PerleDeDiamant

PerleDeDiamant

9/11 Responders To Be Warned They Will Be Screened By FBI's Terrorism Watch List

9/11 Responders To Be Warned They Will Be Screened By FBI's Terrorism Watch List

Les noms des pompiers et des secouristes du 11-Septembre vont être confrontés à ceux figurant sur la liste des terroristes connus du FBI afin de vérifier qu’aucun d’entre eux ne se cacherait parmi ces "héros" pour toucher les modestes indemnités auxquels ils ont finalement droit... les US sont devenus fous...

WASHINGTON -- A provision in the new 9/11 health bill may be adding insult to injury for people who fell sick after their service in the aftermath of the 2001 Al Qaeda attacks, The Huffington Post has learned.

The tens of thousands of cops, firefighters, construction workers and others who survived the worst terrorist assault in U.S. history and risked their lives in its wake will soon be informed that their names must be run through the FBI’s terrorism watch list, according to a letter obtained by HuffPost.

Any of the responders who are not compared to the database of suspected terrorists would be barred from getting treatment for the numerous, worsening ailments that the James Zadroga 9/11 Health And Compensation Law was passed to address.

It’s a requirement that was tacked onto the law during the bitter debates over it last year.

The letter from Dr. John Howard, director of the National Institute for Occupational Safety and Health, informs medical providers and administrators that they should begin letting patients know before the new program kicks in this July.

“This is absurd,” said Glen Kline, a former NYPD emergency services officer. “It’s silly. It’s stupid. It’s asinine.”

“It’s comical at best, and I think it’s an insult to everyone who worked on The Pile and is sick and suffering from 9/11,” said John Feal, a former construction worker who lost half a foot at Ground Zero and runs the advocacy group Fealgood Foundation.

Version française :

Les secouristes du 11-Septembre vont être informés que le FBI va les soumettre à sa procédure de surveillance du terrorisme.

paru sur le HuffingtonPost, le 21 avril 2011

Traduction Martin pour ReOpenNews

WASHINGTON – Le HuffingtonPost vient d’apprendre qu’une disposition du nouveau projet de loi sur la santé liée aux conséquences du 11-Septembre va sans doute ajouter l’injure à la souffrance pour les personnes victimes de leur devoir lors des attentats d’al-Qaïda en 2001.

Selon une lettre obtenue par le HuffPost, les dizaines de milliers de policiers, pompiers, ouvriers du bâtiment, etc…qui ont survécu à la pire attaque terroriste de l’histoire des États-Unis et qui y ont risqué leur vie vont être informés que l’Administration se propose de vérifier si leur nom figure ou pas sur la liste du FBI recensant les personnes suspectées de terrorisme.

Toute personne dont le nom n’aura pas été confronté à la base de données du FBI se verra refuser sa prise en charge dans le cadre de la loi de santé et de compensation « James Zadroga » votée pour les secouristes du 11-Septembre.

Il s’agit là d’une exigence rajoutée à la loi durant les très vifs débats de l’an dernier.

La lettre de M. John Howard, directeur de l’Institut national de la sécurité et de la santé (National Institute for Occupational Safety and Health) explique aux prestataires et administrateurs de santé qu’ils doivent en informer les patients avant le démarrage du programme en juillet prochain.

« C’est absurde, » a déclaré Glen Klein, un ancien agent des services d’urgence de la ville de New York (NYPD ).  « C’est idiot. C’est stupide. C’est digne d’un âne. »

« Au mieux, tout ceci est ridicule, et je pense que c’est une insulte à tous ceux qui ont travaillé sur  "la pile de débris " et qui sont malades et souffrants à la suite de cette intervention », a déclaré John Feal, un ancien ouvrier du bâtiment qui a perdu la moitié d’un pied à Ground Zero, et qui dirige l’association de plaignants Fealgood Foundation.

La disposition a été rajoutée au travers d’un amendement proposé par l’élu républicain de Floride, Cliff Stearns au cours d’un débat houleux à propos du projet de loi, qui s’est déroulé au Comité de l’énergie et du commerce (House Energy and Commerce Committee) en mai dernier.

Les secouristes du 11-Septembre [présents] dans la salle du Comité se sont contentés de hocher la tête à la lecture de cet amendement, tandis que les démocrates l’approuvaient au terme d’un vote par  « oui ou non », et après avoir combattu pied à pied d’autres amendements concernant l’avortement et l’immigration, qui auraient bien pu faire achopper le projet de loi tout entier.

Mais aujourd’hui, la question ne se réduit plus à une simple concession stratégique destinée à faire adopter une loi. Les  médecins et les administrateurs commencent à appliquer les instructions du gouvernement fédéral, et les personnes concernées par les programmes de traitement et de suivi post-11 Septembre sont sur le point d’être informées que leurs noms, lieux de naissance, adresses, numéros d’identification nationaux et d’autres données à caractère personnel vont être fournis au FBI pour vérifier s’ils ne sont pas des terroristes.

Les instructions données par Howard incluent une lettre type destinée aux secouristes et supposée tempérer leurs inquiétudes.

Il y est écrit : « Bien que ni nous, ni les Centres de contrôle des maladies (CDC) du National Institute of Safety and Health (NIOSH) n’envisagions qu’un seul des noms des personnes concernées par les programmes actuels se trouve sur la liste [des terroristes], la loi exige du CDC / NIOSH qu’il mette en application cette condition préalable »

Et se poursuit par :

« Je vous remercie de votre compréhension. Nous sommes impatients de travailler avec vous et de veiller à ce que vous puissiez continuer à recevoir des soins ininterrompus dans le cadre du nouveau Programme de santé WTC. »

John Feal, qui compte des centaines de secouristes parmi les membres de sa fondation, pense que les lettres vont être très mal prises.

« Quand les policiers et les pompiers vont recevoir cela à la maison, ils vont sauter au plafond », s’indigne-t-il.

Klein, qui siège au Conseil d’administration de la Fondation Fealgood, a déclaré qu’il ne se sentait pas personnellement offensé, mais qu’il ne pouvait pas imaginer une seule bonne raison pour que les policiers et les pompiers soient contrôlés par le FBI, avec la menace de se voir supprimer leurs indemnités ou leur traitement.

« Mais enfin, de quoi parlons-nous ici ? De travailleurs sans papiers qui nettoyaient les immeubles de bureaux ? » se demandait Klein jeudi dernier. « Nous savons qui sont ces policiers, ces pompiers et ces ouvriers. Ils sont tous en règle. »

« Est-ce que l’administration pense vraiment qu’un terroriste a, dans un premier temps, aidé au déblaiement, et puis a attendu  toutes ces années pour essayer d’obtenir des avantages sociaux ? » a-t-il demandé. « Parmi toutes les choses que j’ai vues à Washington, cette mesure remporte le 1er prix ! »

Certains sont plus compréhensifs.

« Voulons-nous que des terroristes reçoivent de l’argent ? Non, » explique Anthony Flammia, un ancien agent de la patrouille routière de la police de New York, et volontaire du 11-Septembre. « Comment pouvez-vous être sûrs qu’il n’y avait pas de terroristes là-bas ? Qu’ils n’étaient pas là en tant qu’observateurs, à regarder ? C’est possible. »

Mais il note que son point de vue ne sera probablement pas partagé, surtout si des homonymies avec les noms de personnes réellement suspectées de terrorisme apparaissent, comme c’est arrivé pour certains voyageurs aériens.

« Je n’ai rien à cacher, pour moi tout cela n’est pas bien grave, mais il doit y avoir des garanties mises en place pour protéger les gens qui sont innocents, » a déclaré Flammia. « Cela va déclencher une polémique, » a-t-il ajouté. « Il va probablement y avoir une réaction, mais je pense que ça sera passager. J’espère qu’ils sont prêts à répondre aux questions des gens. »

Le membre du Congrès Stearns a déclaré dans un communiqué que son intention était précisément de répondre aux questions posées par Flammia.

« Cet amendement a été adopté sans opposition en session plénière du Comité de l’énergie et du commerce, et il exige simplement que les noms des personnes qui perçoivent ces aides pour la santé fassent l’objet d’une vérification croisée avec la liste du FBI, afin de s’assurer qu’aucun terroriste ne bénéficie de ces avantages, » a déclaré Stearns.

« Ces prestations ne concernent pas seulement nos secouristes; presque tous ceux qui se trouvaient dans le voisinage ou qui travaillaient dans les équipes de nettoyage sont éligibles pour ces aides, » a-t-il noté.

En fait, l’interdiction apparaît dans deux parties distinctes du projet de loi. L’une couvre spécifiquement les secouristes, tandis que l’autre concerne tous les survivants, y compris les employés de bureau, les passants et les résidents.

Feal a reconnu que la procédure devait être faite puisque c’est la loi, et que les lettres doivent être expédiées.

Mais il tient pour responsable Stearns et plusieurs autres républicains qui étaient hostiles au projet de loi, et qui ont tenté de faire adopter toute sorte d’amendements.

« Je pense que le député Stearns est d’une mesquinerie sans nom. C’est un bouffon », a déclaré Feal. « Nous sommes de plus en plus nombreux à tomber malades et à mourir, et s’apprêtent à diffuser une lettre expliquant qu’ils vont vérifier si nous sommes ou pas, des terroristes…Je pense que tout le monde devrait commencer à montrer un peu plus de compassion. »

 

Traduction Martin pour ReOpenNews


Note ReOpenNews :

Rappelons que l’association des "Pompiers pour la vérité sur le 11/9" se bat pour que lumière soit faite à la fois sur les causes de l’effondrement des Tours et aussi sur l’origine de leur maladie. Voir à ce sujet la vidéo ci-dessous,

11 septembre 2001: les pompiers se mobilisent… par ReOpen911

 


En lien avec cet article :

En anglais :

l



07/05/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres