PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

H1N1: nouvelles accusations contre l’OMS

H1N1: nouvelles accusations contre l’OMS

Paul Benkimoun
Vaccins. Un an après l’annonce du début de la pandémie, beaucoup de gouvernements se retrouvent avec des stocks inemployés. Les ventes auraient rapporté entre 7 et 10 milliards de dollars aux laboratoires. (AFP)
santé mardi8 juin 2010

Une enquête du «British Medical Journal» met en évidence les liens entre les laboratoires et les experts de l’organisation, tandis que la commission du Conseil de l’Europe souligne un manque de transparence

Les critiques sur la manière dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a répondu à la pandémie grippale sont montées d’un cran, vendredi 4 juin, avec la publication coordonnée d’une enquête menée conjointement par le British Medical Journal (BMJ) et le Bureau of Investigative Journalism de Londres, et du rapport adopté le même jour par la commission de la santé de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

La première révèle que certains des experts ayant participé à la rédaction des lignes directrices de l’OMS face à une pandémie grippale ont reçu des rémunérations d’industriels pharmaceutiques – Roche et GlaxoSmithKline – impliqués dans la fabrication des médicaments ou des vaccins contre les virus grippaux. Le second souligne un «manque de transparence» dans la gestion de la crise du H1N1 par l’OMS et les institutions publiques de santé, les accusant d’avoir «dilapidé une partie de la confiance que le public européen a dans ces organisations hautement réputées» et juge que «ce déclin de la confiance pourrait représenter un risque dans le futur».

Un an après l’annonce, le 11 mai 2009, par Margaret Chan, du début de la pandémie grippale, beaucoup des gouvernements occidentaux se retrouvent avec des stocks inemployés de médicaments antiviraux et de vaccins contre le nouveau virus ­A (H1N1), commandés au prix fort, tandis que dans le même temps, la banque JP Morgan estime que les ventes des vaccins antipandémiques ont rapporté entre 7 et 10 milliards de dollars aux laboratoires.

Il apparaît que, depuis 1999, date à laquelle un document présentait les premières lignes directrices de l’OMS pour un plan pandémie grippale, des experts jouant un rôle clé dans l’élaboration de la stratégie de l’institution internationale dans ce domaine ont des liens d’intérêt avec les industriels. Les recommandations étaient rédigées par quatre experts en collaboration avec le Groupe de travail scientifique européen sur la grippe (ESWI dans sa version anglophone).

«Ce que ce document ne révélait pas est le fait que l’ESWI est entièrement financé par Roche et les autres fabricants de vaccins. Pas plus qu’il n’indiquait que René Snacken et Daniel Lavanchy (deux des experts, le second étant à l’époque employé de l’OMS) avaient participé à des événements financés par Roche l’année précédente, selon les documents de marketing consultés par le BMJ et le Bureau», écrivent les journalistes britanniques Deborah Cohen et Philip Carter.

L’article cite différents autres experts ayant participé à l’élaboration de documents stratégiques de l’OMS sur une pandémie grippale, parmi lesquels les professeurs Karl Nicholson (Université de Leicester), Albert Osterhaus (Université Erasme, Rotterdam) ou Frederick Hayden (Université de Virginie), qui ont été rétribués par les industriels et ont publié des articles sur l’efficacité des médicaments antiviraux (le Tamiflu de Roche ou le Relenza de Glaxo­SmithKline), aujourd’hui contestée au sein de la communauté médicale.

«Aucune déclaration d’intérêt n’a été publiée et aucun détail n’a été fourni par l’OMS en réponse à nos demandes», indiquent Deborah Cohen et Philip Carter, qui signalent que plusieurs experts cités ont affirmé avoir déclaré leurs liens d’intérêt.

Les deux journalistes déplorent aussi le secret entretenu par l’OMS sur la composition du comité d’urgence, mis sur pied par sa directrice générale et qui l’a conseillée pour décider du moment où déclarer une pandémie. «Une décision qui a déclenché les coûteux contrats préétablis sur les vaccins à travers le monde», commente dans son éditorial la directrice de la rédaction du BMJ, Fiona Godlee.

Interrogé par Le Monde, le porte-parole de l’OMS, Gregory Hartl précise que «chaque fois qu’elle réunit des experts, l’OMS leur fait remplir une déclaration d’intérêt, qui est soumise à l’appréciation du président du comité d’experts, mais elle ne les publie pas car elles contiennent beaucoup d’informations d’ordre privé.»

Concernant le comité d’urgence, Gregory Hartl précise que sa composition sera rendue publique lorsqu’il aura terminé sa mission, une mesure qui vise «à éviter que ses membres subissent des pressions, compte tenu des conséquences énormes des décisions prises». L’argumentation n’avait pas convaincu le BMJ et le Bureau qui se demandent si cela sous-entendrait que d’autres comités de l’OMS, dont la composition est publique, sont soumis à ces influences extérieures.

Le rapport rédigé par Paul Flynn, parlementaire britannique socialiste, et adopté vendredi 4 juin par la commission de la santé de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, accuse lui aussi l’institution internationale de faire preuve d’un «grave manque de transparence» dans ses processus de décision, à quoi s’ajoute «la preuve écrasante que la gravité de la pandémie a été largement surestimée par l’OMS». Le document souligne que «c’est principalement le passage rapide de l’OMS vers le niveau 6 de la pandémie, à un moment où la grippe donnait des symptômes relativement modérés, combinés au changement de définition des niveaux de pandémie juste avant l’annonce de la pandémie H1N1, qui a soulevé des préoccupations et des soupçons de la part de la communauté scientifique». Le rapport sera soumis à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et ses 47 Etats membres le 24 juin.

Ces critiques seront prises en compte dans l’évaluation des actions de l’agence par le comité mandaté par la directrice de l’OMS, a indiqué lundi le responsable de ce comité. Dans une note à la presse diffusée lundi, celui-ci reconnaît que ces «rapports posent des questions sur de potentielles influences déplacées sur le processus de décision de l’OMS dans l’estimation et la réponse à la pandémie H1N1 de 2009».



08/06/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres