PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

BDS en Suisse.......

Les supermarchés compliquent la tâche aux boycotteurs d’Israël

PRESSION | Les produits israéliens sont boudés par certains consommateurs. En les étiquetant parfois de manière ambiguë, les grandes surfaces entretiennent le flou.

© PATRICK MARTIN | Légalement, le consommateur doit pouvoir identifier clairement la provenance d’un produit. Ce n’est pas toujours le cas. Ici, l’étiquette indique «Espagne», tandis que sur certains fruits un petit sticker donne le nom d’une firme israélienne.

Laurent Grabet | 29.03.2010 | 01:07

«Qu’est-ce que vous faites ici?» Dans les rayons agrumes des supermarchés, mieux vaut avoir l’air pressé que de s’attarder sur la provenance des oranges. Surtout lorsqu’on porte un keffieh, comme Raymond George. Ce «vieux soixante-huitard» a souvent traîné ses basques dans les territoires occupés. Tout comme les deux acolytes d’Urgence Palestine avec qui il colle aujourd’hui des stickers «Boycott Israël» dans une Migros de la région lausannoise.

L’exemple de l’Afrique du Sud
Dans leur ligne de mire? Les fruits estampillés Carmel , Jaffa ou Agrexco et les fontaines à eau Eden. Leur objectif? Faire cesser la colonisation illégale de la Palestine et arriver à un accord de paix sur les frontières de 1967. «Le boycott a fonctionné contre l’Afrique du Sud. Depuis l’opération «Plomb durci» et la poursuite récente de la colonisation de Jérusalem Est, notre mouvement fait de plus en plus d’adeptes», se félicitent les militants. Le chef du magasin auquel ils s’attaquent n’est pas du lot. En trois minutes, il a repéré les intrus et déboule. Comme l’a constaté précédemment 24 heures à plusieurs reprises, ses caisses d’oranges labellisées «tunisiennes» contiennent parfois aussi une importante minorité de spécimens israéliens. Et seul un petit autocollant – à même les agrumes – l’indique alors. Le commerçant donne une explication logistique à ce mélange. «L’ordonnance fédérale sur les denrées alimentaires est respectée», affirme-t-il. Les militantes Marie-Ange Christophel et Agneta Zuppinger y voient «une volonté de vendre au consommateur des produits dont il ne veut peut-être pas».

Constance dans l’erreur
Dans une Coop de la même commune, ce sont les pamplemousses qui pâtissent d’un double étiquetage ambigu. L’étiquette dit qu’ils sont espagnols, alors que le petit sticker collé sur chacun indique Jaffa . «Illégal», d’après Bernard Klein, chef du Service de la consommation qui rappelle que «le consommateur doit pouvoir identifier clairement la provenance d’un produit». Marie-Ange Christophel a déjà constaté cette manière de faire dans une autre Coop et s’en est plainte. «J’y ai gagné une lettre d’excuse parlant d’erreur et un bon d’achat de 5 fr.»

La militante déplore qu’aucune étiquette ne mentionne si un produit provient d’Israël ou des colonies des territoires occupés. «Ce devrait être le cas, confirme Bernard Klein. Car, au regard du droit international, ces territoires ne font pas partie d’Israël.» Mais en se montrant si tatillons, les boycotteurs vont-ils vraiment dans le bon sens? Nombre des ouvriers récoltant les produits qu’ils boudent sont Palestiniens. «C’est à leur demande que ce procédé s’est systématisé, réplique Raymond George en réajustant son keffieh. Eux n’ont plus rien à perdre!»


Des géants «oranges» mais apolitiques

«Migros ne fait pas de politique», commente sa porte-parole Nathalie Eggen. Depuis 2004, l’entreprise enjoint pourtant ses fournisseurs de ne pas lui livrer de produits provenant des territoires occupés. «Chez Migros, la traçabilité est garantie jusqu’au point de vente. Mais, comme dans les rayons, la marchandise est ouverte, quelques couacs sont inévitables.»

Même son de cloche chez Coop. «La provenance des produits changeant très vite, de petites erreurs d’étiquetage peuvent survenir», explique Denise Stadler. Et la porte-parole de préciser: «Coop commercialise de rares produits israéliens lorsqu’ils ne sont pas disponibles en Suisse. Tous sont déclarés selon la législation en vigueur, et nous attendons cette même rigueur de nos fournisseurs.»

«Les mauvais ou double étiquetages sont fréquents dans les rayons fruits et légumes mais ne concernent pas que les produits israéliens», précise Aline Clerc. D’après cette spécialiste de la Fédération romande des consommateurs, ils sont contraires à la législation fédérale. Une autre pratique non conforme consiste à mélanger sur un même étalage des produits de différents pays tout en les indiquant tous sur une même étiquette. «Tout cela empêche le consommateur de choisir à la lumière de ses convictions sociales, écologiques ou politiques», déplore Aline Clerc.


Ils boycottent le boycott

«Un anti-israélisme grégaire, et contre-productif!» Jacqueline Tanner, présidente de Suisse-Israël Vaud, est remontée contre ce boycott. «Les Palestiniens en pâtissent aussi, et ce n’est pas avec des actions aussi grossières qu’on arrivera à la paix!» Pour contrer ce mouvement, son association diffuse une pétition et envoie régulièrement des lettres de félicitations aux supermarchés commercialisant des produits israéliens.

«Diaboliser notre pays n’amènera ni la paix ni la compréhension. Cette manière de faire me semble contradictoire avec l’esprit suisse», considère de son côté Shlomit Sufa, porte-parole de l’ambassade d’Israël à Berne.

Pour Michel Nowak, d’Echallens, «ce boycott repose sur des mots mensongers comme «Territoires occupés» ou «colonisation». Le président de Chrétiens Amis d’Israël y voit de l’antisémitisme maquillé en antisionisme, même si certains boycotteurs sont juifs. «D’après la Bible, dit-il, la fin des temps est imminente et l’isolement d’Israël sur la scène mondiale le montre.» Un samedi sur deux, son association tient un stand sur la place Saint-Laurent, à Lausanne.

(.......l’antisémitisme maquillé en antisionisme........haaaaaa  bon ????? ..j'savais pas..... ooooohhhhhh.. !!!!...et les juifs qui boycott ont la haine de soi ?......STOP, on connait la chanson ! )

http://www.24heures.ch/vaud-regions/actu/supermarches-compliquent-tache-boycotteurs-israel-2010-03-28



29/03/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres