PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

FLOW, Pour l’amour de l’eau. Comment une poignée de sociétés volent notre eau?

FLOW, Pour l’amour de l’eau. Comment une poignée de sociétés volent notre eau?

Publié : le 31 janvier 2011 par cequevousdevezsavoir dans Alimentation

Merci à Lydie pour m’avoir fait connaître ce documentaire via les commentaires de « cequevousdevezsavoir ».

 

Réalisateur : Irena Salina

Titre original: FLOW – How did a handful of corporations steal our water?

Traduction du titre: Pour l’amour de l’eau. Comment une poignée de sociétés volent notre eau?

Langue: Français

Partout, la raréfaction de l’ »or bleu » aiguise les appétits des multinationales (dont les sociétés Vivendi et Suez) pour s’emparer de l’eau au mépris de l’intérêt collectif. Un constat implacable, fruit d’une enquête planétaire de trois ans.

Qu’en est-il de la préservation, des réserves naturelles et de la distribution de l’eau dans les années à venir ? Durant trois ans, des États-Unis à l’Afrique du Sud en passant par le Rajasthan et la Bolivie, Irena Salina a interrogé scientifiques, militants écologistes, porte-parole d’entreprises ou simples citoyens pour dresser un constat alarmant. L’eau représente désormais la troisième industrie mondiale après le pétrole et l’électricité, mais son caractère vital et sa raréfaction accélérée vont en faire, à court terme, la première ressource potentielle de profits à la surface du globe. Partout, y compris aux États-Unis, l’accès à l’eau potable est devenu problématique, et trente mille personnes meurent par jour dans le monde faute d’en bénéficier. Dans les bidonvilles des pays pauvres, la privatisation des réseaux, encouragée par la Banque mondiale – au profit notamment de deux multinationales françaises, Vivendi et Suez, et d’une britannique, Thames Water, les trois plus offensives en la matière – exclut un nombre croissant d’habitants, incapables de payer des factures qui ont augmenté brutalement. Et alors que l »or bleu » excite de plus en plus ouvertement les convoitises, on découvre que le Conseil mondial de l’eau, créé officiellement pour arbitrer entre les intérêts contradictoires des États, des entreprises et des citoyens, est dirigé ouvertement par les représentants de Vivendi, Suez ou Veolia. Aux États-Unis, autre exemple, l’administration républicaine a refusé d’interdire le composant chimique nocif désormais proscrit en Europe, l’atrazine, que l’on retrouve, entre autres, dans l’eau du robinet. Quant à Nestlé et autres vendeurs d’eau en bouteille, ils se livrent à une compétition effrénée pour capter ce marché de plus en plus lucratif, quitte à saccager sources et rivières.

Pillage
Irena Salina met en évidence un scandale écologique, scientifique, économique et humain majeur : le pillage d’une ressource naturelle qui condamne à l’avance des millions d’êtres humains. Elle montre aussi comment les gouvernements et les institutions (ici la Banque mondiale) appuient les appétits privés, dans des domaines qui, autrefois, relevaient du service public. Son film constitue aussi un véritable appel à la résistance. Car un peu partout, les populations spoliées cherchent à s’organiser, dans un combat pour l’eau à l’issue plus qu’incertaine.



01/02/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres