PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Au lendemain de la journée de la femme... qui sont les barbares ?

Qui sont les barbares ?

Publié le 9-03-2009

 

Le Vatican, par la voix de l'un des plus hauts responsables de l'Eglise catholique romaine, a justifié lundi l'excommunion d'une mère brésilienne et de plusieurs médecins, pour l'avortement d'une fillette de 9 ans. L'enfant avait été violée par son beau-père qui, lui, n'est pas excommunié !

Le cardinal Giovanni Battista Re, préfet de la congrégation pour les évêques au Vatican, a justifié l'excommunion de la mère d'une Brésilienne de 9 ans ayant avorté après avoir été violée par son beau-père, car les jumeaux qu'elle portait "avaient le droit de vivre"

« Le viol est moins grave que l'avortement »

L'archevêque de Recife dans le nord-est du Brésil a excommunié jeudi la mère de l'enfant, qui a avorté de jumeaux alors qu'elle était enceinte de quinze semaines. L'excommunion a été étendue à toute l'équipe médicale qui a pratiqué l'opération, mais pas au beau-père de l'enfant car "le viol est moins grave que l'avortement" a osé dire Giovanni Battista Re.

Au Brésil même, l'interruption volontaire de grossesse n'existe toujours pas, mais elle est autorisée dans les situations de viol ou de danger pour la future mère, ce qui était doublement le cas pour l'enfant martyre.

Nos apôtres des « valeurs judéo-chrétiennes », comme le chanoine de l'Eglise Saint-Jean de Latran (à Rome) Nicolas Sarkozy ou la défenseure des droits de la femme et de l'enfant Rama Yade vont-ils annoncer la rupture des relations entre la France et l'Etat moyenâgeux du Vatican ? Rien n'est moins sûr.

Quant aux dirigeants israéliens, ils se délectent par avance de la venue de Benoît XVI au mois de mai, en dépit des protestations des Palestiniens chrétiens, qui voient à juste titre, dans la visite papale, une consécration des crimes de l'armée sioniste, à Gaza notamment.

Et n'allez pas les embêter avec des histoires de viol. L'ancien président de l'Etat d'Israël, Moshe Katzav, vient justement d'être mis en examen pour agressions sexuelles contre plusieurs de ses ex-employées, tout en continuant de bénéficier de 400.000 euros par an de financement public pour faire le beau.

 

Si le beau-père violeur n'est pas puni cela veut dire que la religion catholique et le Vatican soutiennent la pédophilie... et nous n'en doutons plus !

 



09/03/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres