PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Gaza, des enfants qui résistent

Gaza, des enfants qui résistent

dimanche 19 septembre 2010 - 20h:38

Vittorio Arrigoni


Croyez-moi, les enfants de Gaza sont des gamins qui battent tous les records. Ils ont survécu à Plomb Durci et ils survivent chaque jour à la guerre en temps de paix.

 

(JPG)
Sur la plage, des enfants et des milliers de cerfs-volants...

Couverts de sang, ils ont rampé sous les ruines des immeubles bombardés et pendant des jours ils ont pris soin de leurs plus jeunes frères, des corps agonisants de leurs parents ensevelis sous les débris de leurs berceaux. Tels des héros sortis de Walt Disney, ils ont glissé hors du ventre de la mort encore barbouillés de liquide amniotique pour découvrir le lourd héritage de la condition d’exilé palestinien.

Plus de la moitié de la population de cette pauvre Bande de terre est composée d’enfants, et bien qu’aucun de ces mineurs n’ait jamais voté pour Hamas, ils sont bien les victimes désignées des opérations militaires israéliennes et plus généralement du siège imposé à Gaza.

Des enfants qui résistent. Aux maladies : selon un rapport récent de la Palestinian Medical Relief Society, 52 % des enfants de Gaza sont anémiques et souffrent de graves carences nutritionnelles en raison d’une alimentation pauvre en phosphore, calcium et zinc. Les données concernant les maladies respiratoires sont également inquiétantes.

Des enfants qui résistent aux psychoses, à ces blessures de la mémoire les ramenant face à des corps démembrés et à des bâtiments en flammes, à ces traumatismes indélébiles qui les rendent anxieux et dépressifs, insomniaques et incontinents.

Ils vivent dans des espaces surpeuplés, privés de terrains de jeu. Dans les rues, ils ont vu la chair brûler vive et se décomposer. Missiles, désolations et mort sont évoqués dans les dessins lorsqu’on met une feuille blanche devant eux.

Si le droit au jeu ici est un luxe, le droit aux études est quant à lui interdit : outre les jouets, Israël a également interdit l’entrée des livres d’école primaire dans la Bande.

Contrairement aux Israéliens de leur âge, libres de pratiquer des sports en plein air ou de s’amuser avec leur playstation, les enfants de Gaza sont rendus esclaves d’un maître nommé faim, et je les vois chaque jour pousser des charrues dans les champs, fouiller dans les poubelles à la recherche de matériaux de récupération. Dans la chaleur insupportable de cet été caniculaire, ils sont assis sur des chariots tirés par des mulets surchargés de briques et pierres récupérées dans les bâtiments bombardés, ou on les retrouve au carrefour des rues en train de vendre des babioles, le regard vieux et fatigué de rêver de cours vertes, de terrains de football et de glaces.

Ce n’est pas en jouant à cache-cache qu’ils disparaissent sous terre dans les tunnels de Rafah : avec le risque d’être enterrés vivants, ils sont la main-d’œuvre économiquement et physiquement plus adaptée pour le trafic des marchandises qui autrement n’arriveraient jamais sur les rayons des magasins de Gaza.

Il y a quelque temps, Jasmine Whitbread, Directrice Générale de Save the Children pour le Royaume Uni, s’était exprimée en ces termes : « Les enfants à Gaza ont faim en raison des restrictions considérables touchant l’entrée de nourriture dans la région, et ils sont en train de mourir parce qu’ils ne peuvent pas quitter Gaza pour recevoir les soins médicaux dont ils ont un besoin urgent. Des centaines de milliers d’enfants grandissent sans recevoir une instruction décente parce que les bâtiments scolaires sont gravement endommagés et les limitations dans le passage et l’approvisionnement en matériaux de construction empêchent leur rénovation. Ce sont les enfants qui paient le prix le plus cher du siège. » Outre ces exploits souvent oubliés, les enfants de la Bande de Gaza ont battu en sept jours deux records célébrés par le Guiness.

Le jeudi 22 juillet, sur l’aire de l’aéroport fantôme de Rafah détruit par l’aviation militaire israélienne en 2001, dans le cadre de la fin des camps d’été organisés par l’Unrwa (agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens), plus de 7.200 enfants ont fait rebondir en même temps, pendant 5 minutes, autant de ballons de basket alors qu’hier le record du monde du vol simultané de cerfs-volants a été établi.

Sur la plage de Beit Laya, devant la frontière Nord avec Israël, le ciel était tapissé de milliers d’hexagones colorés, dans une sorte de célébration animée de cette liberté rêvée même par les plus petits. Plus de 7.000 enfants ont fait voler leurs cerfs-volants, multipliant par deux le record qui avait déjà été enregistré à Gaza l’année dernière.

John Ging, chef des opérations de l’Unrwa, a affirmé au terme de l’événement : « C’est un succès incroyable de parvenir à battre deux records mondiaux en une semaine. Une démonstration de ce que peuvent faire les enfants de Gaza si on leur en donne l’opportunité. Les enfants de la Bande sont comme tous les autres enfants du monde, ils souhaitent mener une vie normale loin des épreuves qu’ils sont obligés d’affronter jour après jour », a conclu Ging. « Ce jour de fête est l’expression de la demande de liberté pour ces enfants. »

Contrairement aux ballons de basket utilisés à Rafah, les cerfs-volants qui ont flotté hier sur Beit Laya ne sont pas industriels, mais ils ont été fabriqués par les mains de ces mêmes enfants qui les ont hissés dans le ciel.

Certains présentaient des dessins éclatants, beaucoup portaient avec fierté les couleurs du drapeau palestinien.

Un cri de résistance visible face aux tourelles de surveillance israéliennes se dressant à quelques centaines de mètres.

Peu après l’enregistrement du nouveau Guiness des Records, un navire de guerre de Tsahal (l’armée israélienne) est apparu à l’horizon et s’est approché de la côte de Beit Laya, rappelant que l’heure de la récréation était finie.

Restons humains.

* Vittorio Arrigoni réside à Gaza ville. Journaliste freelance et militant pacifiste italien, membre de l’ISM (International Solidarity Movement), il écrit notamment pour le quotidien Il Manifesto. Il vit dans la bande de Gaza depuis 2008. Il est l’auteur de Rester humain à Gaza (Gaza. Restiamo umani), précieux témoignage relatant les journées d’horreur de l’opération « Plomb durci » vécues de manière directe aux côtés des ambulanciers du Croissant-Rouge palestinien.

Son blog peut être consulté à :
//guerrillaradio.iobloggo.com/



22/09/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres