PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Fukushima : bien pire que Tchernobyl. Fort heureusement, tout cela ne se passe qu’au Japon !!!!

Vendredi 6 mai 2011 5 06 /05 /Mai /2011 10:24

457499453_259fa49c27.jpg

Par Helen Caldicott, médecin spécialisé dans le nucléaire et ses conséquences sur la santé. 27/04/11

Tout le monde n'est pas de son avis, mais pour l'experte médicale en nucléaire Helen Caldicott : la catastrophe de Fukushima est pire que celle de Tchernobyl.

Il ne nous reste plus qu’à espérer qu’elle se trompe et que nous allons muter pour supporter cette augmentation de radioactivité.

 

Le médecin australien, qui étudie depuis plus de trente ans les effets des armes nucléaires, ne mâche pas ses mots : « Ce qui est arrivé au Japon est bien pire que Tchernobyl qui a contaminé 40% de l'Europe. »

Dans son dernier rapport, Caldicott revient sur Tchernobyl et indique que près d'un million de personnes sont mortes des suites de cette catastrophe nucléaire et dénonce le silence des autorités sur le sujet. Mais pour elle, la situation dans laquelle se trouve la centrale nucléaire de Fukushima est encore moins enviable !

 

 Un désastre jamais égalé

 

« Jamais auparavant, six réacteurs nucléaires d'une centrale n'ont été gravement endommagés au même moment. Ces réacteurs sont condamnés », explique-t-elle. « Trois ingénieurs ayant contribué à la conception de Fukushima se sont retirés du projet à l'époque car ils savaient que la centrale n'était pas sûre, que la région était sujette aux séismes.

« Que s'est-il passé à Fukushima ? Les barres de combustible ont tellement chauffé qu'elles ont fondu, comme à Three Mile Island et à Tchernobyl. Mais ici, il ne faut pas oublier que les générateurs d'urgence ont été détruits par le tsunami, empêchant l'eau de refroidissement d'atteindre les réacteurs. Ce n'est pas rien !.

« Il ne faut pas oublier la dangerosité de ces barres : elles sont tellement radioactives que si vous les approchez, vous décédez en quelques minutes. Vos cheveux tombent, des hémorragies internes se déclarent et vous mourrez comme un malade du sida. »

 

 Radioactivité puissance 1000

 

« Ces barres doivent être refroidies. Hélas, lors des explosions à Fukushima, les toits des réacteurs ont été soufflés et deux bassins de refroidissement sont à sec. Cela signifie que les barres radioactives sont hors de l'eau et le matériau qui compose la coque s'enflamme lorsqu'il est exposé à l'air... On peut donc conclure que le taux de radioactivité dans les bassins de refroidissement est dix à vingt fois plus élevé qu'au niveau du coeur du réacteur. Dans chaque cellule de refroidissement, on trouve l'équivalent d'un millier de bombes Hiroshima. [...] Einstein a dit : “L'énergie nucléaire est une façon diabolique de faire bouillir l'eau”. Et c'est bien à cela que se résume l'énergie nucléaire: faire bouillir de l'eau pour actionner des turbines grâce à la vapeur.

 

« L'uranium est déjà très toxique, mais il peut se révéler encore plus dangereux une fois manipulé. Les Américains ont utilisé de l'uranium à Falloujah et Bagdad, en Irak. A Falloujah, 80 % des bébés présentent de graves malformations : des bébés nés sans cerveau, d'autres avec un seul œil, sans bras... Au point que les médecins recommandent aux femmes de ne plus faire de bébés ! Les cancers chez les enfants sont douze fois plus nombreux que la normale. En Irak, la guerre nucléaire a été un véritable génocide. L'uranium utilisé ne se décompose qu'après 4,5 millions d'années, voilà comment on a empoisonné le berceau de notre civilisation.

 

« A Tchernobyl, on a vu plus de 20 000 personnes souffrir du cancer de la thyroïde et de bien d'autres maladies ! 40 % de l'Europe est encore contaminée : ne mangez pas d'aliments européens ! »

« Mais Tchernobyl n'est rien par rapport à ce qui s'est passé à Fukushima. L'un des éléments les plus meurtriers est le plutonium, qui vient de Pluto, dieu des enfers. Un millionième de gramme vous donne le cancer, si vous l'inhalez. Si vous répartissez un demi kilo de plutonium à travers le monde, c'est toute la population mondiale qui souffrira d'un cancer. Fukushima contenait 250 kilos de plutonium... C'est suffisant pour dire adieu à l'hémisphère Nord. »

 

 Arrêtez de manger durant 600 ans

 

« Vous ne pouvez pas détecter le goût des éléments radioactifs, ils n'ont pas d'odeur, on ne peut pas les reconnaître. Une fois dans votre corps, il faut cinq à soixante ans pour qu'un cancer se développe. Toute la radioactivité est nuisible, chaque dose augmente le risque de cancer. La nourriture contaminée le restera durant 600 ans ! Et le pire est qu'il n'y a plus rien à faire. »

 

Commentaire de Nadia Marchand

Journaliste et praticienne de santé

Accepter l'homicide volontaire des espèces vivantes par l'industrie de l'atome serait un suicide collectif humain. 

 L'industrie nucléaire et ses serviteurs ne peuvent exercer un droit de mort sur nous, êtres humains, et, détruire impunément l'humanité.   

 Résister pour défendre la vie sur terre en général, la nôtre et celle à venir en particulier est une urgence sanitaire globale. 

  La transparence est une nécessité démocratique absolue, surtout quand les décisions politiques engagent à ce point notre propre vie et celle des générations futures, l'Appel de Fukushima initie un projet de résistance citoyenne.

A nous d'être des citoyens du monde conscients, astucieux dans l'organisation de nos idées et solutions locales en répondant à l'Appel de Fukushima >

 //appeldefukushima.wordpress.com/2011/04/27/appel-de-fukushima-ii

 

 

//nucleaire-nonmerci.net/images/actu/centrale-nucleaire-fessenheim.jpg

//nucleaire-nonmerci.net/images/actu/centrale-nucleaire-fessenheim.jpg

Fort heureusement, tout cela ne se passe qu’au Japon

 

Pour comprendre un peu mieux le contexte dans lequel se déroule la catastrophe de Fukushima, il faut aller en bas de la page  4 du Monde du 22 mars 2011. D’après des documents WikiLeaks, des diplomates américains avaient signalé dès 2006 à leur gouvernement les failles de sécurité de la filière nucléaire nippone, et particulièrement de TEPCO. Et comme ils avaient davantage enquêté que Pujadas, ces diplomates américains pointaient même une raison de ces défaillances de sécurité : « la libéralisation du marché de l’énergie ». Ils écrivaient « Nous avons vu trop de cas de compétitions axées sur la réduction des coûts et l’accroissement de la productivité, au détriment de la sécurité. » D’où les multiples carences de TEPCO, visites de sécurité bâclées, rapports falsifiés, que souligne un autre article de la même page. Fort heureusement, le séisme brouille les cartes et cache les supercheries.

 

Rien de tel évidemment ne pourrait arriver en Europe, continent où les mesures de sécurité sont prises et bien prises, et où les inspecteurs inspectent. Ah oui ? Pourtant, si nous relevons le regard vers le papier d’ouverture de cette même page  4 du Monde titré « Cacophonie européenne sur la sûreté nucléaire », l’article détaille les laborieuses négociations entre ministres de l’Industrie à Bruxelles, à propos de la manière dont on va tenter, si possible, si ça ne dérange pas trop, d’éviter des Fukushima européens. « Le flou subsiste quant aux procédures qui seront retenues, écrit Jean-Pierre Stroobants, correspondant du Monde à Bruxelles. La Commission européenne parle de la nécessité de choisir des experts indépendants, quand des États, dont la France, évoquent plutôt le rôle des autorités nationales de surveillance.  » Autrement dit, si je traduis bien : pas question que des indépendants, a fortiori étrangers, viennent mettre leur nez dans nos câbles électriques usés et nos groupes électrogènes rouillés. 

 Laissez-nous gérer seuls, entre experts sous contrôle, la rouille de Fessenheim, par exemple (au hasard). 

//www.bagnoletenvert.com/article-solidarite-avec-les-japonais-contre-le-risque-nucleaire-man-69442531.html

Par Eva R-sistons - Publié dans : Alerte écologique (crise) -

 



07/05/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres