PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Conventions de Genève : bon anniversaire !

Conventions de Genève : bon anniversaire !

Publié le 12-08-2009


Soixante ans aujourd’hui ! Les Conventions de Genève ont bel et bien été signées le 12 août 1949 par 48 pays, ratifiées ensuite par 194 Etats, et reconnues comme un progrès historique, puisqu’elles définissent, pour la première fois, l’obligation de protéger les civils lors des conflits armés, notamment ceux qui se trouvent "aux mains de l’ennemi", et en particulier "ceux qui résident dans des territoires occupés".

Un anniversaire qu’Israël s’est bien gardé de célébrer, et pour cause. Cela fait 60 ans que cet Etat viole systématiquement ces Conventions de Genève.

L’association palestinienne de défense des droits humains, Addameer, saisit cette occasion pour demander à tous les Etats qui ont signé ces conventions, d’assumer leurs engagements, en les faisant respecter, et en mettant un terme à l’impunité d’Israël.

Israël bafoue en effet ces Conventions de multiples manières, à commencer par l’emprisonnement massif, abusif et systématique de centaines de milliers de Palestiniens :

- En pratiquant la détention administrative comme châtiment collectif et en l’absence de preuves permettant d’inculper des Palestiniens arrêtés. (Plus de 440 Palestiniens, dont 3 femmes et un enfant, actuellement détenus de la sorte, sans aucun motif)

- En faisant condamner les Palestiniens devant des tribunaux militaires installés dans les territoires occupés de manière totalement illégale. Des centaines de milliers de Palestiniens sont passés par ces tribunaux militaires israéliens depuis 1967, dont plus de 150 000 depuis 1990, pour des "délits" allant de prétendues infractions au code de la route à la tenue de réunions non violentes.

- En ne permettant pas aux prisonniers palestiniens d’assurer leur défense, en leur refusant le droit à une traduction, le droit de faire appel à des témoins, le droit à une justice impartiale, et en ne reconnaissant pas la présomption d’innocence.

- En détenant et en interrogeant les prisonniers palestiniens dans 17 prisons, 4 centres d’interrogations et 3 centres de détention provisoires, tous situés en Israël, en violation de l’article 76 de la 4ème Convention de Genève, qui interdit à la puissance occupante de transférer les prisonniers hors des territoires occupés.

Cette pratique implique en outre qu’un grand nombre de prisonniers palestiniens ne peuvent bénéficier de visites de leurs familles, puisque ces dernières se voient refuser le droit d’entrer en Israël pour des "raisons de sécurité".

Depuis 2007, les prisonniers Palestiniens kidnappés dans la bande de Gaza n’ont pu recevoir aucune visite de leurs proches, en violation de l’article 27 de la 4ème Convention.

- En colonisant les territoires occupés et en y installant ses propres citoyens, en violation de l’article 49 de la 4ème Convention.

- En pratiquant la torture sur les prisonniers palestiniens, malgré l’interdiction par les Conventions de Genève de la torture, des traitements cruels et dégradants. Israel a prohibé formellement la torture en 1999, mais continue à la pratiquer couramment, en autorisant "les pressions physiques modérées", "en cas de nécessité pour sa sécurité".

Prisonniers maintenus dans des positions douloureuses de manière prolongée (position de la "banane" ou de la "grenouille"...), privation de sommeil, coups, et isolement dans de minuscules cellules sans fenêtre et souvent froides... sont monnaie courante.

- le 27 décembre 2008, Israel a lancé dans la bande de Gaza l’opération "plomb durci", qui a visé délibérément la population civile, tuant au moins 1380 Palestiniens, dont 431 enfants, et blessant plus de 5380 personnes.

La destruction massive d’infrastructures civiles, commerciales, d’écoles, de maisons, d’usines et de mosquées, a montré le mépris d’Israël en ce qui concerne le droit international, tout comme l’utilisation de boucliers humains.

Le siège de Gaza qui dure depuis juin 2007 a précipité la population dans une terrible crise humanitaire, qui contrevient elle aussi aux Conventions de Genève, qui stipulent que la puissance occupante — et israël continue bel et bien à occuper la Bande de Gaza, malgré ses assertions—doit prendre soin du bien-être de la population.

C’est pourquoi l’association Addameer rappelle aux gouvernements signataires des Conventions de Genève, qu’elles sont dans l’illégalité, en n’appliquant pas l’article 1 de ces Convention qui fait obligation à toutes les parties contractantes de les respecter et de les faire respecter.

Addameer Prisoner and Human Rights Association

Tel/Fax : +972 (0)2 296 0446/+972 (0)2 296 0447 - Email : info@addameer.ps Website : www.addameer.info

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

CAPJPO-EuroPalestine



15/08/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres