Il admet avoir permis à la presse de préparer la publication de Wikileaks pour Israël

 

CULOT : PROMETTRE D’ARRÊTER DE TRAVAILLER POUR ISRAËL

« Trompez-nous une fois, honte à vous, trompez-moi deux fois… »

 Veterans Todays, Gordon Duff, 23 décembre 2010

 « C’est l’affaire du New York Times de rédiger ses propres balivernes, mais vous les laissez tout censurer pour nous »

 Aujourd’hui, Julian Assange a admis que les données de Wikileak ont été sélectionnées par la presse ; pas par une organisation indépendante en somme. Wikileaks, en effet, a admis avoir toujours été une couverture pour ce qu’Helen Thomas appelle les médias sionistes contrôlés. Assange, dans une tentative de manipulation puérile, a reproché à la presse d’avoir trop d’« attention » à l’égard d’Israël et terni Wikileaks.

 HÉ !

 La seule raison pour laquelle nous avions besoin de Wikileaks, c’est en premier lieu parce que la presse merde à bloc [ne joue pas du tout son rôle]. Est-ce un secret qu’Assange a remis le contrôle total de Wikileaks à la presse, aux gens qui lui ont donné le statut de « rock star « ? D’une manière complètement malade.

 

DE LA GNOGNOTE UNE FOIS ENCORE

 Maintenant Assange nous raconte avoir 3700 câbles de l’ambassade zunienne de Tel-Aviv ; des documents couvrant un assassinat israélien et le coup de pied au cul qu’ils ont reçu lors de leur dernière incursion au Liban. Tous ceux qui pensent pouvoir espérer ouïr des communications décrivant l’indignation de l’ambassade zunienne à des actions israéliennes vont crever d’espoir. Attendez-vous à cette même « attention des médias » que nous constatons tout le temps.

 Par « attention des médias, » nous entendons simplement qu’Israël contrôle Wikileaks et s’en sert pour défoncer ses ennemis, la Zunie et ses voisins, certains, nous l’apprenons maintenant, étant ses amis de toujours.

MANIPULATION EN FORME D’AVEU PENAUD

 Wikileaks avait promis à la presse des milliers de documents au sujet d’une « guerre d’OVNI au-dessus de l’océan Austral. » J’étais impatient de voir ça. À la place, le censément intelligent Julian Assange nous dit maintenant avoir péché de sa manière la plus contrite. Où est passée l’histoire des mystérieux OVNI ? Qui lui a dit de la taire ? Nous a-t-on caché cette histoire parce que le président Obama est désormais occupé à plein temps à battre les tambours de guerre contre l’Iran ?

WIKILEAKS ADMET ÊTRE UNE SUPERCHERIE

 Il a laissé la presse contrôler Wikileaks.

 Julian, si nous voulions lire Le Monde *, nous n’aurions qu’à l’acheter. Maintenant, vous nous dites que ce torchon a tout le temps dirigé Wikileaks ? Savez-vous ce « supercherie » veut dire ?

[* Ndt : Traduction hardie ? Peut-être ! Je pense, sans en être sûr, que les Français achètent plus Le Monde que le New York Times.] 

Si nous voulions entendre ce qu’Israël veut nous dire, il nous suffirait juste d’allumer le téléviseur. Nous n’avons rien d’autre depuis des lustres. Maintenant, vous admettez que vous avez participé à ça. Sommes-nous censés être surpris ?

 

Il ne nous a pas été très difficile de vous déchiffrer. Chaque jour, une nouvelle photo dans des centaines de journaux, toujours posé, toujours pensif [calculateur]. Vous passez 9 jours à attente d’être libéré sous caution, et nous constatons que vous avez tout le temps travaillé pour la presse, pour Israël, pour les forces les plus puissantes et sournoises connues de l’humanité ? Vous aviez besoin de 240.000 roupies pour la caution ? Ce ne serait même pas l’avance d’un mois pour votre avocat ou vos publicistes. Les gens pour qui vous travaillez utilisent l’argent comme ça pour allumer les cigares.

 Nous savions que tout ça était un numéro ; que cela faisait juste partie d’un rebondissement amené sur scène parce que certains d’entre nous avaient pigé dès le début et qu’ils vous ont « révélé. » Ce que je trouve étonnant, c’est votre culot. Vous admettez nous avoir tous utilisé, nous avoir berné, être un agent de désinformation.

 

Maintenant vous tentez un second coup pour tromper tout le monde. Ce à quoi nous nous attendons, c’est que cette même presse que vous accusez à présent, dont soi-disant vous vous « distanciez » désormais, sera le meneur de cette nouvelle fable. Ce que nous allons obtenir, c’est que le New York Times, The Guardian, der Spiegel, le même triumvirat du boniment [sans oublier Le Monde], vos partenaires dans le crime, propageront la même gnognote dépassée de Wikileaks mélangée à la désinformation israélienne et à des fuites conçues pour emmerder le gouvernement de Zunie et discréditer vos voisins de l’Islam.

 

Oui, Julian. Ce sont vos voisins musulmans. Si vous n’avez pas encore la citoyenneté israélienne, vous l’aurez bientôt. Ils ont besoin d’un autre comédien et ça semble être votre unique talent réel. J’aime tant votre choix des mots.

 

 L’ « ATTENTION DES MÉDIAS »

  Ce que vous appelez l’« attention, » un mot sans doute sorti d’un club de penseurs jonglant avec les courriels entre New York et Tel Aviv, est tout simplement pour nous mensonge et tromperie. Vous nous avez menti à tous, non pas une fois, mais continuellement, et vous pensez à présent que nous allons gober vos autres mensonges tout simplement parce qu’ils sont prononcés avec des excuses timides ?

 Ce culot !

 Original : www.veteranstoday.com/2010/12/23/gordon-duff-julian-assange-wikileaks-a-fraud-run-by-press-for-israel/

 Traduction copyleft de Pétrus Lombard

Alter Info

 

 

On le savait déjà!!!  Pour les autres…et bien c’est ça quand on est trop naïf et qu’ont fait juste confiance aux médias. Une fois de plus, vous vous êtes fait avoir. Allez-vous comprendre un jour??? Fermez vos télé, jetez les aux poubelles, et faite vos propres recherches sur le net, arrêtez de laisser penser les autres à votre place. Réfléchissez!!! Jo^^