PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

AU BANGLADESH : GREVE POUR OBTENIR UN SMIC A ... 60 EUROS !

AU BANGLADESH : GREVE POUR OBTENIR UN SMIC A ... 60 EUROS !

Publié le 22-06-2010


Au Bangladesh, des dizaines de milliers d’ouvrières et d’ouvriers de l’industrie textile, dont le travail et la sueur remplissent les rayons et les profits de Carrefour, GAP et autres multinationales, se sont révoltés. Ils réclament notamment le passage de leur salaire mensuel de 20 € actuellement à 60 €.

Dans une dépêche datée de Dacca diffusée mardi, l’AFP rapporte :

AFP 22/06/2010 De violents mouvements de protestation mobilisant des dizaines de milliers d’ouvriers du textile du Bangladesh ont entraîné aujourd’hui la fermeture de 700 usines, qui fournissent les plus grandes enseignes occidentales de l’habillement.

La police anti-émeutes a tiré des balles en caoutchouc et des bombes lacrymogènes sur les ouvriers dans la zone industrielle de Ashulia, au nord de la capitale Dacca. Dans ce secteur, les ouvriers, qui réclament une hausse du salaire minimum de 25 à 70 dollars, ont érigé des barricades avec de vieux pneus, mis le feu à des camions de livraison et lancé des projectiles sur les forces de l’ordre pour la quatrième journée consécutive.

Le salaire minimum est de 25 dollars (20 €)

Quelque 800.000 ouvriers travailent dans les 700 usines fermées, mais des "dizaines de milliers" d’autres sont dans la rue, obligeant les commerces à fermer, a déclaré le chef-adjoint de la police de Dacca. Les usines qui ont été forcées de fermer leurs portes fournissent des chaînes occidentales telles que Wal-Mart, H & M, Tesco, Carrefour et Metro, ainsi que de grandes marques telles que Tommy Hilfiger, GAP et Levi Strauss.

Les ouvriers exigent des salaires d’au moins 5.000 taka (70 dollars, 60 €) par mois. L’actuel salaire minimum fixé en 2006 est de 25 dollars seulement. Selon le patronat des fabricants et des exportateurs de textile (BGMEA), les manifestations violentes, qui ont commencé samedi, ont créé un climat de "panique et d’anarchie", forçant les usines à fermer jusqu’à nouvel ordre. "Plus de 50 usines ont été saccagées par les protestataires qui empêchent ainsi de livrer les commandes à temps, entraînant des pertes se chiffrant en millions de dollars", a déclaré le vice-président de la BGMEA, M. Shafiul Islam Mohiuddin.

Le ministre du Travail Mosharraf Hossain a promis dans un communiqué à l’issue d’une réunion d’urgence avec le patronat du textile des augmentations de salaires, mais a menacé de "mesures énergiques" les manifestants. Le textile représente 80% des exportations annuelles du Bangladesh et ses usines emploient 40% de la main d’oeuvre industrielle du pays, la plupart étant des femmes.

CAPJPO-EuroPalestine



24/06/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres