseudo-journalistes, ici et là, non pas pour défendre les intérêts arabes ou musulmans, mais justement le contraire : pour  traduire et amplifier le contenu de la presse occidentale. Et cette même presse est, dans les mêmes proportions citées par l’auteur, c'est-à-dire 90% est sous contrôle absolu sioniste. Et personne n’ignore leurs effets destructeurs sur les consciences. Enfin, selon J. Brechner et tous ses acolytes sionistes les bourreaux sont les détenteurs exclusifs des vertus et pour leurs victimes il ne leur reste que les vices !

Quand Helen Thomas a lâché finalement sa phrase : «Dites-leur de foutre le camp de la Palestine », elle a dit parfaitement la vérité. Beaucoup d’autres colons avant les colons sionistes ont fini par foutre le camp. Il n’y a aucune argumentation mythologique qui tient avec le temps. La vérité peut être cachée un certain temps et dans le cas des sionistes en Palestine elle est cachée sous une énorme montagne de mensonges, de crimes et d’armements des plus sophistiqués, mais elle ne peut le rester indéfiniment. Ce ne sont ni les  F16, ni les navires de guerres y compris les sous-marins atomiques, ni les armes chimiques, ni les bombes au phosphore ou atomiques qui vont prévaloir. Seule la vérité prévaudra et beaucoup plus tôt que ne le pensent J. Brechner et tous les sionistes de son bord.

On peut rendre hommage à Mme Helen Thomas et tous les autres qui, avant elle, ont dit cette même vérité. Quant aux traîtres arabes, ils n’ont rien de différent des traîtres dans toutes les sociétés sauf qu’ils se trouvent en ce moment au pouvoir et delà, ils constituent probablement le pilier principal sur lequel s’appuie le mensonge sioniste sous lequel est ensevelie la vérité. Mais pas pour longtemps encore.  



10/06/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres