PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Dès septembre, les résidents des EMS vaudois devront fumer dehors

Cigarette entre deux doigts, Suzanne Decrosaz avoue son âge entre deux bouffées: «Je suis née en 1911!» Comme souvent, elle est sortie en griller une devant l'entrée de son EMS, à Lausanne: «J'ai commencé de fumer à 20 ans. Un bon jambon doit être fumé...» plaisante cette retraitée. Mais, hier, la fumée lui est restée en travers de la gorge: «Vouloir nous interdire de fumer, c'est inadmissible.»

Une aberration
Ce qui soulève l'indignation des aînés, c'est la loi vaudoise antitabac qui entrera en vigueur le 1er septembre prochain. Elle ne prévoit pas la possibilité de créer des fumoirs dans les EMS. Autoriser les fumoirs dans les restaurants, mais pas dans les homes? Cette aberration énerve les seniors: «A quoi sert d'arrêter de fumer à mon âge?» s'indigne Madeleine Gisclon.

Certains directeurs d'établissements médico-sociaux se montrent tout aussi critiques que les seniors. Interrogé par 24 heures, le directeur d'un EMS des Diablerets (VD) parle même de «maltraitance organisée». Les mots sont durs, mais ils expriment la colère des aînés: «Je vois les mamans fumer en amenant leurs enfants à l'école et nous devrions arrêter à notre âge? Ça me fait bien rire! Regardez les infirmières, elles fument toutes», s'étrangle Georgina Rochat.

Fumer en EMS? C'est déjà interdit partout, de la Fondation Clémence à la Fondation de l'Orme. Aménager un fumoir, c'est la seule alternative pour permettre aux seniors d'en fumer une sans devoir sortir en hiver. «Mettre un manteau pour pouvoir fumer? Là, on deviendra fou!» s'exclame Irma Schultheiss, du haut de ses 79 ans.

Tente pour l'hiver
Directrice de la Fondation de l'Orme, à Lausanne, Véronique Gafner annonce la couleur: «Je me battrai pour conserver notre local fumeurs.» Ce local appelé le Salon Bleu, la directrice l'a aménagé sans attendre la loi, avec un accès direct sur le jardin: «L'interdiction de fumer était réclamée par les infirmiers et les résidents gênés par la fumée qui grimpait les étages», explique la directrice. Accro à la cigarette, Irma applaudit sa directrice: «C'est une bonne solution. Preuve que les règlements doivent venir de la direction.» Ce qui est reproché à la loi vaudoise, c'est d'avoir été rédigée «très loin de la réalité du terrain», selon le directeur de la Fondation Clémence. En attendant un vrai fumoir, Philippe Guntert installe une tente chaque hiver pour Suzanne et ses copines fumeuses. C'est Isabelle qui a baptisé cet espace Maison-Blanche: «Je fume depuis soixante ans et rien ne me fera arrêter, surtout pas une loi», dit-elle. «C'est même devenu un espace convivial aussi apprécié des non-fumeurs. A condition de s'approcher du chauffage...» ajoutent ses copines.

La réceptionniste de la fondation est bien placée pour observer les fumeurs: «Ils se retrouvent à trois ou quatre et je vais parfois les rejoindre pour bavarder.» L'interdiction de la cigarette n'a jamais été un thème de discussion, comme si un fumoir allait de soi: «Les résidents se moquent totalement de la nouvelle loi», constate Eric Boekholt, musicologue à la fondation. La preuve avec Rose, peu préoccupée par les effets du tabac sur la santé: «Mon mari était un gros fumeur. Je lui ai acheté des cigarettes sans remarquer qu'il avait arrêté depuis trois jours.»

Comme pour enfoncer le clou, la future loi vaudoise autorise la fumée dans les chambres: «S'assoupir sur un matelas avec une cigarette, c'est l'idéal pour mettre le feu à la maison», fulmine Véronique Gafner, directrice de la Fondation de l'Orme.

Dès septembre, les résidents des EMS vaudois devront fumer dehors, comme ici à la Fondation Clémence de Lausanne

Geste compulsif
Ceux qui ont rédigé la loi vaudoise ignorent sans doute que la majorité des pensionnaires de l'Orme souffrent de troubles du comportement ou de la maladie d'Alzheimer. Pour ces malades, fumer est donc un geste compulsif. Véronique Gafner est catégorique: «Je ne me vois pas demander à un retraité de 80 ans d'aller fumer dehors en hiver.» A 83 ans, Irma résume le sentiment de tous: «Qu'on nous laisse en paix: fumer, c'est le seul plaisir qui nous reste.»



17/07/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres