PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Bientôt licencié pour avoir déclaré qu’il pleuvait sous les képis ?

Dernière citation – Omerta militaire : Bientôt licencié pour avoir déclaré qu’il pleuvait sous les képis ?

Classé dans: Dernière citation — admin @ 11:04 le Dimanche 4 avril 2010

Concernant l’affaire du 11 septembre 2001, certains relais pro-NWO et certains idiots utiles sur internet prennent pour argument que si personne ne parle dans les rangs des services militaires et des services secrets US, c’est qu’il n’y a rien à dire… Sous-entendu : il n’y a pas eu de complicités au sein de l’administration US sinon il y aurait eu des anciens membres qui auraient cafeté depuis !

Evidemment, il s’agit d’un argument fallacieux (un de plus de la part des pro-NWO souvent manipulateurs et de mauvaise foi), et ceci pour de multiples raisons :

-1. La loi et les contrats qu’ils ont signé avec leurs employeurs leur interdit de parler publiquement, de quelque sujet que ce soit. Sous peine d’être mis à pied ou licenciés.

-2. La loi et les contrats qu’ils sont signé avec leurs employeurs les oblige à une omerta absolue sur le contenu de leurs missions, sous peine de haute trahison et de mise aux arrêts.

-3. Des clauses non contractuelles et tacites planent le plus souvent sur les personnes mêlées à des opérations noires et médiatiquement explosives : ces clauses non écrites se résument souvent à « Si tu l’ouvres en public, attention à ce qu’il n’arrive pas d’accident à ta femme, à ta mère, à ton neveu, à tes enfants ». Cela a beau ne pas être écrit, c’est généralement très efficace.

Les relais pro-NWO font généralement semblant d’ignorer ces lois qui sont pourtant le ciment des services secrets et des administrations militaires ! Il suffit de se rendre sur des forums commerciaux du type hardware.fr pour constater que ce type d’arguties est fréquent chez les forces pro-NWO, et largement toléré par les modérateurs patentés…

Pour illustrer l’importance de ce devoir de silence, il est intéressant de s’intéresser aux dernières affaires en date en France touchant les militaires et la gendarmerie où des intervenants et des gradés ont tenté de parler : D’abord Aymeric Chauprade a été licencié après avoir relayé semble-t’il en privé des informations du Mouvement pour la Vérité sur le 11 septembre. Ce fut direct et sans ménagement, venant du Ministre de la Défense lui-même.

Puis un gradé de la Gendarmerie qui essayait de militer pour une parole plus libre dans la gendarmerie a été radié par Nicolas Sarkozy en personne.

Enfin, un adjudant de gendarmerie vient de publier un poème sur internet, dans le lequel il ne révèle comme ses prédécesseurs aucune information sur ses activités militaires, risque la suspension, voire la radiation pure et simple de l’armée.

Voici ce poème :

IL PLEUT SOUS NOS KÉPIS !


Il faisait beau alors, le jour où j’ai signé !
Je me souviens comme j’étais fier de m’engager,
D’être formé à ce métier par mes aînés…

Du bon droit je voulais être le soldat,
Dans le respect des traditions et des hommes.
Du citoyen, à tout faire je serai l’homme !

De ma personne alors, j’ai donné sans compter.
Ma famille dans cette voie s’est trouvée liée.

Mes devoirs étaient les siens sans qu’elle ait signé…

Nos Gradés, nos Officiers étaient nos modèles.
Ils savaient nous motiver et nous ordonner.
Alors nous étions soudés, unis et fidèles…

Nous savions des sacrifices la juste raison,
Et étions tous reconnus “Servants de la Nation !”

De la France, la plus noble et vieille Institution.

Un nouveau Roy fût nommé, et tout a changé.
Diviser pour mieux régner, tel était son but !

Il y parvint bien, précipitant la chute !

Pour ce faire, il choisit bien parmi les nôtres,
Ceux d’entre eux les plus vénaux, les moins fidèles,

Leur fit tant miroiter, qu’il furent ses “apôtres”.

Ces vendus et parjures aujourd’hui, ont ourdi
D’enterrer sans coup férir notre belle histoire…

De nous taire ils nous ordonnent, arguant : “Tout est dit !”

L’un des nôtres osa parler sans démériter,
se faisant ainsi le râle de notre douleur…

Il fût vite éliminé par ces fossoyeurs !

Aujourd’hui, Sainte Geneviève saigne et pleure,
Je sens bien ses larmes chaudes sous mon képi,

Comme si sur moi SARKOZY faisait son pipi…

Soldats nous sommes, et c’est debout que nous mourrons.
Et à l’instar de CAMBRONNE, “MERDE” nous dirons.

Nous briserons nos armes, mais nous taire “Pas question !”

Nous ne sommes que des hommes, soldats mais citoyens,
Et nos voix dans l’urne pèsent bien pour un scrutin…

Qu’on les entende ensuite, d’étonnant n’a rien.

Nous taire il ne faut point, surtout si c’est la fin !
Au pays des Droits de l’Homme, on dénie les miens.

Fidèle, loyal je suis, muet je ne suis point.

Même si tout est fini, que prévue est la fin,
Nous n’irons au sépulcre qu’après avoir tout dit.
Geneviève, Chère Patronne, Il pleut sous nos képis !

Adjudant A.

Dédié au Chef d’Escadron Jean-Hugues MATELLY

Alors évidemment, quand on voit que des militaires français, « le pays de la Liberté et des Droits de l’Homme » selon le discours officiel, ont une carrière brisée pour si peu, on imagine ce qui pourrait arriver à leurs collègues US s’ils balançaient sur les attentats du 11 septembre 2001 !

Car chacun et chacune l’aura compris, celles ou ceux qui ont pu par ailleurs planifier de sang froid la mort de milliers de gens, ou qui ont pu laisser faire (ce qui reste à établir par une enquête internationale indépendante) ne sont pas à proprement parler des « poètes »…



04/04/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres