PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

ÈRE GLACIAIRE EN VUE ? LE GULF STREAM S'EST ARRÊTÉ

ÈRE GLACIAIRE EN VUE ? LE GULF STREAM S'EST ARRÊTÉ


Tant de scénarios possibles et tant d'hypothèses qui vagabondent concernant le futur du climat de notre petite planète qu'il est difficile de nos jours de savoir à quoi s'en tenir, de savoir quel « expert » croire ou ne pas croire. Parlons-nous réellement de réchauffement climatique ou serait-il plus exact de simplement parler de bouleversement ou de dérèglement ? Ou peut-être de préparation à une ère glaciaire ? Malheureusement, la majorité des scénarios envisagés par les climatologues, quoique fortement débattus, abondent en ce sens depuis un certain temps déjà. Le Gulf Stream, coeur des courants marins et de la circulation thermohaline, est l'un des principaux processus naturels qui tempère et maintient le climat planétaire tel que nous le connaissons. Les prélèvements marins et les études géologiques ont, de nos jours, établi avec fermeté un lien direct entre ce processus et les ères glacières cycliques qui ponctuent l'histoire de notre planète. Si celui-ci devait s'arrêter, nous plongerions directement dans une ère glacière. Le problème : c'est qu'il s'est arrêté.

Bien sûr, personne n'aime les scénarios alarmants, notoirement les scientifiques, alors on a tôt fait de calmer l'opinion publique avec de rassurantes paroles telles que : « Le Gulf Stream pourrait diminuer en intensité de 30% d'ici 2100 », « Une ère glacière prend environ 1000 ans pour s'établir », etc. Exactement de la même façon qu'on l'a si longtemps fait avec le dit réchauffement planétaire : « Les températures moyennes sont en hausse de 2 degrés depuis le dernier sciècle », « La température moyenne augmentera de 3 dégrés d'ici 2070 », etc. Mais les faits quotidiens nous parlent sur un ton très différent. Nous n'avons qu'à regarder objectivement toutes les perturbations climatiques présentes, les effets palpables de nos saisons déréglées et les frappants écarts de température d'une journée à une autre (régulièrement de 20 à 30 degrés en 24 heures) pour nous rendre compte que la cadence s'accélère et que rien de tout ceci ne devrait être pris à la légère.

Le Gulf Stream est probablement le plus important mécanisme de régulation du climat planétaire et celui-ci semble être à bout de souffle avec son débit de la dérive nord-Atlantique affaiblie de 30% et ses courants de retour les plus profonds, diminués de 50% [1]. Mais, bien sûr, l'hypothèse d'un possible arrêt complet de ce système est fortement contestée et même « démontrée » impossible dans plusieurs cas par de nombreux « experts ». Mais il n'en demeure pas moins que notre précieux Gulf Stream... s'est complètement arrêté en décembre dernier (2006). Non pas quelques heures ou une ou deux journées, mais bien une semaine complète.

Voici les données issues du DEOS (Department of Earth Observation and Space Systems) de la Faculté d'Ingénérie Aérospatiale du l'Université Technologique de Delft.

Note : chaque image représente 48 heures (2 jours). Ce qui à première vu ne semble qu'un petit hoquet est en réalité une durée de 8 jours.

Ces données sont toujours accessibles au public sur le site du RADS

Cette animation est le résultat d'une harmonisation des données recueillies par les satellites Envisat, Jason-1, TOPEX/Poseidon et GFO. Il y est clairement visible qu'entre le 11 et le 19 décembre 2006, le Gulf Stream a complètement cessé sa progression normale vers le nord et s'est mis à redescendre vers le sud (si le sud est bien le « bas » ).

Mais il ne faut bien sûr pas s'alarmer car, après tout, les nouvelles études états-uniennes s'efforcent de prouver que les courants marins ne sont pas indispensables au bon fonctionnement du climat. Ainsi est née la récente idée, rapidement répandue, selon laquelle c'est plutôt la dynamique des vents qui serait la principale mécanique stabilisatrice du climat et que si le Gulf Stream s'arrêtait, ceci n'aurait qu'un impact minime. Bien sûr, comme si les deux n'étaient pas intrinsèquement liés ! Si nous y pensons quelques instants, qu'est-ce qui peut bien régir la course des vents si ce n'est l'évaporation des eaux en provenance de la mer en certains endroits et la condensation de l'air humide en pluie en d'autres endroits, créant ainsi des montées et des chutes d'air qui à leur tour entraînent des tourbillons et créent les corridors éoliens connus. Ce sont deux systèmes interreliés : si l'un d'eux s'arrête, il y a de fortes chances que l'autre emboîte le pas.

Ne nous laissons pas berner par ces contre-études car le Gulf Stream a bel et bien eu un arrêt cardiaque en décembre dernier, malgré l'« impossibilité » d'un tel phénomène (ainsi que la non-médiatisation), tel que clamé par plusieurs. Ceci n'est pas à prendre à la légère, bien au contraire. Il y a déjà plusieurs années que certains tirent la sonnette d'alarme, mais nous sommes peu à vouloir l'entendre, car on tente toujours de minimiser l'idée que nous pouvons nous faire de cette vérité, et plus la réalité du rôle que joue le Gulf Stream ainsi que sa condition actuelle émergent dans la conscience et la littérature populaire, plus le mouvement de discréditation prend de l'ampleur. Nous parlons d'ailleurs, dans la majorité des articles sur le sujet, de « mini ère glacière », de « petit âge glacier » ou encore on énonce des choses comme : « L'Europe de l'ouest pourrait bien demain grelotter et connaître les rigueurs des hivers canadiens ». Et si les hivers canadiens devenaient deux fois plus froids eux-même suite à ce changement ? C'est, bien entendu, une bonne partie de la planète qui en prendrait pour son rhume.

Mais en guise de conclusion :

Le Gulf Stream peut s'arrêter car il s'est véritablement arrêté entre le 11 et le 19 décembre 2006. S'il récidive, ceci aura inévitablement des conséquences très graves sur le climat planétaire, et ce, dès son arrêt : non pas « 1000 ans » plus tard, ni même 100 ans plus tard, ni même 50 ou 20 ans, mais bien à partir des semaines qui suivront s'il ne reprend pas son cours normal comme il l'a fait en décembre dernier. Nous avons eu de la chance, mais à la lumière de ce nouveau fait, il est indéniable qu'il s'arrêtera à nouveau et possiblement définitivement.

Ceci est d'une importance capitale. Cette information doit être répandue et comprise.



- Webmestre Zone-7



Quelques liens traitant du Gulf Stream :

//www.fleurdevie.ca/html/secheresse___glaciation.htm

//www.easyletter.net/users/81/Articles/Elements_Glaciation.htm

//www.choix-realite.org/?892-un-gulf-stream-tres-malade

Article de Futura-Sciences.com



31/03/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres