PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Du poison dans nos vêtements

Du poison dans nos vêtements
 
mardi 27 juillet 2010

popularité : 100%

Arte - Mardi 27 juillet - 20h35 - doc
Du poison dans nos vêtements
Durée : 45 minutes

Par Cécile Deffontaines

Vous ne saviez plus quoi manger à force d’entendre parler de ces substances chimiques dans votre assiette ? Vous n’allez plus savoir quoi porter ! Chaussures polluées au diméthylfumarate (DMFu), soutiens-gorge noirs teints avec des colorants AZO cancérigènes, jeans chlorés irritant les bronches : nos vêtements regorgent de substances peu engageantes. Vous vous inquiétez pour votre peau ? Comme le révèle cette enquête fouillée signée Inge Altemeier et Reinhard Hornung, ce sont plutôt les ouvriers fabriquant ces habits qui sont concernés. Ces journalistes allemands ont collecté des témoignages jusqu’en Chine, en Inde et au Bangladesh pour traquer les dessous de la fabrication de nos dessus.

Ils sont partis d’Europe, où l’on dénombre quand même quelques victimes de ces poisons méconnus. Après avoir acheté des bottines neuves, Rita, simple consommatrice, a vu ses pieds se couvrir de plaques rouges et de cloques douloureuses - des brûlures. Pas si rare, cette mésaventure est due aux petits sachets blancs qui se trouvent souvent au fond des boîtes à chaussures. À l’intérieur, des grains de diméthylfumarate destinés à protéger le cuir des moisissures. Le 1er mai 2009, l’Union européenne a interdit l’importation de produits contenant cette substance. On en trouve pourtant encore dans les boutiques. En Allemagne, 18 000 paires de baskets pour enfants ont ainsi été retirées du marché en... avril 2010 !

Frauke, elle, était chargée de repasser des jeans tout juste sortis des entrepôts de la marque Esprit et se plaignait des fortes odeurs de chlore émanant des pantalons. Elle doit désormais inhaler de la cortisone chaque jour. Du dichlorométhane a bien été détecté dans son sang, mais il n’a pas été possible de prouver la corrélation entre l’emploi de la jeune Allemande et son état de santé. Dans le port de Hambourg, la douane pratique ponctuellement des analyses de l’air des containers. D’après l’Institut de la Médecine du Travail de la ville, la moitié environ des grandes caisses provenant d’Asie est contaminée par des substances chlorées telles que celles qui auraient rendu Frauke malade.

Seule parade trouvée : aérer les containers... Pourtant, selon le syndicat allemand Verdi, 70 % des employés d’un dépôt de la marque H & M se plaignent de douleurs, et beaucoup critiquent l’odeur des marchandises. La chaîne de magasins a d’ores et déjà demandé de retirer du circuit les vêtements signalés par les ouvriers. En Asie, sur les lieux de fabrication, c’est l’atmosphère même des ateliers qui est viciée. Sans autre protection qu’un masque de tissu plaqué sur la bouche et le nez, et sans grande conscience des dangers, les ouvriers y manipulent colorants et produits imperméabilisants ou amidonnants. En Inde, dans la ville de Tirupur, des boues colorées très toxiques s’amoncellent et les canalisations crachent des eaux orange ou bleu de cobalt. Des ouvriers coloristes pataugent dans ces liquides. L’un d’entre eux raconte que tous les poils de son corps sont tombés et qu’il a mal partout. Un autre est soigné pour un cancer du rein. Des maladies si fréquentes que des cabinets de cancérologie ouvrent tout spécialement dans cette cité du textile. La mode du tissu grand teint n’y est pas étrangère. Premier coupable : le noir. So chic, sauf cette tendance à pâlir. Plus la couleur est foncée, plus la chimie est passée par là, et plus la contamination est grande. Autre mode fâcheuse : le jean used. Son effet porté et reporté est obtenu par projection de sable de quartz. Lequel se fiche directement dans les poumons des travailleurs indiens. C’est à ce prix que vous vous habillez en Europe...

Le coton bio, une solution ? En Inde, si la production se veut biologique (bien que les champs voisins soient souvent nappés de pesticides), la coloration, elle, n’a rien de naturel : des bidons estampillés de la petite croix noire sur fond orange (au mieux : « irritant » ; au pire : « nocif ») sont entassés dans l’atelier.

Conclusion de ce film pas rassurant : « Seul un pour cent de nos vêtements est totalement dépourvu de danger. » Ce « un pour cent » correspondant aux textiles naturels, de leur production à leur coloration ; soit sans métaux lourds, sans formaldéhydes, sans résines synthétiques, ni blanchiment au chlore. En attendant leur fabrication en masse, une seule question avant l’été : le naturisme en sortira-t-il renforcé ?

Cécile Deffontaines

teleobs.com

Messages de forum :
Du poison dans nos vêtements
mardi 27 juillet 2010
par  Pierre Payen

Cette émission est formidable ! Elle est le prolongement de l’émission sur les dangers de la consommation industrielle (Pièces à conviction FR3, 28/06/10) !

N’est-ce pas un indice supplémentaire montrant que la courbe de l’espérance de vie ne tardera pas à plonger et transformera la réforme du système des retraites en la source miraculeuse de la réduction de la dette nationale ? !

Il reste à affiner et à légaliser au plus vite l’euthanasie.

*En plus cette loi, qui devrait exister depuis longtemps, va dans le sens de la dignité de l’homme vrai.

Mais chez les homo sapiens vivant sous l’influence :
- de la prééminence du cerveau reptilien, de l’instinct de survie ;
- de l’imprégnation aussi de la religion chrétienne qui repose sur la parabole « L’homme est à l’image de Dieu » (alors que les sciences viennent de démontrer que la différence entre notre génome et celui du chimpanzé est inférieure à 2 % !) ; la « peur de la mort » bloque l’activité du néocortex ou la détourne vers la fuite « toujours plus » en avant vers le paradis terrestre avec le succès t. p. apparent : pollutions tous azimuts et destruction de l’environnement ! Il serait trop facile d’accuser les rationalistes (ces athées matérialistes !) En fait, ils n’ont fait que prolonger la religion qu’ils ont chassé puisqu’ils on décrété come idée fondamentale la parabole chrétienne à une symétrie près : « L’homme est un dieu en devenir » ! ! ! (Le D est devenu d !) Et ils se sont réunis pour enterrer à l’unanimité les résultats de l’évaluation comparative (en 2005) de notre génome et … (V. avant) Pour eux, il était inconcevable de considérer les dits hommes comme des sortes de « bonobos boostés » ! Pourtant, la sexualité n’est-elle pas présente partout, notamment en filigrane ? ! Voir Freud et la psychanalyse !

C. Q. F. D. ? ! Oui/Non ? !



28/07/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres