PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

Alerte, gaz de schiste ! Documentaire sous-titré, vidéo

Alerte, gaz de schiste ! Documentaire sous-titré, vidéo  :

http://mega-streaming.info/video/6KKHKAY4484H/GasLand-VOSTFR

Alors qu’il existe des filières plus prometteuses, le gouvernement du Québec a fait le choix de lancer le vaste chantier économique de l’exploitation des gaz de schistes dans la vallée du Saint-Laurent. Près de 600 permis d’exploration ont déjà été octroyés et d’autres seraient bientôt accordés à des compagnies étrangères et canadiennes pour forer dans les terres agricoles du Québec.

Le processus n’a rien de démocratique. Les municipalités sont privées de décision quant à l’aménagement de leur territoire: les projets sont imposés. Dans les meilleurs cas, les citoyens sont informés de l’imminence d’un chantier; quand la nouvelle leur parvient, il trop tard pour réagir. Lois et règlements empêchent tout processus de démocratie participative et représentative. Le Québec, terre d’Avatar?

Les contrats de location des terrains de forage ont été signés en catimini entre des propriétaires privés et les entreprises d’exploitation, alors qu’il ne s’agit certes pas d’une affaire privée mais bien d’une affaire publique par excellence, qui concerne toute une communauté, une municipalité, une région, les citoyens de la province entière. À l’instar de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), les MRC de six régions ont bien compris l’ampleur de la problématique et ont demandé un moratoire sur la mise en oeuvre des chantiers. Les avez-vous entendus?

Tourner la page

Le choix de développer la filière des gaz de schistes n’a rien à voir avec ce «développement durable» dont le gouvernement du Québec se dit si fier. Cela est inacceptable dans un contexte d’«après-Copenhague» où la communauté internationale (outre certains dinosaures avides et récalcitrants) se mobilise pour réduire la production de gaz à effet de serre.

Monsieur le Premier Ministre Jean Charest, vous vous êtes montré dans les médias comme une figure de proue de la réduction des émissions de tels gaz. Comment pouvez-vous alors justifier le choix de la filière des gaz de schistes, en cette époque où l’on doit se tourner vers l’alternative énergétique? L’époque de la pétroculture, celle des hydrocarbures, est révolue. Il faut tourner la page, de manière responsable. Certes, faisant fi des problèmes liés à son exploration et à son exploitation, les compagnies gazières argumentent que le gaz naturel est moins polluant que le mazout, qu’il permettra une économie d’importation et fournira une ressource exportable. Ces raisons permettent d’endormir «au gaz» une population «rassurée» par des promesses de prospérité à court et moyen termes et de fausses garanties d’un certain «développement durable». Simplistes, celles-ci ne résistent pas à l’analyse globale.

Effets négatifs

On connaît les problèmes socio-écologiques et les risques soulevés par l’exploitation gazière: l’usage et la pollution (métaux lourds, produits chimiques) d’une quantité faramineuse d’eau prélevée dans les cours d’eau avoisinants, ou possiblement à même les aqueducs municipaux, l’utilisation des usines d’assainissement des eaux non conçues à cet effet, la pollution de l’air, la dégradation des paysages, la possibilité d’odeurs soufrées et de contamination liée aux émanations (le sulfure d’hydrogène peut être mortel), le bruit (forage, camionnage, combustion du gaz à l’air libre), le risque d’explosion, la dévaluation des propriétés et la perte de qualité de vie des résidants sacrifiée sur l’autel d’un «développement économique» qui profitera d’abord aux compagnies étrangères et canadiennes, plutôt qu’à la société québécoise.

Aux États-Unis, dans l’État de New York, l’expérience négative a mené entre autres à la cessation des opérations dans une partie de son territoire de l’une des plus grandes compagnies d’extraction de gaz de schistes, Chesapeake (http://www.nytimes.com/2009/10/28/business/energy-environment/28drill.html?_r=1).

Mais au-delà de ces inquiétudes locales et régionales se pose de façon aiguë la question des choix énergétiques au Québec, dans un projet de développement économique «durable». Rien de durable ici: la plupart des puits ont une durée de vie limitée (tous seront épuisés à plus long terme), l’environnement sera dégradé, la sécurité et la santé des populations seront mises à risque, les emplois créés seront temporaires et généralement offerts à une main-d’oeuvre spécialisée qui n’est pas locale. Et quant à la dimension économique de cette filière gazière, on est en droit de se demander: à qui profitera tout cela?

Pourquoi allouer quatre millions de dollars et geler les redevances pour cinq ans sans réglementation adéquate, et surtout sans aucune consultation du public, voire des municipalités et MRC concernées? Pourquoi soutenir un usage industriel qui risque d’entrer en conflit avec l’agriculture et avec la nécessité de réduire les gaz à effet de serre? Pourquoi soutenir un développement énergétique qui va à l’encontre des objectifs de plusieurs politiques et programmes qui, eux, ont fait l’objet de consultations publiques?

Géothermie

Les innovations et l’énergie verte sont importantes pour le Québec: les filières et réseaux de production et de distribution alternatives sont connus; les modes d’utilisation responsable également. Le gouvernement s’est déjà engagé — de façon encore trop timide — dans certaines de ces filières. Un développement responsable de l’énergie implique que certaines avenues soient rejetées pour favoriser l’émergence de celles qui sont les plus «durables». Non durable, la filière du gaz de schistes doit être délaissée au profit par exemple d’une intensification du soutien à la géothermie (bien au-delà de l’usage domestique), combinée à un ensemble d’autres stratégies «vertes» comme celle des biogaz, une forme de gaz naturel qui règle des problèmes environnementaux plutôt que d’en poser.

Jumelées entre autres à la serriculture (dans une perspective de souveraineté alimentaire), à l’efficacité énergétique et à une production d’énergie gérée par les communauté locales, ce sont les énergies vertes qu’il faut privilégier, à l’instar de plusieurs pays européens nordiques qui en ont montré la viabilité. Investissons plutôt dans le développement de filières alternatives: elles sont diverses et prometteuses. Nous pourrions être novateurs, comme on sait si bien le faire dans d’autres domaines au Québec. Qu’attendons-nous pour devenir un pays modèle et d’avant-garde? Pourquoi vendre le Québec aux colonisateurs économiques?

La planète s’échauffe et se met en tempêtes. L’exploitation des gaz de schistes fait reculer les objectifs du Québec en matière de développement durable. Les citoyens informés l’ont déjà compris et s’en inquiètent vivement. Un mouvement de résistance s’est amorcé. Comme dans le cas des porcheries industrielles, du projet de centrale au gaz du Suroît ou de la mine d’uranium à Sept-Îles... On observe le même scénario, la même dynamique malsaine d’un certain pouvoir politico-économique. Voilà un trop lourd fardeau sur le dos des citoyens pour contrer les dérives de décideurs si mal éclairés. Less
 

 version english http://www.youtube.com/watch?v=dZe1AeH0Qz8

 

GASLAND - (2010) Directed by Josh Fox. Winner of Special Jury Prize - Best US Documentary Feature - Sundance 2010. Screening at Cannes 2010.

It is happening all across America and now in Europe and Africa as well - rural landowners wake up one day to find a lucrative offer from a multinational energy conglomerate wanting to lease their property. The Reason? In America, the company hopes to tap into a huge natural gas reservoir dubbed the Saudi Arabia of natural gas. Halliburton developed a way to get the gas out of the ground—a hydraulic drilling process called fracking—and suddenly America finds itself on the precipice of becoming an energy superpower.

But what comes out of the ground with that natural gas? How does it affect our air and drinking water? GASLAND is a powerful personal documentary that confronts these questions with spirit, strength, and a sense of humor. When filmmaker Josh Fox receives his cash offer in the mail, he travels across 32 states to meet other rural residents on the front lines of fracking. He discovers toxic streams, ruined aquifers, dying livestock, brutal illnesses, and kitchen sinks that burst into flame. He learns that all water is connected and perhaps some things are more valuable than money.

 

J’avais commencé il y a environ 1 mois et demi le sous-titrage de ce fabuleux documentaire américain sur les gaz de schiste. J’ai finalement abandonné car cela était beaucoup trop laborieux pour une seule personne qui ne maitrise pas parfaitement l’anglais. De plus j’avais découvert entre-temps qu’un groupe nommé metropolis prévoyait le sortir en vostfr pour la mi-décembre. Je ne sais pas si c’est ce groupe qui l’a sous-titré, mais ce documentaire sous-titré en français arrive au bon moment au Québec alors que notre gouvernement est en train de nous en passer une belle. Je souhaite que le plus de personne possible fassent circuler ce documentaire afin que le peuple Québécois puisse se faire SA propre opinion et non celle que les sbires et les clowns du gouvernement Charest veut nous rentrer de force dans le crane! J’insiste encore, faites circuler afin de faire connaître LA vérité!

N’oubliez pas, si les vidéos ne s’affichent pas, cliquez sur le titre de l’article pour l’ouvrir dans une seule page individuelle, ainsi elle sera moin chargée et vous pourrez visionner le contenue.

.

Gasland Vostfr

Gasland Vostfr

Cette vidéo a besoin du lecteur Adobe Flash pour être visionnée

..

Pour tout les Québécois(es) qui se disent que nous ne pouvons rien faire:

Étienne de La Boétie:  Discours de la servitude volontaire

« Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genou. »
« Pour être esclave, il faut que quelqu’un désire dominer et… qu’un autre accepte de servir. »
« Pour que les hommes, tant qu’ils sont des hommes, se laissent assujettir, il faut de deux choses l’une : ou qu’ils y soient contraints, ou qu’ils soient trompés. »
« Qu’une nation ne fasse aucun effort, si elle veut, pour son bonheur, mais qu’elle ne travaille pas elle-même à sa ruine. »

ndlr: La nation c’est toi qui viens juste de regarder ce documentaire et de lire ces lignes

 

 

http://cequevousdevezsavoir.wordpress.com/2010/12/21/gasland-vostfr-sous-titre-en-francais-pour-tout-les-vraies-infos-sur-les-gas-de-schiste/



05/01/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres